Tensions à prévoir sur les salaires cadres

Tensions à prévoir sur les salaires cadres
La rédac' Culture RH

Après une progression de 2 % en moyenne des salaires des cadres cette année, Expectra alerte sur le rebond du marché de l’emploi qui change la donne pour les profils pénuriques.

Le baromètre Expectra* (groupe Randstad) des salaires cadres, publié le 15 septembre, fait état d’une progression modérée de 2 % en 2021 – le salaire médian s’établissant à 47 877 euros (+11,6 % sur cinq ans) –, contre 2,3 % en 2020, « signe d’un marché jusqu’alors plutôt attentiste », souligne le spécialiste du recrutement.

Celui-ci constate cependant que « si des secteurs comme l’automobile ou l’aéronautique tournent encore au ralenti, certains, comme le BTP, ont presque retrouvé leur activité habituelle quand d’autres, à l’image du e-commerce, battent des records ».

Globalement, le marché de l’emploi des cadres serait revenu à son niveau d’avant crise, avec plus de 900 000 offres publiées au 1er semestre 2021, selon l’analyse des données de 11 000 sites de recrutement effectuée par Randstad.

D’où « une pénurie de cadres conduisant à une tension à la hausse des salaires », notamment dans le transport et la logistique (+3,9 %), la banque et l’assurance (+3,6 %) et le secteur des biens d’équipement (2,6 %). Tandis que le BTP et le secteur des biens de consommation se situent en queue de peloton (avec, respectivement, +0,9 % et +0,1 %).

42 % de mécontents

En termes de fonction, c’est l’ingénieur logistique qui bénéficie cette année de la plus belle progression salariale avec une augmentation moyenne de 8,3 %, talonné par le responsable ressources humaines (+7,5 %) et le gestionnaire RH (+6,8 %), très sollicités par le déploiement du télétravail et du protocole sanitaire.

Une étude Ifop complémentaire, réalisée auprès de 1 000 cadres en mai dernier, s’est attachée à prendre le pouls de cette population. D’où il ressort que 42 % des cadres interrogés estiment ne pas être suffisamment rémunérés.

Des mécontents qui regroupent surtout des femmes, des Franciliens, des collaborateurs de la filière marketing et commerce, ainsi que les plus anciens dans leur entreprise et ceux qui n’ont pas obtenu d’augmentation au cours des douze derniers mois.

*Baromètre construit à partir de l’ensemble des postes pourvus par Expectra (intérim, CDD et CDI) de profils bac + 2 à bac + 5, plus de 35 000 fiches de paie analysées.

Notez le

Rated 4.5 / 5 based on 272 reviews
Partager l'article

La rédac' Culture RH