Comment changer le regard sur la santé des femmes en entreprise ? 

Comment changer le regard sur la santé des femmes en entreprise ? 
Adeline Lajoinie

Les femmes souffrent plus que les hommes en entreprise, c’est un fait désormais indéniable. Face à cette évidence, comment peut-on lutter contre les inégalités existantes entre collaborateurs et collaboratrices ?

Santé des femmes : des clichés qui ont la vie dure

Verbateam, spécialiste en santé en entreprise, vient de sortir un livre blanc sur “Santé des Femmes : Comment lutter contre les idées reçues et les inégalités en entreprise ?”.

Les experts de Verbateam ont alors fait le point sur les clichés, et sur les principaux freins à la santé physique et mentale des femmes en entreprise

Parmi les clichés bien ancrés en France, on trouve : « Les femmes exercent des métiers moins pénibles que les hommes, elles sont donc moins exposées aux accidents et aux maladies professionnelles. »

Le livre blanc souligne que selon un récent rapport du Sénat sur la santé des femmes, 60% des femmes sont sujettes aux TMS (Troubles Musculo-Squelettiques), contre 46% des hommes, et 20% d’entre elles ont subi au moins un fait de violence (agression, harcèlement, Violences Sexistes et Sexuelles) dans le cadre du travail au cours de l’année écoulée. 

Un constat est tout aussi préoccupant en ce qui concerne les accidents du travail. Entre 2001 et 2019, l’Anact a observé une baisse de 272% des accidents du travail chez les hommes, tandis que chez les femmes, ces accidents ont augmenté de 41,6% (plus particulièrement dans les secteurs de la santé, de l’action sociale, du nettoyage, du travail temporaire, des services de commerce et de l’industrie alimentaire).

Autre cliché qui perdure : « Les femmes sont mieux suivies que les hommes » (en raison des grossesses et des contrôles gynécologiques annuels).

En réalité, les femmes négligent souvent leur propre santé au profit de celle de leurs proches, avec 81 % d’entre elles reportant le moment de consulter un médecin. Ce phénomène se traduit par un suivi médical hachuré et une prévention approximative. 

Cette situation est encore plus alarmante chez les femmes ayant un niveau de vie inférieur à la moyenne des Français. En effet, seulement 53 % des femmes CSP- déclarent avoir un suivi gynécologique régulier, contre 67 % des femmes CSP+. Ce manque de prévention est à l’origine de nombreux retards de diagnostic, mettant en péril la santé des femmes.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

A lire également :

Comment améliorer la santé des femmes en entreprise ?

Le livre blanx Verbateam propose alors des pistes de réflexion pour mener un programme de santé efficace pour les femmes en entreprise

Il semble essentiel de prendre en compte le genre dans les politiques de prévention en entreprise afin d’optimiser leur efficacité. L’égalité entre les femmes et les hommes, inscrite dans la loi du 4 août 2014, oblige à considérer “l’impact différencié de l’exposition au risque en fonction du sexe” dans le DUERP. Cependant, cette application en entreprise est encore insuffisante.

Les accidents de travail sont en hausse chez les femmes, d’où l’urgence d‘intégrer l’impact du sexe dans l’évaluation des risques professionnels. Au-delà des obligations légales, aborder la prévention santé en fonction des spécificités liées au sexe est un levier efficace pour lutter contre l’absentéisme. 

Pour ce faire, il est nécessaire de créer des programmes de prévention santé spécifiques pour les femmes, de relayer les campagnes nationales de santé publique et d’améliorer leurs conditions de travail.

55 idées pour améliorer la QVCT

Vous avez initié une démarche QVCT dans votre entreprise et vous souhaitez la booster ? Culture RH et Eurécia vous proposent 55 idées efficaces à mettre en place en 2024 pour améliorer la vie de vos collaborateurs !

Découvrir

Il est également important de promouvoir le suivi gynécologique annuel, de sensibiliser au dépistage du cancer du sein à partir de 50 ans et d’informer sur l’importance de l’hygiène de vie pour la santé cardiovasculaire

Enfin, il est crucial que l’entreprise s’engage contre les violences faites aux femmes et de lutter contre le tabagisme, qui est particulièrement préjudiciable pour la santé des femmes. 

Des campagnes spécifiques, des ateliers de sensibilisation et des entretiens avec des professionnels de santé peuvent être mis en place pour accompagner la santé des femmes en entreprise.

A lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.