Les RPS, qu’est-ce que c’est ?

Les RPS, qu’est-ce que c’est ?
Aurore Micheli

Intervenante en psychologie du travail

Les Risques Psycho Sociaux (RPS) : quels sont-ils et que recouvrent-ils ? Aujourd’hui Culture RH ouvre une semaine spéciale sur la thématique des RPS, rejoignez-nous !

Culture RH ouvre cette semaine sur la thématique des Risques Psycho Sociaux. Nous détaillerons donc aujourd’hui ce que sont les RPS et quelles sont les conditions pour que ces risques viennent impacter la santé mentale et physique des travailleurs, et nous en détaillerons les familles afin de découvrir ce qu’elles recouvrent.

Comment définir les RPS ?

Les risques psychosociaux (RPS) correspondent à des contextes de travail dans lesquels on retrouve de façon cumulée ou non :

  • Du stress : Le stress est un état réactionnel de l’organisme lorsqu’il est soumis à une agression. Il survient lorsque la perception de ses ressources n’est plus à l’équilibre face aux contraintes.
  • Des violences internes : Les violences internes peuvent prendre la forme de harcèlement moral ou sexuel ou encore de conflits qui n’ont pas trouvés d’issue. Ces violences peuvent exister soit entre les salariés soit entre des équipes par exemple.
  • Des violences externes : Les violences externes concernent les agressions que des personnes extérieures à l’entreprise commettent envers les salariés comme par exemple des clients ou des usagers. Ces agressions peuvent prendre la forme de menaces ou d’agressions physiques.

Les risques psychosociaux peuvent être engendrés par l’activité en elle-même, par l’organisation du travail ou être générés par les rapports sociaux au travail. 

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

A lire également :

Les RPS en 6 familles 

Les RPS sont catégorisés en six familles qui intègrent chacune des critères spécifiques à évaluer.

  • Intensité et temps de travail.
  • Exigences émotionnelles.
  • Manque d’autonomie.
  • Rapport sociaux au travail dégradés.
  • Conflits de valeurs : la qualité du travail bien fait.
  • Insécurité de la situation de travail.

Intensité et temps de travail

Cette famille concerne le concept d’exigences psychologiques (Karasek) qui repose sur la notion d’équilibre dans les situations de travail.

En résumé, lorsque les contraintes (de temps de travail, de charge de travail, de ressources, de qualité de l’information) ne sont pas proportionnées à la latitude décisionnelle (la possibilité d’être autonome et créatif dans son travail et d’avoir les moyens de réaliser la tâche demandée) un stress apparaît.

Ce stress, s’il est récurent, pourrait entraîner des troubles de santé mentale, mais aussi des troubles physiques tels que des maladies cardio-vasculaires ou des troubles musculo-squelettiques.

Exigences émotionnelles

La notion d’exigence émotionnelle est en lien avec la prescription de l’organisation et avec la nature de l’activité pour laquelle il est demandé de contenir ses émotions pour ne faire transparaître que celles attendues : des émotions perçues comme positives, par exemple la courtoisie, la bienveillance, la flatterie, l’empathie, etc.

Cette famille de risques est donc plus souvent citée dans les métiers de services avec une spécificité supplémentaire pour les métiers de soin à la personne, car le fait de soutenir les émotions des patients ou des clients (résident en EHPAD ou famille de défunts par exemple) fait également partie du registre des exigences émotionnelles.

Cette prescription impose de cacher ses émotions et de maintenir le contrôle de soi, ce qui est délétère pour la santé. Les émotions doivent être exprimées et non refoulées. Si elles sont refoulées trop quotidiennement des symptômes comme l’anxiété peuvent apparaître.

La suite après la publicité

Manque d’autonomie

L’autonomie désigne la possibilité de pouvoir agir sur son travail. Cette notion rejoint celle de latitude décisionnelle qui exprime la possibilité, ou non, selon les situations de travail d’exercer un certain contrôle sur son travail grâce à ses compétences.

Pourvoir agir sur son activité, c’est pouvoir se dégager des marges de manœuvre dans la réalisation de la tâche, mais aussi avoir la possibilité de prendre des décisions directement en lien avec cette dernière.

Rapports sociaux au travail dégradés

Mais que sont les rapports sociaux au travail ? Les rapports sociaux concernent tous les liens qui sont entretenus entre le travailleur et sa hiérarchie, son évolution de carrière, la façon dont il réalise la tâche qui lui incombe et la façon dont son travail est évalué.

Ces liens dépendent en grande partie du « soutien social » qui est défini comme étant « un processus d’interaction qui augmente les stratégies d’adaptation, l’estime de soi, les sentiments d’appartenance et la compétence par des échanges réels ou prévisibles de ressources pratiques ou psychosociales ». Chouinard M-C. Soutien social. In : M Formarier, L Jovic. Les concepts en sciences infirmières. Lyon: Mallet Conseil; 2012. p. 254-56.

Les relations sociales au travail sont également sous tendues par la notion de justice organisationnelle. Cette notion recouvre la perception de la justice perçue par le salarié par rapport à la manière dont il est pris en compte par l’organisation tant au niveau des rétributions matérielles qu’au niveau des échanges sociaux. 

Conflits de valeurs : la qualité du travail bien fait

Les conflits de valeurs renvoient à tous les conflits intra psychiques qui portent sur ce qui a de la valeur aux yeux des travailleurs et qui découle de la difficulté du travailleur à exécuter une prescription qui ne serait pas en accord avec ses valeurs.

Les conflits qui portent sur la notion d’éthique, mais aussi sur les conflits autour de la qualité du travail ? Qu’est-ce qu’un travail bien fait ? Quelles sont les contours qui permettent d’établir qu’un travail est de qualité ? La qualité du travail est-elle empêchée, et si oui par quoi ? Comment retrouver des marges de manœuvre pour pouvoir se reconnaître sans son travail ? Mon travail est-il utile ? Mon travail porte t’il préjudice à autrui ? Toutes ces questions autour du travail, lorsqu’elles sont posées, sont des conflits de valeurs à mettre au travail dans le collectif pour en sortir.

Insécurité de la situation de travail

L’insécurité au travail concerne deux aspect distincts : la peur de perdre son emploi ou de voir son contrat de travail modifié avec par exemple, des conditions rémunératrices plus faibles ; mais aussi le risque que pourrait engendrer une restructuration ou une refonte de son activité, voir même de sa profession (évolution, disparition progressive du métier etc.)

En conclusion

L’important est de garder à l’esprit que les RPS sont la conséquence de l’exposition des travailleurs à un ou plusieurs facteurs cités plus haut. L’atteinte à la santé est propre à la situation organisationnelle en lien avec l’activité du travailleur, mais pas au travailleur en lui-même, car c’est bien le déséquilibre de la situation de travail (contraintes trop importantes par rapport aux ressources) et l’impossibilité d’ouvrir des marges de manœuvres qui rendent la situation de travail délétère pour la santé.

9 fiches pour développer le potentiel de vos entretiens

L’entretien annuel peut devenir un moment clé pour l’engagement et la formation des équipes. Notre partenaire Lucca a élaboré un guide avec des conseils pratiques : implication des collaborateurs lors de préparation, identification des besoins de formation et réflexion sur les perspectives de carrières.

Je télécharge

A lire également :

Partager l'article

Aurore Micheli

Psychologue de travail de formation j'axe mes interventions principalement autour de la prévention. Prévention des risques professionnels à travers notamment le DUERP, prévention des Risques Psycho Sociaux, mais aussi prévention en sécurité routière lors de l'animation des stages de sensibilisation à la sécurité routière. Je suis également formatrice SST et réalise les examens psychotechniques lors des suspensions du permis de conduire. Ces expériences diverses me permettent aujourd'hui de partager mon expérience en tant qu'autrice pour le média Culture RH, spécialisé dans l'actualité RH.