Santé mentale au travail : pourquoi il est primordial d’en parler

Santé mentale au travail : pourquoi il est primordial d’en parler
Adeline Lajoinie

Les salariés attendent de leur employeur qu’il se préoccupe de leur santé, c’est même devenu un critère de choix crucial pour choisir une entreprise. Mais comment les services RH peuvent-ils aider à débloquer la parole autour de la santé mentale ?

La santé mentale en entreprise : un tabou ? 

Le groupe International SOS vient de publier un livre blanc sur « Santé en entreprise : les nouveaux enjeux » dans lequel il partage une enquête sur les nouveaux enjeux de la santé au travail, mais aussi des recommandations concrètes pour intégrer la santé et le bien-être à ses politiques d’entreprise.

L’on y apprend que si, l’an dernier, près d’un employé sur deux s’est absenté au moins une journée (et que depuis 2011, le nombre moyen de jours d’absence par an et par salarié est passé de 14 à 24,5 jours selon un Baromètre AG2R La Mondiale), la santé apparaît encore au second plan lorsqu’il s’agit de piloter la performance de l’entreprise

Elle demeure trop souvent considérée comme un sujet de conformité à la loi, l’affaire des délégués du personnel et de la médecine du travail.

Pourtant, le livre blanc souligne que la santé mentale au travail doit être une valeur centrale. Elle nécessite une décision à tous les niveaux : dirigeants, RH, et représentants du personnel doivent tous s’impliquer.

Magazine IN'formation N°2 - Le marketing de la formation

Au travers de ce deuxième numéro nous explorerons les principaux aspects du marketing de la formation et son rôle crucial dans le développement et la réussite des initiatives de formation professionnelle. Vous trouverez ainsi des articles, des fiches pratiques et des interviews d’experts. Ce magazine est proposé par notre partenaire Lefebvre Dalloz Compétences.

Je télécharge le magazine

Il faut une stratégie claire, qui traite la santé mentale comme physique. Malheureusement, la santé mentale reste un sujet encore plus tabou que la santé physique en entreprise, dont on n’ose pas parler.

Une enquête montre que la majorité des salariés craignent pour leur carrière en parlant de leur santé mentale

Il faut donc éduquer tout le monde : employés, cadres et dirigeants. Les managers doivent être formés pour repérer les signes de stress. Ils doivent aussi guider leurs équipes vers l’aide nécessaire et montrer l’exemple.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

Ouvrir la parole sur la santé mentale : une stratégie payante

Mettre en place le bien-être au travail est un défi. Cela prend du temps et demande des efforts. Pourtant, c’est rentable. Un euro investi dans la santé rapporte entre 2,5 et 4,8 euros. Cette rentabilité vient de la baisse de l’absentéisme.

Advertisements

Le bien-être au travail renforce la motivation des salariés. Un climat d’écoute et de respect est essentiel. Cela garantit une meilleure performance sur le long terme. De plus, c’est un atout pour attirer les talents, surtout dans les secteurs en tension.

Selon l’IFOP, 61% des entreprises valorisaient déjà le bien-être en entreprise fin 2021. Et ce chiffre augmente. Mais attention aux programmes superficiels. Ils peuvent être mal reçus par les salariés. 

Les ressources humaines et responsables HSE ont alors un rôle clé. Ils doivent guider cette transition et choisir les bons partenaires.

En pratique : comment les RH peuvent aider les collaborateurs à parler de leur santé mentale 

Selon Audrey Richard, Présidente de l’ANDRH (Association Nationale des DRH), interrogée dans le cadre de ce livre blanc, les problèmes de santé mentale en entreprise, “posent la question de la montée en compétences des équipes RH. La formation continue est la clé dans notre profession dont les enjeux sont en perpétuelle évolution.”

Le livre blanc propose alors des solutions pratiques.

La première solution consiste à faire dialoguer tous les acteurs de la santé dans l’entreprise : les services HSE (Hygiène, Sécurité, Environnement), le Service de Santé au Travail, la Direction des Ressources Humaines et le Comité Social et Économique. 

Chaque acteur a alors un rôle, des objectifs, des apports et des freins potentiels définis. 

Ensuite, le livre blanc propose de mettre en place un programme santé et bien-être fédérateur en plusieurs étapes : 

  1. Convaincre le comité de direction.
  2. Dresser un état des lieux et définir des objectifs.
  3. Déterminer les bons indicateurs.
  4. Organiser des actions efficaces.
  5. Mesurer les progrès.
  6. Faire de chaque manager un ambassadeur.
  7. Avec le nudge, donner un « coup de pouce » dans la bonne direction.
  8. Rendre chaque activité ludique.

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.