GRH

Bonheur au travail: 12 techniques pour l’améliorer

ameliorer-bonheur-au-travail-mesurer
Ecrit par Johan Hidouche

Mesurer le bonheur de ses salariés est un enjeu fort afin de prévenir les risques de conflits sociaux d’une part et d’accroitre le bien-être de vos salariés d’autre part. Votre entreprise devient plus seine, plus humaine et donc plus productive !

Dans cet article, nous allons voir ce que disent les études sur l’importance du bonheur au travail, comment peut-on le mesurer et surtout dévoiler 12 astuces pour l’améliorer, concrètement.

Que disent les études sur l’importance du bonheur en entreprise ?

Plusieurs études menées ces dernières années expliquent l’effet positif du bonheur sur les employés. Voici donc quelques chiffres afin d’y voir plus clair.

Etude de Mars 2017, Université d’Harward & MIT

Une étude de l’université d’Harward & du prestigieux MIT nous dévoile des chiffres éloquents au sujet des employés heureux :

  • – 31% plus productifs
  • 2 fois moins malades
  • 6 fois moins d’absentéisme
  • 9 fois plus loyaux
  • 55% plus créatifs

Etude 2017 – 2018 du cabinet Gras Savoye Willis Towers Watson

  • + 3,6 % d’augmentation du taux d’absentéisme en France
  • + 16% depuis 2014
  • Soit 4 absents tous les jours dans une entreprise privée de 100 personnes
  • Soit un coût annuel de 107 milliards par an, selon les chiffres du Think Thank Liberal Institut Sapiens

Baromètre National du Bonheur au Travail, Fabrique Spinoza, mai 2017

  • 50% des actifs sont globalement « satisfaits » de leur travail.
  • 50% reste donc « insatisfaits », dont le manque de reconnaissance, l’autonomie ainsi que les relations humaines se font sentir dans l’appréciation du bonheur au quotidien

Fondation Mind & Wildgoose, 2017

  • 60% ! Cette étude montre qu’une politique volontaire dans le sens du bien-être au travail est déjà un signe positif reçu par les employés puisque 60% sont plus motivés, plus engagés, plus investis lorsque des initiatives sont mises en place !
  • 61% se soucie davantage du bonheur au travail que du salaire !

Comment mesurer le bonheur au travail ?

comment-mesurer-bonheur-au-travail

Si la définition du bonheur au travail est aussi le fruit d’un processus de réflexion initié au sein de chaque entreprise, deux indicateurs, accessibles à tous émergent : le taux d’absentéisme et le turnover des employés.

L’absentéisme : votre taux est-il dans la moyenne nationale ?

Un taux d’absentéisme fort est le signe le plus révélateur d’un mal être au travail, d’un management à rafraichir ou encore d’un environnement de travail à améliorer.

Les bonnes questions à se poser sont les suivantes : quelles sont les raisons de ces absences ? L’approche doit s’effectuer dans un état d’esprit professionnel, c’est-à-dire « sans jugement » vis-à-vis de l’employé.

L’idée est bien de saisir les enjeux de son mal-être au travail pour ensuite y remédier. Le retour de l’employé absent peut-être orchestré par un évènement (petit déjeuner ou déjeuner collectif) afin de célébrer ce retour. Un retour sous de beaux hospices pour repartir de bon pied pour toute l’équipe.

Ce moment de cohésion permet de briser « la culpabilité » de l’employé après une absence. L’objectif est ici de comprendre les raisons de cette absence et de lui signifier que son retour est bienvenu et que l’esprit est à l’entraide !

Un environnement bienveillant est propice à une diminution de l’absentéisme et à un accroissement du bonheur au travail !

Le turnover, soit le taux de renouvellement du personnel d’une entreprise

Il est un indicateur des conditions de vie au travail ainsi que du climat social. Si la génération X, née en 1961 & 1981 est souvent fidèle à son employeur durant des années voire toute sa carrière, les générations suivantes, Y (1981-1995) et Millénium (2001 à Aujourd’hui)sont plus volatiles.

Pour elles, travailler n’est pas seulement une source de revenu mais aussi un chemin vers l’épanouissement, un moment ou le plaisir va de pair avec les taches à réaliser au quotidien.

Dans un contexte économique de plus en plus favorable, notamment pour les cadres, ces deux indicateurs ont le mérite d’être accessible à tous et tangibles, mesurables : humainement et financièrement.

Plusieurs autres indicateurs existent ; les classements, à l’instar de The Great Place to Work, se multiplient. La définition du bonheur étant large et sujette aux choix des indicateurs retenus, les palmarès se suivent mais se ressemblent pas, bien au contraire.

Les uns décident par exemple de collecter des données subjectives (stress, ambiance de travail, valeurs au travail), quand d’autres axent leurs travaux sur des données plus objectives – taux d’absentéisme, turnover, départ non volontaire.

Voici deux exemples :

  • Mars-lab, la Baromètre du climat social, subjectif. Domaines pris en compte : climat social ainsi que 7 autres outils : le sens au travail, la morale au travail, la valeur travail, la gouvernance sociale…
  • Mozart Consulting : Indice du Bien-être au travail IBET, objectif : domaines pris en compte : accidents, départs non volontaires, désengagement, turnover, départs volontaires, absentéisme…

12 astuces pour améliorer le bonheur au travail

comment-ameliorer-bonheur-au-travail

Voici maintenant 12 astuces pour améliorer le bonheur au travail.

1. Trouver du sens au travail

« Trouver du sens au travail » est une expression qui revient fréquemment dans les interviews et témoignages au sujet du bonheur au travail. Ce sens est toujours le fruit d’une démarche personnelle et collective.

Personnel car en tant qu’employé, je prends de la hauteur vis-à-vis mon travail, j’intègre mon action dans un le « tout » du collectif. Comme un jeu de LEGO, chaque pièce, chaque employé à sa pierre à ajouter à l’édifice. Lorsqu’on se sent utile, alors sa légitimité au travail est confortée et le sens apparait comme une évidence. 

Collective : c’est ici que le RH et le manager ont un rôle à jouer ! L’objectif est de mettre en lumière l’harmonie du travail de chacun pour de lui donner une seule et unique forme : « le projet commun ».

Pour se faire, la communication entre les métiers est importante et les événements d’entreprise tout autant. Ils servent à construire l’identité de l’entreprise dans laquelle chacun pourra se reconnaître et y trouver du sens.

2. Favoriser le climat social

Favoriser le climat social est l’une des clefs du bonheur au travail. Des initiatives peu couteuses et efficaces peuvent favoriser un climat bienveillant et solidaire au sein de votre entreprise.

Organiser des évènements d’entreprises une fois par semaine (déjeuner, sortie after work), fêter les anniversaires des collègues, dessiner une frise chronologique relatant les grands moments de l’entreprise avec ceux des employés (date d’intégration, anniversaire, naissance).

3. Favoriser la marche à pied

La marche à pied est également une technique redoutable afin d’échanger à deux ou trois.

Marcher côte à côte évite de supporter le regard frontal de mon interlocuteur, ce qui apaise et renforce la confiance.

La promenade est également bénéfique puisqu’elle oblige les acteurs à décider ensemble de la direction à prendre, à regarder devant soi, partager ce que l’on voit, en somme, renforce la dimension symbolique et la cohésion entre les individus.

La pensée ne viendrait-elle pas en marchant… ? A méditer !

4. Améliorer l’environnement de travail 

Améliorer l’environnement de travail donne envie de venir au travail, d’y rester, d’y passer du temps ; parfois un aménagement simple comme des couleurs vives ou encore des salles dédiées à des activités ludiques ou reposantes peuvent égayer la journée de vos employés. L’objectif est que chacun puisse se retrouver dans un lieu collectif, tout y trouvant sa place.

Concrètement ? Repeindre un mur d’une couleur vive, investir dans des chaises confortables, stimuler la créativité et le partage avec un mur / une boite à idée, végétaliser cet espace pour dessiner une atmosphère plus sereine, privilégier la lumière naturelle à la lumière artificielle.

5. Faire la sieste

Siestons ! La sieste reprend du poil de la bête au sein des entreprises ! En effet, une sieste de 10 à 20 minutes est régénératrice pour le corps, avec un sentiment de « forme » au réveil.

Créer un espace paisible, avec une densité de lumière faible afin de pouvoir s’évader, rêver quelques minutes et une technique simple, naturel, qui améliore le bien-être physique et mental au travail.

Attention toutefois à ne pas s’endormir trop longtemps pour ne pas ressentir un « coup de mou » au réveil !

5. Agrémenter l’environnement en végétal

Un aménagement végétal renforce le sentiment de bien-être en entreprise : c’est joli à regarder, bon pour le moral et le bien-être. Des entreprises comme Google possède des jardins au centre de leurs locaux, avec des jeux de lumière tamisés.

Le choix des plantes doit répondre à une condition : non polluantes et autonomes.

Non polluantes, on privilégiera des plantes comme le cactus, le ficus ou encore l’aloé Vera.

Autonomes : qui résiste à des périodes sans arrosages allant jusqu’à un mois, entre les vacances, les oublis…autant les choisir robustes dès le départ !

7. Le fauteuil musical

Avez-vous déjà pensé à un fauteuil musical ?

Plusieurs start-up propose ce concept afin de s’évader le temps d’un massage en musique, en totale immersion le temps de se « requinquer ». Cette solution à l’avantage de privilégier sieste, bien-être (la musique adoucit les mœurs) et petit break salvateur et divertissant.

Idées de fauteuil : par la start-up lyonnaise MAANS & son fauteuil Senseat.

8. Dans amplitude horaire, il y’a amplitude !

Offrir la liberté de commencer le travail un peu plus tôt ou un peu plus tard, voilà le secret de la confiance et d’un meilleur bien-être au travail.

Si cela s’avère complexe à mettre en œuvre dans certains secteurs, les cadres peuvent s’octroyer cette liberté selon leurs obligations personnelles. L’exemple de l’Ile-de-France est éloquent : commencer plus tôt permet d’éviter les heures de pointe dans les transports en commun le matin et en fin de journée.

Parfois les raisons sont plus personnelles, il y’a ceux qui sont du matin et ceux du soir, des enfants…etc. L’entreprise qui se souci du bien-être de leurs salariés c’est aussi celle qui s’adapte à chacun.

9. Favoriser la démocratie interne

Savoir écouter ses salariés c’est aussi leur donner la parole !

La démocratie interne c’est aussi l’affaire de l’entreprise ou des choix peuvent être soumis au vote. Une plateforme de sondage en ligne et gratuite peut-être mise en place, comme sur les réseaux sociaux !

La stratégie de l’entreprise pour les années à venir, le management…tous les sujets ont leur place. Inviter à la contribution est une marque de confiance forte, à condition que le processus de décision à terme soit clair et limpide.

Danone est l’une des grandes entreprises à avoir lancé une grande concertation au sujet de sa stratégie sur les 10 ans à venir, avec comme devise : « une personne, une voix, une action ».

A méditer…et à faire !

10. RSE = Réseau Social d’Entreprise

Le réseau social d’entreprise à l’avantage de promouvoir d’une part la communication entre collègues et d’autres part leur permettre de travailler ensemble.

Entre une publication divertissante pour faire rire ses collègues et le partage de bonne pratique au travail, il n’y a qu’un pas ! Un RSE est l’outil primordial pour rendre palpable votre culture d’entreprise. Plus l’entreprise est petite, plus la communication devient plus qu’une option mais une nécessité pour le bien-être & la performance au travail.

Créer un RSE est souvent gratuit ! Vous pouvez opter pour une structure à votre image développée par un développeur informatique, ou plus simple et moins couteux, un groupe sur un réseau social, ou une conversation WhatsApp pour les notifications du quotidien.

11. Favoriser le sport

Le sport renforce la cohésion d’équipe et permet de libérer les bonnes et mauvaises énergies entre collègue.

Il renforce la solidarité et la confiance notamment via les jeux d’équipe comme les jeux de ballon et à raquette. Il permet de fait de se divertir ensemble, de rire ensemble et ainsi de mieux travailler ensemble.

Le sport peut s’effectuer entre midi et deux suivit d’un déjeuner commun, voire en intérieur avec un tapis de sol pour du Yoga…si ce n’est de l’acroYoga !

12. Une nourriture saine et gourmande !

Dernière -mais pas des moindres- astuce pour cultiver le bonheur au travail…gâtez les papilles de vos collaborateurs avec des aliments bons pour le cerveau de vos collaborateurs et gustativement savoureux !

Les graines, les fruits secs sont des choix stratégiques et efficaces : rapport qualité – prix intéressant, souvent apprécié par le plus grand nombre, pratique à manger…ils sont la recette idéale pour conjurer la petite faim du gouter ou rattraper un petit déjeuner manqué !

Ces astuces sont autant d’idées simples, peu chères et porteuses d’un message positif !

L’amélioration du bonheur au travail est la clé, pensez à l’améliorer

L’entreprise change, passant d’un management inspiré des automates à des pratiques plus humaines et heureuses. Le sens au travail donne le LA pour le visage de l’entreprise du XXI siècle : heureuse !

Mesurer le bonheur de chaque individu reste néanmoins complexe, des indicateurs tangibles sont toutefois révélateurs et significatifs : le taux d’absentéisme ou encore le turnover.

Les pistes d’améliorations sont également foisonnantes : aménagement de l’espace de travail, bienveillance…Le bonheur est entre vos mains !

A propos de l'auteur

Johan Hidouche

Conférencier & Consultant "Happiness at work",
mon background en philosophie (Sorbonne) & Management (Burgundy School of Business) me permet d'avoir une approche humaine et managériale des questions relatives au bonheur au travail.

J'interviens auprès des entreprises & des organisations,
Mon leitmotiv : optimisme, pragmatisme et audace!

Commenter l'article