Quelles sont les conséquences des RPS ?

Quelles sont les conséquences des RPS ?
Aurore Micheli

Intervenante en psychologie du travail

Vous souhaitez connaître les conséquences des risques psychosociaux sur la santé de vos salariés, cet article vous en donnera une liste exhaustive.

Mes salariés sont-ils soumis aux RPS ? Quels sont les signes d’alerte sur la santé et les conséquences observables ?

Dans cet article nous ferons un bref rappel de ce que sont les RPS et irons chercher les conséquences concrètes du côté organisationnel mais aussi les atteintes à la santé le plus souvent répertoriées.

Rappel de ce que sont les RPS

Les risques psychosociaux (RPS) correspondent aux risques de santé mentale, sociale, et physique engendrés par l’organisation du travail et les relations au sein de l’entreprise.

Ils sont classés en six familles : l’intensité et la durée de travail (les horaires réalisés et leurs conditions particulières tel que le travail de nuit ou le travail en trois huit); les exigences émotionnelles (qui correspondent au contact avec des personnes en difficultés émotionnellement ou à la prescription du maintien d’une émotion simulée telle que la nécessité de devoir sourire en permanence); le manque d’autonomie qui correspond au manque de marge de manoeuvre dans son travail; les relations conflictuelles, le conflit de valeurs qui correspond à l’éthique professionnelle parfois mise à mal par la prescription de l’organisation et l’insécurité de la situation de travail en lien soit avec la précarité du contrat soit avec les grands changements organisationnels tels que les restructurations.

Les risques psychosociaux peuvent être engendrés par l’activité en elle-même, par l’organisation du travail ou être générés par les rapports sociaux au travail. 

Il est important de rappeler qu’il faut distinguer la notion de « risque » de celle de « trouble ».

Le risque correspond à la probabilité d’être exposé au risque (par exemple la surcharge de travail), mais elle n’entraînera pas de manière systématique un « trouble » physique ou psychique qui est la conséquence de la surexposition au risque. C’est bien souvent la répétition, donc la surexposition au risque ou le cumul de l’exposition à certains risques qui sera à l’origine du trouble.

Le trouble peut se manifester par exemple par un burn-out, du stress, ou encore par des atteintes purement physiques que nous détaillerons ci-après.

Avant d’aller plus loin, nous allons détailler quatre notions indiscutablement en lien avec les risques psychosociaux : Le stress au travail, le burn-out, le harcèlement moral et la surcharge de travail.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

A lire également :

Le stress au travail  

“Un état de stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face.” Agence européenne pour la santé sécurité au travail.

L’évaluation des contraintes et des ressources est d’ordre psychologique et appartient à chacun individuellement, néanmoins les effets du stress ne sont pas seulement de nature psychologique. Le stress affecte la santé mentale et par conséquent la productivité du salarié.

Employeurs : 10 obligations à connaître en droit du travail

Les textes de loi et décrets entrés en vigueur ces derniers temps sont venus impacter les obligations des employeurs, créant ainsi de nouveaux impératifs à respecter pour rester en règle. Téléchargez ce dossier spécial pour faire le point sur les 10 obligations à connaître. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire les Editions Tissot.

Je télécharge gratuitement

Burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel

Le burn-out se traduit par un : « épuisement physique, émotionnel et mental qui résulte d’un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel » Schaufeli WB and Greenglass ER. Introduction to special issue on burnout and health. Psychol Health 2001;16(5):501-10.

La suite après la publicité

Le burn-out s’installe progressivement comme un processus de dépréciation du rapport subjectif au travail :

  1. L’épuisement émotionnel : Cette dimension est celle qui sera le plus facilement repérable : le salarié a le sentiment d’être vidé de ses ressources, il ressent une extrême fatigue qui s’installe tant physiquement que psychologiquement.
  2. Le cynisme vis-à-vis du travail : Le salarié exposé au stress intense et répété développera une attitude négative et fataliste face à son travail et aux épreuves qu’il traverse. Il pourra apparaître comme étant détaché de la situation, mais c’est en réalité une stratégie d’auto-préservation face aux exigences auxquelles la personne ne peut plus faire face.
  3. La diminution de l’accomplissement personnel au travail : Du fait de ne plus pouvoir faire un travail de qualité, un travail dans lequel il se reconnaîtra, le salarié développera un sentiment d’inefficacité, d’inutilité, voir même d’incompétence du fait de ne pas pouvoir améliorer la situation de travail. Cette dimension ne pourra s’observer qu’au contact du salarié, dans un échange en lien avec son activité professionnelle.

Comportements et signes physiques observables : Un salarié en burn-out pourrait développer les symptômes suivants : irritabilité, hypersensibilité, troubles de l’attention ou de la concentration, isolement volontaire, comportement agressif, diminution de l’empathie, développement de comportements addictifs, baisse de la motivation, doute au sujet de ses capacités ; mais aussi : anxiété, troubles du sommeil, trouble alimentaire, troubles musculosquelettiques de type lombalgie, céphalées, troubles gastro intestinaux etc.

Harcèlement moral

Le harcèlement moral correspond à des agissements répétés pouvant entraîner une dégradation des conditions de travail qui pourrait avoir les conséquences suivantes pour le salarié :

  • Une atteinte à ses droits et à sa dignité,
  • Une altération de sa santé physique ou mentale.
  • Une menace pour son évolution professionnelle.

Le harcèlement moral est souvent complexe à observer, car il est souvent exercé de façon cachée, à l’écart du regard des autres collègues.

Le harcèlement moral peut prendre la forme d’insultes régulières et répétées, de messages agressifs, de réflexions déplacées et discriminatoires, de menaces de la perte de l’emploi ou de mise à l’écart de l’activité, plus souvent appelée « mise au placard ».

La surcharge de travail

La surcharge de travail se définit très simplement comme une quantité de travail trop importante à réaliser par rapport au temps qui nous est imparti. Elle se traduit le plus souvent par la réalisation d’heures supplémentaires et la tendance à travailler chez soi ou durant ses congés.

Quelques pistes de préventions relativement simples peuvent être envisagées :

Planifier les temps de repos (congés, RTT), planifier le travail suffisamment à l’avance, anticiper les modifications horaires, échanger avec les équipes des objectifs et estimer les moyens qui devraient y être associés, veiller à rendre les horaires compatibles au mieux avec  la vie sociale et familiale.

A lire également :

Revue des symptômes physiques, émotionnels et comportementaux

Les RPS peuvent entraîner différents symptômes et conséquences, et notamment :

  • Douleurs diverses (maux de tête, douleurs articulaires et musculaires).
  • Crises de larmes sur le lieu de travail, manifestation intense de mal être.
  • Sentiment de souffrance.
  • Troubles alimentaires.
  • Troubles du sommeil.
  • Conduites addictives.
  • Consommation de produits psychoactifs (drogue, alcool, médicaments).
  • Malaises sur le lieu de travail ou les trajets domicile travail.
  • Idées suicidaires.

Pathologies pouvant être des conséquences de l’exposition au risque psychosocial (RPS)

 Ses symptômes auront diverses répercussions sur la santé des collaborateurs et plus particulièrement :

  • Troubles musculosquelettiques.
  • État de stress post traumatique (PTSD).
  • Hypertension.
  • Diabète.
  • Infections à répétition.
  • Dermatoses.
  • Coronaropathies.
  • Karôshi : mort subite par accident vasculaire ou cérébral.

Ces conséquences des RPS généreront des indicateurs souvent bien visibles pour l’entreprise ainsi que des pertes financières. Il est donc possible de regarder les répercussions d’un point de vue quantitatif :  le turn-over, l’absentéisme, la perte de productivité, les accidents du travail, mais aussi qualitativement : la dégradation du climat dans l’entreprise, les arrêts maladies et leur cause etc.

Toutes ces répercussions organisationnelles sont donc votre première porte d’entrée avec le recueil de la parole des salariés pour constater les conséquences que l’exposition répétée aux RPS pourraient avoir dans votre organisation.

Partager l'article

Aurore Micheli

Psychologue de travail de formation j'axe mes interventions principalement autour de la prévention. Prévention des risques professionnels à travers notamment le DUERP, prévention des Risques Psycho Sociaux, mais aussi prévention en sécurité routière lors de l'animation des stages de sensibilisation à la sécurité routière. Je suis également formatrice SST et réalise les examens psychotechniques lors des suspensions du permis de conduire. Ces expériences diverses me permettent aujourd'hui de partager mon expérience en tant qu'autrice pour le média Culture RH, spécialisé dans l'actualité RH.