baromètre soft skills

6 actions à mener pour améliorer la QVCT, la Qualité de Vie et des Conditions de Travail

6 actions à mener pour améliorer la QVCT, la Qualité de Vie et des Conditions de Travail
Elodie Schaller

Vous avez la volonté d’amorcer une démarche QVCT au sein de votre entreprise, mais vous ne savez pas encore très bien comment la concrétiser ?
Découvrez notre article, 6 actions à mener pour améliorer la QVCT et laissez-vous inspirer !

Depuis le 31 mars 2022, suite à l’ANI sur la santé au travail du 09 décembre 2020 et la loi Climat du 02 août 2021, la Qualité de Vie au Travail (QVT) a laissé la place à la Qualité de Vie et des Conditions de Travail (QVCT).

Il ne s’agit pas là d’un simple ajout dans l’acronyme initial, mais bien d’une volonté gouvernementale de renforcer les mesures préventives en entreprise.

La démarche QVCT

La démarche QVCT regroupe l’ensemble des actions qui permettent de concilier la santé des salariés et l’amélioration de leurs conditions de travail, sans laisser de côté la performance de l’entreprise.

Elle répond à 2 obligations légales pour l’employeur :

Voici les 6 thématiques qui composent la démarche de QVCT :

démarche-qvct-thèmes-items-actions

Je vais vous proposer ci-dessous 6 actions en lien avec votre démarche QVCT, au service de vos salariés et de la pérennité de votre entreprise.

Une action par thématique

Compétences, parcours professionnels

On retrouvera dans ce pétale l’arrivée du collaborateur avec son parcours d’intégration. Viendront ensuite les entretiens qui jalonneront sa carrière au sein de votre entreprise. Et, pour finir, on s’intéressera aux actions de formation proposées pour le fidéliser ou, à défaut, garantir son employabilité.

Le parcours d’intégration est un outil fort pour bien démarrer une relation contractuelle. En effet, il sera utile au nouveau salarié pour découvrir son environnement de travail. C’est en général un incontournable dans les entreprises.

Complémentaire de l’intégration, l’accueil sécurité quant à lui laisse souvent à désirer. On n’y prête pas assez d’importance par manque de temps ou par sous-estimation des dangers auxquels sera exposé le nouvel arrivant.

Alors, on fait visiter les locaux pour montrer et expliquer les points de vigilance, on vérifie la bonne adaptation des équipements de protection individuelle, ou encore l’ergonomie du poste de travail. On informe également des risques physiques et psychiques du poste, en n’oubliant pas d’identifier le référent harcèlement de l’entreprise.

Pour rendre les choses plus concrètes, vous pouvez envisager une vidéo de vos locaux, avec un questionnaire de validation à la fin. N’hésitez pas non plus à profiter des talents graphiques d’Ucciani pour jouer à l’enquêteur. Il existe des situations pour les fonctions administratives, en bureau, mais également pour les fonctions techniques.

Égalité professionnelle pour tous

Dans cette thématique, on retrouvera les sujets en lien avec l’équilibre vie privée / vie professionnelle. On entendra par là : charge de travail, modulation des horaires, télétravail…. On pourra aussi aborder le droit à la déconnexion ou l’index d’égalité Hommes-Femmes, obligatoire dès 50 salariés.

Comme toutes les entreprises de plus de 20 salariés sont soumises à l’obligation d’emploi de travailleurs handicapés, je vous propose une action sur ce dernier point.

Chaque année, au mois de novembre, la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées a lieu. À cette occasion, l’événement « DuoDay » est proposé aux entreprises.

Le principe est simple : l’entreprise participante accueille, lors de cette journée, une personne en situation de handicap, en duo avec un salarié volontaire. L’objectif est de permettre à la personne en situation de handicap de découvrir un métier, en immersion dans l’entreprise. Elle pourra ainsi confirmer son projet professionnel ou voir une vocation se révéler. C’est également un moyen efficace de découvrir de nouveaux talents à recruter ! 

Cet événement est aussi un très bon moyen pour sensibiliser l’ensemble de vos collaborateurs à la diversité des situations de handicap au travail. En effet, le handicap ce n’est pas uniquement un fauteuil roulant. Il peut être définitif ou temporaire, visuel ou cognitif par exemple.

Pour information, la prochaine journée aura lieu le 17 novembre 2022, à vos agendas !

À lire également :

Management participatif, engagement 

On aborde maintenant un thème qui touche aux projets et aux stratégies de l’entreprise, ainsi qu’à son organisation hiérarchique, avec la ligne managériale.

Les décisions qui se prennent au sommet sont malheureusement souvent peu ou pas communiquées à l’ensemble des salariés de l’entreprise. Ils sont pourtant concernés par ces décisions, qui vont avoir des impacts sur l’organisation de leur travail, leurs missions, leurs horaires… C’est tout l’art de pratiquer le management participatif dans l’entreprise, pour associer l’ensemble des parties au projet.

Un levier stratégique de management réside dans la communication interne. Il existe peut-être au sein de votre entreprise un site intranet, une newsletter…Mais rien ne vaut un rendez-vous annuel où la Direction exprime de vive voix les projets futurs de l’entreprise.

Cela permettra de remotiver les troupes et d’exprimer des idées d’une seule et même voix au plus grand nombre. Cela sera aussi l’occasion de jouer la carte de la transparence envers les premiers contributeurs de l’entreprise.

En effet, les salariés ont besoin de voir leur travail reconnu, mais surtout de savoir où l’entreprise va. Il n’y a rien de plus frustrant et délétère que de naviguer à vue. Il en va de la pérennité de l’activité, à travers la rétention des talents.

Advertisements

Relations au travail, climat social

On entend par là le dialogue social avec les élus du CSE. C’est le reflet de la fluidité des échanges entre la Direction et les salariés.

Cela concerne également les moments conviviaux au sein de l’entreprise. Maintenant que le plus gros de la crise COVID-19 est derrière nous, pourquoi ne pas réunir à nouveau les équipes ?

Le team-building est un bon moyen pour recréer du lien, quelque peu distendu par les confinements et les périodes de télétravail.

En fonction de l’objectif de votre journée, il existe de multiples possibilités d’activités à programmer. Du sport pour favoriser la cohésion, de l’équicoaching pour se découvrir et mieux connaître ses collègues, du design thinking pour innover dans vos processus…

N’oubliez pas que le climat social se mesure à l’aide d’un baromètre annuel interne. Un bon moyen, à coup sûr, de faire grimper le score !

Contenu du travail

On évoque ici l’intérêt que va pouvoir trouver le collaborateur dans son travail et le sens qu’il pourra y donner.

Un bon moyen pour susciter le plaisir est de répartir les missions, dans la mesure du possible, en fonction des compétences et des affinités de chacun. Développer la polyvalence des équipes permettra de réduire les contraintes physiques et psychiques, ainsi que la monotonie au poste de travail.

De plus, cela renforcera aussi le capital confiance du collaborateur. Ce dernier sera ainsi valorisé dans ses tâches et évoluera progressivement vers davantage de responsabilités.

Il peut également être salutaire de créer des procédures pour certaines tâches, afin de permettre à l’ensemble des collaborateurs de les réaliser en toute autonomie, à tour de rôle.

Il y a à cela plusieurs avantages :

  • Fin du sentiment de « corvée » pour les collaborateurs en charge des missions à valeur ajoutée moindre.
  • Création d’un back-up permanent sur ces tâches (notamment en cas d’absences).
  • La polyvalence renforce l’employabilité et permet de mieux gérer des situations en tension.

Personne n’est irremplaçable et c’est tant mieux !

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Santé au travail

Le dernier axe concerne la santé au travail. C’est sûrement l’un des axes les plus larges. En effet, on peut y voir le pan de la santé des collaborateurs, à travers le service de prévention et santé au travail, les AT/MP…

On peut sous-tendre une notion d’absentéisme, si l’analyse montre des causes liées au travail. On peut également l’envisager sous l’axe de la prévention, avec le Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels (DUERP).

Enfin, on peut encore creuser du côté des aménagements de postes pour prévenir les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) ou les Risques Psychosociaux (RPS).

Arrêtons-nous sur le volet des aménagements des postes de travail. 

Si vous ne possédez pas votre propre service de prévention et santé au travail, vous faites appel aux services d’un centre partagé. De ce fait, vous payez annuellement une cotisation pour recourir aux prestations de ce centre.

Mais saviez-vous que cette cotisation ne vous ouvre pas uniquement droit aux visites médicales ? En effet, votre service de prévention et de santé au travail est à vos côtés pour vous accompagner dans le cadre d’études liées à différents risques.

Il peut s’agir d’une étude ergonomique en vue d’un renouvellement de mobilier par exemple. L’intervention peut également concerner une étude de bruit dans vos locaux. Ce peut encore être l’étude des risques chimiques potentiellement présents dans votre entreprise.

Les 2 petits plus de votre cotisation ? 

  • Dans le cadre de votre adhésion, vous bénéficiez généralement d’une à deux prestations gratuites par an.
  • Un professionnel intervient dans votre entreprise à l’issue de l’étude pour une sensibilisation au risque considéré auprès de vos salariés. Cela renforcera l’impact des actions que vous allez entreprendre, sous l’effet du regard extérieur.

En bref…

En résumé, la démarche QVCT est plutôt un enchaînement d’actions au service des thématiques abordées dans cet article qu’un saupoudrage d’initiatives solitaires. Installer un baby-foot c’est bien, mais ça ne fait pas des miracles !

Et surtout, on inclut la semaine de la QV(C)T comme un rituel RH annuel au service des collaborateurs et de l’entreprise. La prochaine se déroulera du 20 au 24 juin 2022. Toutes les infos sur le site de l’ANACT !

Partager l'article

Elodie Schaller

Diplômée d'une école de commerce dans le domaine de la gestion d'entreprise, j'ai pu exercer des postes RH à responsabilités principalement dans le domaine de l’Industrie automobile, au sein de grands groupes internationaux mais aussi de PME locales, dans des contextes à forts enjeux sociaux. Je me considère comme une véritable Business Partner, avec la volonté de prendre en considération les aspects humains et financiers de l’entreprise, pour un résultat gagnant-gagnant.