Épargne salariale : quelles sont les règles d’abondement pour l’employeur ?

Épargne salariale : quelles sont les règles d’abondement pour l’employeur ?
Laetitia Baccelli

Consultante et formatrice en paie, j'apporte mon expertise pour optimiser efficacement vos services paie

Découvrez les règles de l’épargne salariale et de l’abondement de l’employeur : de la définition de l’abondement à son traitement en paie. Tout ce que vous avez à savoir sur l’abondement de l’employeur !

Les dispositifs d’épargne salariale permettent aux salariés de se constituer une épargne, tout en bénéficiant d’un régime de faveur en matière de cotisations sociales et d’impôt sur le revenu.

Pour inciter les salariés à placer dans des plans d’épargne salariale, les employeurs peuvent recourir à l’abondement, un complément qui vient renforcer l’épargne constituée par le salarié. Mais quelles sont les règles en matière d’abondement de l’employeur ? Et quel est le régime social et fiscal de l’abondement de l’employeur ?

Dans cet article, nous vous proposons de faire le point sur l’abondement de l’employeur dans le cadre de l’épargne salariale.

L’abondement de l’employeur, c’est quoi ?

L’abondement de l’employeur représente une contribution financière supplémentaire que l’entreprise verse dans le plan d’épargne salariale d’un salarié, venant s’ajouter aux versements de ce dernier.

Ce mécanisme d’abondement vise à encourager les salariés à placer leur épargne salariale (intéressement, participation, …) à moyen et long terme au lieu de demander un versement immédiat.

Épargne salariale : quelles sont les possibilités d’abondement pour l’employeur ?

L’employeur peut verser un abondement en cas de placement sur un plan d’épargne salariale dans les cas suivants :

  • Le placement de la prime d’intéressement.
  • Le placement de la prime de participation.
  • Les transferts de sommes issues d’un PEE à un PEI à l’issue de leur période d’indisponibilité.
  • L’affectation d’actions gratuites.

Différence entre aide obligatoire et abondement

Il existe deux formes de contributions de l’employeur à un plan d’épargne, une aide obligatoire et un abondement facultatif. L’aide obligatoire est une contribution de base que l’entreprise doit fournir pour le bon fonctionnement du plan. Cette aide couvre généralement les frais de gestion du compte, assurant ainsi que ces derniers n’affectent pas le salarié.

Cette contribution ne doit pas être confondue avec l’abondement de l’employeur qui représente un versement complémentaire afin de renforcer l’épargne des salariés.

À lire également :

Abondement de l’employeur : comment ça marche ?  

Les conditions et les limites de l’abondement de l’employeur sont définies dans le règlement du plan d’épargne instauré par l’entreprise. Cependant, la réglementation encadre ces versements complémentaires en fixant des plafonds et des critères spécifiques. Mais quels sont les conditions pour bénéficier des exonérations et quel est le régime social et fiscal de l’abondement de l’employeur ?

Quel est votre degré de maturité RH ?

Basé sur les résultats d’une enquête menée auprès de 740 leaders RH dans le monde, cet Index de Maturité RH vous permettra de situer votre profil parmi ceux du marché et d’orienter efficacement votre stratégie RH. Une méthodologie inédite, des chiffres exclusifs et des analyses ciblées pour des recommandations concrètes ! Cet index de maturité RH vous est proposé par notre partenaire Cegid.

Je télécharge le guide RH

Quelles sont les conditions pour bénéficier des exonérations sociales et fiscales ?

Les plafonds de versement

Il n’existe aucun versement minimum, hormis la prise en charge des frais de tenue de compte. Toutefois, la loi fixe des plafonds au-delà desquels le régime de faveur ne s’applique plus :

Plan d’épargnePlafond
PEE/PEIMontant le moins élevé entre :
– 3 X la contribution du salarié
– 8% du montant annuel du plafond de la Sécurité Sociale   
PERCO/PERE-COMontant le moins élevé entre :
– 3 X la contribution du salarié
– 16% du montant annuel du plafond de la Sécurité Sociale   

Non-substitution du salaire

L’abondement attribué par l’employeur ne doit, en aucun cas, remplacer un quelconque élément de salaire préalablement soumis à cotisations, comme un prime de 13ème mois ou encore une prime de vacances.

Toutefois, si un délai de 12 mois s’est écoulé entre la suppression partielle ou totale d’un élément de rémunération et la mise en place effective du PEE, alors le principe de non-substitution ne remet pas en question les avantages fiscaux et sociaux liés à l’abondement.

Caractère collectif de l’abondement

Le caractère collectif de l’abondement dans le cadre d’un Plan d’Épargne Entreprise (PEE) est un principe fondamental qui garantit que tous les salariés éligibles bénéficient de cet avantage de manière équitable, indépendamment de leur statut, de leur rémunération ou de leur performance individuelle.

L’abondement de l’employeur doit être accessible à tous les salariés, selon des critères prédéfinis et objectifs fixés dans le règlement du plan d’épargne.

Les possibilités de modulation de l’abondement  

Malgré le caractère collectif et obligatoire, l’employeur a toutefois la possibilité de moduler le niveau de l’abondement à condition que les critères de modulation n’aient pas pour effet de corréler le montant de l’abondement avec la rémunération.

La modulation peut reposer sur des critères objectifs et non liés à la performance individuelle du salarié. Voici quelques critères de modulations admis :

  • La source des contributions : intéressement, participation, ….
  • La destination : favoriser certains types de placement comme les titres de l’entreprise ou les fonds solidaires.
  • L’ancienneté ou la qualification : à condition que ce critère ne rende pas le taux d’abondement croissant avec la rémunération, ce qui peut être le cas en pratique pour ces deux critères.

Régime social et fiscal de l’abondement de l’employeur

Si les conditions sont remplies, l’abondement de l’employeur est exonéré de cotisations et contributions sociales ainsi que d’impôt sur le revenu.   

Toutefois, il reste soumis à CSG/CRDS sans abattement d’assiette et au forfait social dans les conditions suivantes :

  • Forfait social de 20%
  • Taux réduits à 10% (acquisition des titres de l’entreprise).
  • Taux réduit à 16% (PERCO plus).
  • Exonération de forfait social pour les employeurs de moins de 50 salariés.

Abondement de l’employeur : les modalités de versement

 Le versement de l’abondement par l’employeur doit être versé en même temps que le versement du salarié ou, au plus tard, à la clôture de l’exercice financier de l’entreprise.

Dans le cas où un salarié quitterait l’entreprise avant d’avoir reçu l’abondement auquel il est éligible, la législation prévoit une mesure de protection en stipulant que le versement de cet abondement doit être effectué immédiatement.

À lire également :

Partager l'article

Laetitia Baccelli

Fort de plus de 10 ans d’expériences dans le domaine de la paie, j'ai toujours eu à cœur de développer des outils et méthodes améliorant la productivité et facilitant la gestion au quotidien. J'accompagne désormais les entreprises en qualité de consultante pour des missions d'audit et de formalisation de processus, de développement d’outils de gestion ainsi qu' en tant que support pour la production de la paie.