Jeunes parents en entreprise : comment les accompagner ?

Jeunes parents en entreprise : comment les accompagner ?
Rinah Pankiewicz

Consultante RH externalisée et Formatrice RH. J'assure la gestion du personnel des entreprises et forme les RH de demain autour d'une pédagogie innovante.

Près de 82% des salariés seraient disposés à changer d’employeur pour un autre qui offrirait plus de services liés à la parentalité. C’est ce que dévoile la première édition du baromètre de la parentalité en entreprise de 2023, réalisée par Les Parents zens, leader des services aux parents en entreprise.

Suite aux réponses de près de 1080 parents interrogés, les besoins et les attentes des salariés avec enfants portent sur la volonté d’être mieux accompagnés à concilier vie de famille et vie professionnelle.

Découvrez pourquoi et comment accompagner les salariés qui deviennent parents.

La parentalité en entreprise est devenue un enjeu pour séduire les talents. Ainsi, pour attirer les candidats et fidéliser leurs salariés, les entreprises ont tout intérêt à s’emparer de ce sujet. Proposer des pratiques visant à soutenir cet équilibre entre famille et travail, a de plus en plus d’impact sur la marque employeur et fait partie d’une expérience collaborateur réussie. 

Parce que la naissance d’un enfant est un événement important, elle marque également un changement de rythme de vie et appelle à de nouvelles responsabilités. Que ce soit l’arrivée d’un premier-né, d’un second enfant ou plus, la question qui se pose est : comment réussir à construire un équilibre entre nouvelle situation familiale et carrière professionnelle

Vie familiale et vie professionnelle, vers une disparition de la frontière ?

Bien que cette expression “vie privée – vie professionnelle” suppose une séparation, elle semble parfois théorique. Cela est d’autant plus vrai lorsqu’on est parents. La période de confinement le confirme ; les entreprises ont dû faire preuve de souplesse auprès de parents qui n’ont eu d’autres choix que de concilier garde d’enfants et travail pendant toute la durée de fermeture des crèches et des établissements scolaires.

Dans leur quotidien, les parents sont confrontés à des situations imprévues ou courantes liées à leur(s) enfant(s). Ce concept qui vise à ne pas mélanger vie personnelle et vie professionnelle perd alors tout sons sens lorsqu’un salarié-parent doit, par exemple, s’absenter pour chercher son enfant malade à l’école. D’autres exemples pourraient être la problématique de garde du mercredi après-midi, les sorties d’écoles à 16h30 ou la difficulté financière pour certains parents de recourir à une assistante maternelle.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Parentalité en entreprise : pourquoi accompagner les salariés ?

Les salariés-parents n’échappent pas à cette quête de bonheur au travail. C’est tout l’enjeu de tenir compte de cet aspect de leur vie de famille lorsqu’un employeur souhaite combiner performance et fidélisation de ses talents. D’ailleurs, l’étude Ernst & Young de 2017, révèle que 80% des entreprises qui ont mis en place une politique familiale ont constaté un mieux-être chez leurs salariés et 70% une hausse de leur productivité. 

Porter cette valeur inclusive et la faire rayonner dans sa culture d’entreprise, notamment au niveau de son mode de management, c’est apporter une plus-value à ses recrutements et aider à les pérenniser. 

Arrêts maladie et congés payés : les règles applicables

La loi sur l'acquisition des congés payés pendant l'arrêt maladie a été adoptée. Elle prévoit que toute période d'arrêt maladie est considérée comme du temps de travail effectif, permettant au salarié d'acquérir des congés payés. Retrouvez la synthèse des nouvelles règles applicables dans ce dossier spécial. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire les Editions Tissot.

Je télécharge gratuitement

En effet, proposer des mesures visant à faciliter ces temps de vie et les mettre en pratique de sorte à ce que cela ne reste pas à l’état de discours, peut surprendre positivement les salariés- parents et ceux en devenir.  

À savoir que la parentalité englobe des modèles familiaux variés. Il ne s’agit pas uniquement de deux parents, mais peut aussi concerner une famille monoparentale.

Quelles sont les réelles attentes des salariés-parents ?

De plus en plus de collaborateurs souhaitent pouvoir concilier leur activité professionnelle avec leur vie de parents. Or, 66% des parents évoquent rencontrer cette difficulté lorsque leur enfant à entre 0 et 3 ans. 

Bien que le télétravail ait le vent en poupe, cette pratique n’est pas en tête des demandes. C’est la place en crèche (58,3%) qui constitue la mesure la plus impactante, suivie de la garde complémentaire (54,2%) et des horaires flexibles (53,1%). Dans le baromètre de la parentalité en entreprise de 2023, le télétravail représente seulement 29,1% des attentes des services les plus sollicités par les parents. 

Pourtant près de 80% des entreprises font preuve d’initiatives pour soutenir leurs collaborateurs dans leur parentalité avec 71,9% d’entre elles qui proposent du télétravail. Cette analyse montre un défaut d’alignement entre les réels besoins des salariés-parents, les pratiques mises en place par les entreprises et leur efficacité. 

La suite après la publicité

Cependant, ces disparités d’attentes sont à associer à l’âge des enfants. Les places en crèche seront sollicitées par les parents ayant des enfants en bas-âge entre 3 mois et 3 ans, tandis que ceux ayant des enfants de plus de 6 ans préféreront les horaires flexibles.

À lire également :

Un service de crèches : pourquoi le mettre en place ?

Les avantages pour l’employeur

Quels parents n’ont jamais rêvé de rejoindre une entreprise qui propose un service de crèches ? Cette solution attractive et fidélisante est proposée par certaines entreprises qui ont pris en compte la difficulté des parents à faire garder leurs jeunes enfants. 

C’est ainsi que l’Hyper U de Saint-Hilaire-de-Riez et celui de Challans ont décidé de cofinancer des places au sein de crèches privées. C’est le cas également du Crédit Agricole, d’Engie et de Total qui ont créé, dans un premier temps, des crèches au sein de leurs locaux à Paris, et qui ont par la suite investi dans la réservation de berceaux pour leurs collaborateurs. 

Pour l’employeur, cette solution agit positivement sur la performance de leurs salariés-parents, car elle contribue à réduire le stress, la fatigue, la charge mentale et les problèmes de garde. Elle vise également à réduire les éventuels retards ou absences, car les enfants sont gardés dans les locaux de l’entreprise ou à proximité.

Lorsqu’une entreprise se projette dans cette solution, elle peut bénéficier d’une subvention de l’État à hauteur de 40% à 80% pour couvrir les frais relatifs à la création. Une aide de 60% pour les frais liés au fonctionnement de cette crèche viennent s’y ajouter. L’État permet aussi aux entreprises désireuses d’ouvrir une crèche de bénéficier d’un crédit d’impôt famille à hauteur de 50% du montant total des dépenses engagées.

Les avantages pour les salariés

Avantagée par la proximité des crèches qui se situent dans l’entreprise ou à proximité des locaux, cette solution présente un confort pour les parents. Celui de conserver et de faciliter un rythme de travail moins éprouvant, car les horaires de la crèche sont, le plus souvent, adaptés à leurs horaires de bureau. Celui également de réduire le temps de trajet entre leur domicile, une autre crèche et le lieu de travail. 

De plus, les parents peuvent être rassurés, car leurs enfants sont pris en charge par des professionnels qualifiés au même titre que ceux qui travaillent dans les crèches communales. 

Une aide financière de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) est également possible et varie en fonction de nombreux éléments tels que les revenus du foyer, la situation familiale et la fréquence des gardes en crèche. 

En conclusion

Le soutien à la parentalité constitue une demande croissante des talents sachant que 9  salariés sur 10 sont parents et que 98% d’entre eux affirment que leur vie professionnelle a un impact sur leur vie personnelle. 

Face à ces chiffres issus du baromètre 2023 publié par Les Parents Zens, les entreprises devraient prendre en considération ce besoin et cette attente révélatrice du souhait des salariés de concilier ces temps de vie.

À lire également :

Partager l'article

Rinah Pankiewicz