Travailler mieux pour gagner plus : l’objectif des candidats de 2023 ?

Travailler mieux pour gagner plus : l’objectif des candidats de 2023 ?
Adeline Lajoinie

Quelles sont les attentes des candidats en 2023 ? Et comment les professionnels RH doivent-ils adapter le recrutement pour répondre à ces nouveaux desideratas ? Monster dévoile quelques réponses à ces questions dans le 1er volet de son étude The Future Of Work.

Des recruteurs confiants pour trouver le candidat idéal

Monster, leader mondial du recrutement, s’est associé à l’Institut Dynata pour mener son enquête annuelle The Future Of Work, dont il vient de dévoiler le premier volet.

Selon l’étude, les intentions d’embauche répondent à divers critères : 51% des employeurs vont recruter pour remplacer les départs, tandis que 40% vont ouvrir de nouveaux postes. Cette tendance est particulièrement forte dans les secteurs de la banque et de la finance (64%) et de l’ingénierie (65%). 

Seuls 9% des recruteurs anticipent un potentiel «gel des embauches» en 2023, une tendance qui concerne surtout les recruteurs des petites entreprises (14%), plutôt que les PME (6%) ou les grandes entreprises (5%).

Malgré un contexte de pénurie de candidats, la plupart des recruteurs se sentent confiants dans leur capacité à recruter le bon profil (88%). Dans le détail, un tiers se dit même très confiant (33%), et 55% sont «plutôt confiants». 

Seuls 12% des recruteurs se disent inquiets, en particulier les recruteurs des secteurs du retail (19%), de la construction (17%) et des transports (15%).

Quels sont les secteurs qui recrutent le plus ? 

Les entreprises du secteur de la banque et de la finance ont le plus de certitudes sur leurs aptitudes à recruter les bons profils (57%), suivi par l’immobilier (51%). 

En termes de secteur, les métiers en relation avec le public sont ceux qui cherchent le plus à embaucher (39%), suivis par les métiers de bureau ou postes administratifs (35%). 

Les métiers qui nécessitent un travail physique ou des compétences spécialisées représentent 27% des offres. Plus précisément, les secteurs des services aux entreprises (18%), des technologies (17%) et de la santé (16%) sont les plus enclins à recruter. 

Paie : décryptage des failles de gestion et solutions

40% des bulletins de paie ne respectent pas la législation française, révèle le Ministère du travail. Face à la complexité et aux erreurs fréquentes, le guide interactif "Votre gestion de la paie et du SIRH est-elle efficace ?" analyse les failles de gestion et leurs conséquences financières et sociales. Etayé par des témoignages d'experts et des illustrations, il propose 4 piliers essentiels pour sécuriser et optimiser la production de la paie. Ce guide vous est proposé par notre partenaire Lucca.

J’accède au guide interactif

À l’inverse, les métiers des médias et de la publicité (6%), des assurances (4%) et de l’automobile (2%) prévoient le moins d’embauches en 2023.

La suite après la publicité

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

A lire également :

Gagner plus : un critère que les recruteurs doivent prendre en compte

Les candidats visent à augmenter leur rémunération dans leur nouveau poste, afin de mieux répondre à l’inflation. 

Plus de la moitié des salariés (52%) ont des attentes salariales plus élevées cette année par rapport à l’année précédente, tandis que 41% estiment que leurs attentes n’ont pas changé. 

Parmi ceux qui visent une augmentation, la grande majorité (84%) la justifie par l’augmentation du coût de la vie, alors que seulement 12% pensent que leurs compétences sur le marché du travail justifient une augmentation salariale.

Des recruteurs en perpétuelle adaptation

Pour répondre aux nouvelles exigences des salariés, les recruteurs se doivent alors de s’adapter. Selon l’enquête, les augmentations de salaire sont considérées comme le principal enjeu par les recruteurs (35%), ce qui pourrait peser sur les résultats de l’entreprise. 

Les volontés d’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle sont également une préoccupation majeure (30%), qui pourrait, selon certains DRH interrogés, entraîner une baisse de la productivité. 

Cependant, la recherche d’un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle reste une préoccupation forte pour les recruteurs et 27% d’entre eux pensent que les salariés sont plus productifs s’ils peuvent atteindre cet équilibre.

27% des recruteurs envisagent alors de réduire leurs embauches pour pouvoir payer les profils à la hauteur des nouvelles attentes salariales. 

A lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.