Professionnel·les RH : comment ça va, vraiment ?

Professionnel·les RH : comment ça va, vraiment ?
Adeline Lajoinie

Comment vont les professionnel·les RH ? Quel est leur avis sur leur charge de travail, leur reconnaissance, leur valorisation, leur salaire… ? Quelles sont leurs préoccupations et leurs facteurs d’engagement ?

Des RHs qui vont globalement bien, malgré le stress et l’épuisement

GERESO a publié dernièrement les résultats de son enquête nationale annuelle sur le moral des professionnels RH.

On y apprend que le moral des professionnel·les RH s’est amélioré en 2023, par rapport aux années précédentes. Ils ont attribué une note moyenne de 5,9/10 à leur moral, contre 5,8/10 en 2021 et 5,7/10 en 2022. Cela indique une tendance positive dans leur ressenti général.

L’année 2023 a été perçue de manière positive par 65% des professionnel·les RH. Ce chiffre représente une augmentation de 7 points par rapport à 2022. Ce constat souligne une amélioration notable dans le secteur des ressources humaines.

Malgré cela, l’épuisement reste un problème majeur, surtout dans les grandes organisations. En effet, 48% des professionnel·les RH se disent épuisés en 2023. Bien que ce pourcentage soit inférieur à ceux de 2021 (58%) et 2022 (54%), il demeure significatif.

Le stress au travail affecte également une grande partie des professionnel·les RH. En 2023, 86% d’entre eux ont ressenti du stress dans leur environnement professionnel. Ce phénomène touche toutes les catégories de professionnels RH, indépendamment de leur secteur d’activité.

La charge de travail des professionnel·les RH a continué à augmenter en 2023. 56% estiment avoir travaillé “plus” ou “beaucoup plus” qu’en 2022. Cette augmentation de la charge de travail impacte négativement l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée.

En effet, 31% des professionnel·les RH ressentent une dégradation de cet équilibre. La pression du travail affecte donc leur vie personnelle, malgré un moral général en hausse.

Des leviers d’engagements diversifiés

Les professionnel·les RH se sentent valorisés dans leur métier, avec un fort sentiment d’appartenance à leur entreprise et de développement de compétences. Les jeunes privilégient l’équilibre vie professionnelle/personnelle et sont attentifs aux aspects RSE, tandis que les femmes valorisent l’intérêt des missions et l’équilibre de vie.

Advertisements

La rémunération reste un sujet clivant, avec 50% des RH la considérant insuffisante, surtout parmi les responsables. Les conditions de travail varient, notamment en matière de télétravail, qui a diminué en 2023.

La mobilité professionnelle a augmenté, en particulier chez les jeunes, mais 31% seulement ont changé de poste ou d’entreprise en 2023, reflétant un attachement à leur fonction. Le développement des compétences, axé sur le management, la communication et l’adaptation aux nouvelles technologies, reste crucial, avec des besoins variant selon l’âge.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

Des RHs préoccupés par les transformations du travail, qui s’attendent à une mobilité accrue en 2024

En 2023, les professionnel·les RH ont été fortement préoccupés par les transformations du travail et les défis économiques. Les sujets liés au travail, notamment l’intelligence artificielle, le travail hybride et le freelancing, ont dominé leurs préoccupations, reléguant les questions sanitaires, politiques, et climatiques à l’arrière-plan. L’inflation et la baisse du pouvoir d’achat ont également été des sources majeures d’inquiétude.

Pour 2024, les RHs anticipent une charge de travail accrue et des préoccupations croissantes concernant les rémunérations et les conditions de travail. Cependant, ils restent globalement optimistes, se concentrant sur les opportunités de développement professionnel et l’impact positif de leur travail. Les sentiments d’ambition, de confiance, de sérénité et de résilience prédominent sur les sentiments négatifs.

Les perspectives varient cependant selon l’âge et la séniorité. Alors que les jeunes professionnel·les RH abordent la nouvelle année avec ambition, 58% des plus de 50 ans ressentent une certaine incertitude. Les jeunes générations de RH, particulièrement ambitieuses, sont conscientes du travail nécessaire pour accompagner les grandes transformations tout en gérant les tâches quotidiennes.

Magazine IN'formation N°2 - Le marketing de la formation

Au travers de ce deuxième numéro nous explorerons les principaux aspects du marketing de la formation et son rôle crucial dans le développement et la réussite des initiatives de formation professionnelle. Vous trouverez ainsi des articles, des fiches pratiques et des interviews d’experts. Ce magazine est proposé par notre partenaire Lefebvre Dalloz Compétences.

Je télécharge le magazine

En 2024, une volonté accrue de mobilité professionnelle est attendue, avec une augmentation de 5 points (26% contre 21% en 2022) des professionnel·les RH souhaitant changer de poste ou d’entreprise. Néanmoins, les envies de changement radical restent minoritaires, indiquant un fort attachement au métier de RH malgré les défis liés à la charge de travail.

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.