Acomptes sur salaire pour Noël : 27% des salariés en demandent 

Acomptes sur salaire pour Noël : 27% des salariés en demandent 
Adeline Lajoinie

Face à l’inflation, les salariés sont nombreux à demander des acomptes sur salaire à leurs entreprises. Comment réagissent-elles ?

Acomptes sur salaire : un tabou en entreprise ? 

La récente étude menée par Rosaly, une Fintech française à impact social (certifiée B-Corp), a mis en lumière un aspect souvent méconnu des difficultés financières des Français, particulièrement en période de fêtes

Magazine IN'formation N°2 - Le marketing de la formation

Au travers de ce deuxième numéro nous explorerons les principaux aspects du marketing de la formation et son rôle crucial dans le développement et la réussite des initiatives de formation professionnelle. Vous trouverez ainsi des articles, des fiches pratiques et des interviews d’experts. Ce magazine est proposé par notre partenaire Lefebvre Dalloz Compétences.

Je télécharge le magazine

L’enquête révèle une diminution notable du pouvoir d’achat, affectant plus sévèrement les jeunes de moins de 43 ans et les résidents des banlieues et zones rurales. Cette baisse de pouvoir d’achat est particulièrement ressentie durant la période de Noël, où les dépenses sont traditionnellement plus élevées.

Face à cette situation, l’idée de demander un acompte sur salaire pour soutenir le budget de Noël ne semble pas taboue pour une majorité de Français. En effet, 63% des personnes interrogées n’éprouvent aucune gêne à solliciter une avance sur leur salaire

Cependant, cette approche varie selon l’âge et la localisation géographique. Les seniors, notamment ceux de plus de 58 ans, ainsi que la génération née entre 1965 et 1980, sont plus réticents à cette idée. À l’inverse, les jeunes nés après 2000 et les millennials se montrent plus ouverts et moins embarrassés par cette démarche.

La gêne liée à la demande d’acompte sur salaire est également plus prononcée en milieu rural, suivie par les zones péri-urbaines, les centres urbains et enfin les banlieues. 

Ces résultats soulignent non seulement les disparités économiques et générationnelles existantes en France, mais aussi la diversité des perceptions vis-à-vis des solutions financières d’urgence comme l’acompte sur salaire, encore souvent perçu comme un sujet tabou dans le milieu professionnel.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

Acomptes sur salaire : une hausse des demandes, surtout chez les plus jeunes

Dans le contexte économique actuel, marqué par une volonté de réduire les frais bancaires, l’acompte sur salaire émerge comme une solution privilégiée, particulièrement chez les jeunes. 

Advertisements

Selon l’étude d’OpinionWay pour Rosaly, 81% des Français voient dans l’acompte sur salaire une alternative efficace au découvert bancaire. Cependant, une certaine méconnaissance demeure, notamment concernant la distinction entre acompte et avance sur salaire.

Il apparaît que les connaissances sur l’acompte sur salaire sont inégales selon les tranches d’âge. Les personnes de plus de 58 ans semblent les mieux informées, suivies de près par celles entre 43 et 58 ans.

En revanche, les plus jeunes, notamment ceux nés après 2000 et les millennials, sont moins au fait de cette possibilité, avec respectivement 52% et 59% d’entre eux conscients de ce droit.

Arbia Smiti, fondatrice de Rosaly, souligne l’importance de mieux faire connaître ce droit, surtout à l’approche de Noël où il peut constituer une aide précieuse pour éviter le découvert bancaire. Les données récentes montrent que ce sont principalement les millennials qui ont le plus recours aux acomptes sur salaire pour renforcer leur budget de Noël.

Surprenant également, un nombre non négligeable de Français, surtout parmi les moins de 23 ans, se sont vu refuser ces demandes d’acompte. En effet, 27% des Français ont demandé un acompte sur salaire et plus de 13% ont été refusés. Ces refus peuvent s’expliquer par une confusion entre acompte et avance, ou par la complexité administrative que ces demandes impliquent pour les entreprises.

Géographiquement, les demandes d’acomptes sont plus fréquentes et mieux acceptées en petite couronne que dans les centres urbains, zones rurales ou péri-urbaines

Cette tendance met en évidence non seulement une hausse des demandes d’acomptes sur salaire, mais aussi une disparité géographique et générationnelle dans leur acceptation et compréhension.

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.