Start-ups françaises : une croissance historique, mais de gros problèmes de recrutement en 2022

Start-ups françaises : une croissance historique, mais de gros problèmes de recrutement en 2022
Adeline Lajoinie

Plus que jamais, les start-ups françaises tiennent le rôle de moteur de notre économie. Dynamiques et innovantes, de belles perspectives d’avenir s’ouvrent devant elles. Mais pour cela encore faut-il recruter les collaborateurs qui le permettront. Car, en effet, 2022 s’annonce comme une année compliquée en la matière.

En ce début d’année, nous avons dépassé en France les 26 “licornes”. Nous ne parlons pas ici de l’animal magique, mais de ces jeunes entreprises des nouvelles technologies valorisées à plus d’un milliard d’euros. Mais, paradoxalement, les start-ups françaises connaissent aujourd’hui un énorme problème de recrutement : pourquoi ? Et quels sont les leviers d’action pour faire face à ces importantes difficultés d’embauche ? 

Des start-ups françaises en pleine croissance économique

En 2021, l’écosystème des start-ups a connu une croissance très forte et le premier trimestre de l’année 2022 s’annonce encore meilleur. En effet, du côté des levées de fonds, le montant record de 10 milliards d’euros a été dépassé en 2021 (le double de 2020). Et 8 nouvelles licornes ont vu le jour en quatre mois, depuis Novembre 2021 : Lydia, Spendesk, Exotec, Vestiaire Collective, Swile, Sorare, Shift Technology, Mano Mano…

Début Février, le secrétaire d’État au Numérique Cédric O présentait des chiffres significatifs de l’excellente performance des start-ups françaises. En effet, comme expliqué dans Sud-Ouest, la promotion 2022 des 120 start-up françaises les plus prometteuses a levé plus de fonds et promet plus d’emplois que la précédente : 49 millions d’euros levés contre 22 millions en 2021 et 19 000 emplois créés, contre 10 000 l’an passé.

Advertisements

Les raisons du problème de recrutement au sein des start-ups françaises

Selon un rapport de France Stratégie et la Direction générale des Entreprises (DGE), si de nombreux emplois ont été créés au sein des start-ups françaises, ces dernières peinent à recruter. Plusieurs raisons à cela : les profils recherchés en recrutement sont très spécifiques, particulièrement qualifiés et doivent s’avérer particulièrement adaptables. 44% des start-ups identifient alors des difficultés d’embauche d’emplois techniques contre seulement 1% dans les entreprises traditionnelles. 

Autre point de tension : les profils les plus recherchés (fonctions commerciales, marketing & customer success, les métiers de la programmation et du développement) sont conscients de leur attractivité et s’avèrent particulièrement volatils. 73 % d’entre eux seraient prêts à changer de poste d’ici 2 à 3 ans. Ainsi le taux de rotation annuel des start-up est souvent bien plus élevé que la moyenne nationale de 15 %.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Quels leviers d’action pour attirer les candidats sur ce marché en tension ? 

Selon le rapport de la DGE et de France Stratégies, 5 leviers d’action peuvent être mobilisés pour “libérer” le moteur de création d’emplois des start-ups, des leviers d’action mobilisables en entreprises ou liés à l’écosystème : 

  • Améliorer les pratiques de recrutement en diversifiant notamment les canaux de sourcing et les profils des candidats.
  • Mieux identifier les besoins de compétences et « aller à la rencontre » des candidats potentiels (dans les universités, écoles, …).
  • Renforcer la fonction RH et la marque employeur via un accompagnement personnalisé si besoin.
  • Mieux définir l’objet « start-up » afin d’améliorer la collecte des données pour élaborer, piloter et évaluer les politiques publiques en direction des start-up.
  • Faciliter l’accès des start-up aux dispositifs existants d’accompagnement à l’embauche et à la formation et les adapter quand c’est nécessaire aux spécificités des start-up.

Notez le

Rated 4.4 / 5 based on 277 reviews
Partager l'article

Adeline Lajoinie

Ancienne journaliste, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.