Soft skills vs Hard skills : pourquoi recruteurs et candidats ne se comprennent pas ?

Soft skills vs Hard skills : pourquoi recruteurs et candidats ne se comprennent pas ?
Adeline Lajoinie

Les difficultés de recrutement persistent au sein des entreprises françaises et les solutions pour y remédier ne semblent pas fonctionner. Pourquoi candidats et recruteurs ne semblent-ils pas pouvoir se “retrouver” sur soft skills et hard skills ? Quels pourraient être les terrains d’incompréhension ?

Quels sont les critères-phares des recruteurs ? 

Indeed vient de réaliser avec Opinion Way une étude auprès de 1 036 salariés répartis en deux échantillons : 519 « recruteurs » et 517 « job-seekers ». Le but étant de mieux appréhender la profonde incompréhension qui subsiste entre recruteurs et candidats, les attentes et les critères qui sont favorisés par les recruteurs  et la bonne ou mauvaise perception qu’en ont les candidats. 

Quelles sont donc les attentes des recruteurs selon cette enquête ? 

Les soft skills au coeur du recrutement pour les recruteurs

Les professionnels impliqués dans les processus de recrutement ont identifié 5 critères faisant le plus défaut aux candidats qui se présentent à des entretiens :

  1. La rigueur (37%)
  2. La débrouillardise (31%)
  3. Une expérience professionnelle pertinente dans le poste à pourvoir (27%)
  4. Une capacité à travailler en équipe (27%)
  5. Des compétences métier spécifiques (24%)

Il est intéressant de noter que parmi les cinq critères les plus importants pour les recruteurs, trois sont des soft skills

Les recruteurs semblent donc se focaliser sur les soft skills des candidats, qui devraient, à leurs yeux, mettre davantage l’accent sur la démonstration de ces compétences, qui relèvent davantage des qualités intrinsèques et du comportement des candidats.

Les hard skills, plébiscitées par les candidats

Et c’est peut-être là que le bas blesse : les candidats sont, eux, focalisés sur leurs hard skills

Mieux former et fidéliser les équipes en 9 fiches pratiques

Dans un contexte de turn-over croissant, l’entretien annuel devient un levier pour retenir et faire monter en compétences ses talents. Notre partenaire Lucca a réalisé un guide composé de 9 fiches pratiques afin de définir des actions concrètes pour développer la carrière des collaborateurs.

Je télécharge

En effet, d’après les candidats, les compétences manquant à leur candidature en fonction de l’emploi recherché sont :

  1. Les compétences linguistiques (29%)
  2. Le niveau de diplômes attendu (25%)
  3. Les compétences managériales (21%)
  4. L’expérience professionnelle pertinente dans le poste à pourvoir (20%)

Les chercheurs d’emploi accordent une importance excessive à certaines compétences qui leur manquent. Alors que ces compétences que les candidats considèrent comme manquantes se situent en bas de la liste des préoccupations des recruteurs. 

La suite après la publicité

Par exemple, seuls 14 % des recruteurs estiment que les candidats manquent de compétences managériales, et les compétences linguistiques inquiètent seulement 19 % des recruteurs.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

A lire également :

Rigueur, débrouillardise et travail d’équipe : le triptyque gagnant d’un bon recrutement

Les compétences en rigueur, débrouillardise et travail d’équipe sont les plus importantes pour les recruteurs, qui sont intransigeants sur ces critères. Seuls 16% des managers impliqués dans les recrutements sont prêts à faire des concessions sur l’absence de rigueur et de débrouillardise, et seulement 18% peuvent faire des concessions sur la capacité à travailler en équipe. 

En revanche, le niveau de diplômes et l’expérience professionnelle peuvent faire l’objet de compromis. Près d’un tiers des recruteurs sont prêts à céder sur les années d’études ou le type d’école, tandis que 23% peuvent faire l’impasse sur les compétences métiers spécifiques et 22% sur les compétences linguistiques.

Cependant, ces critères sont ceux qui font le plus souvent défaut aux candidats selon les recruteurs. Il y a un décalage important entre l’image que les candidats veulent projeter et l’image perçue par les recruteurs lors de l’entretien. 

Pour convaincre, les preuves tangibles des soft skills que les candidats mettent en avant dans leur CV feront toute la différence lors de l’entretien.

A lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.