Comment utiliser les Soft Skills dans la gestion de carrière ?

Comment utiliser les Soft Skills dans la gestion de carrière ?
Adeline Lajoinie

Comment les salariés d’aujourd’hui assument-ils leur gestion de carrière ? Avec beaucoup d’indécision apparemment. Entre envie d’évoluer, projets flous et doutes sur les critères pour un job idéal, les collaborateurs sont perdus. Et ont d’autant plus besoin de l’aide de leurs services RH, notamment pour développer leurs soft skills.

Des salariés plus confiants en eux qu’en leur entreprise

PerformanSe, leader français de l’évaluation des soft skills et filiale du groupe Julhiet Sterwen, s’est associé à l’institut d’étude Panelabs pour créer le livre blanc « Et si on réinventait la gestion de carrière » ?

Dans le cadre de l’étude que l’entreprise a mené, on apprend que la plupart des salariés interrogés ont plutôt confiance en eux. En effet, ​​63% des répondants se disent confiants pour leur avenir professionnel et 86% d’entre eux ont même le sentiment d’avoir les compétences nécessaires pour s’adapter aux évolutions.

Une confiance qu’ils n’accordent pas forcément à leur entreprise, qu’ils pensent être insensibles à leurs envies de changements professionnels. 30% des répondants pensent que leur entreprise ne s’intéresse pas à leurs souhaits d’évolution. Dans l’ensemble, ils ont l’impression de devoir compter sur eux-mêmes plus que sur elle. 

Et seulement 43% des répondants pensent que leur entreprise privilégie la mobilité interne au recrutement externe.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

A lire également :

La suite après la publicité

Des salariés perdus, que les soft skills peuvent aider dans leur gestion de carrière

Les projets de carrière restent incertains pour une majorité des salariés. 60% des répondants se disent satisfaits de l’évolution de leur carrière, contre 25% qui le sont seulement partiellement et 15% pas du tout. Mais 38% disent ne pas avoir de projet de carrière défini. Les collaborateurs auraient du mal à se projeter.

L’étude souligne de plus que les salariés ne sont pas du tout clairvoyants sur leurs besoins et leurs ressources. Les décalages entre les raisons de rester et les caractéristiques de l’emploi idéal sont éclairantes à cet égard. 

Les raisons de rester sont principalement la qualité de vie, les missions et les responsabilités. Elles sont assez différentes des caractéristiques du job idéal  : rémunération élevée, flexibilité des horaires et utilité pour soi ou pour la société. Ces écarts révèlent, selon l’étude, “finalement une forme d’immaturité : les individus sont faiblement conscients de leurs besoins”.

9 fiches pour développer le potentiel de vos entretiens

L’entretien annuel peut devenir un moment clé pour l’engagement et la formation des équipes. Notre partenaire Lucca a élaboré un guide avec des conseils pratiques : implication des collaborateurs lors de préparation, identification des besoins de formation et réflexion sur les perspectives de carrières.

Je télécharge

Quels conseils donnent alors l’étude pour que les services RH viennent en aide à ces salariés perdus dans la gestion de leur carrière ? “Nous sommes persuadés que les collaborateurs peuvent exploiter leurs soft skills dans d’autres métiers (auxquels eux-mêmes n’auraient peut-être pas pensé) … s’ils les ont correctement identifiés en amont ! La connaissance de soi facilite l’évolution et l’adaptation.”

A lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.