Comment renforcer la compétitivité des entreprises en simplifiant les normes ?

Comment renforcer la compétitivité des entreprises en simplifiant les normes ?
Adeline Lajoinie

Aujourd’hui, les chefs d’entreprise doivent respecter les 11 176 articles du Code du travail, les 7 008 du Code de commerce ou encore les 6 898 du Code de l’environnement. Un peu trop, selon le Sénat. La délégation aux entreprises a donc travaillé sur une simplification de ces normes.

Des normes et des lois trop nombreuses pour une bonne gestion d’entreprise

La délégation aux entreprises du Sénat vient de publier un rapport sur la sobriété normative

Et il semble que, depuis 2002, le nombre de règles que les entreprises doivent suivre ait considérablement augmenté : les réglementations environnementales ont augmenté de 653%, celles du commerce de 364% et les lois de consommation de 311%.

Employeurs : 10 obligations à connaître en droit du travail

Les textes de loi et décrets entrés en vigueur ces derniers temps sont venus impacter les obligations des employeurs, créant ainsi de nouveaux impératifs à respecter pour rester en règle. Téléchargez ce dossier spécial pour faire le point sur les 10 obligations à connaître. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire les Editions Tissot.

Je télécharge gratuitement

Le coût de ces réglementations pour l’économie varie énormément, mais le gouvernement estime qu’il s’élève à au moins 3% du PIB, soit 60 milliards d’euros par an. En 2019, la France était classée 65ème au niveau mondial en termes de performance du secteur public, en grande partie à cause de la lourdeur de ces règles.

Ces réglementations excessives favorisent certains au détriment des entreprises, en particulier des PME qui doivent faire appel à des spécialistes pour les comprendre. Cela réduit la concurrence et a un impact négatif sur l’emploi. 

En effet, un rapport de France Stratégie en 2019 a souligné qu’à cause de ces règles, le taux de chômage en France serait 2% plus élevé et le PIB 2,5 points plus bas si notre cadre réglementaire n’avait pas été mis à jour depuis 1998.

Les entreprises françaises souffrent de cette situation : en effet, selon une consultation menée par le Sénat en avril 2023, les entreprises estiment :

La suite après la publicité
  • 84% des normes « pas faciles à comprendre. »
  • 90% « pas adaptées à toutes les situations. »
  • 82% « pas accompagnées d’une information adéquate. »

Ainsi, 80% des entreprises pensent que l’administration doit mieux les accompagner et conseiller

On y apprend également que, selon une enquête de CCI France en décembre 2022, la majorité des dirigeants considèrent aussi que les obligations liées à la gestion d’une entreprise se sont alourdies : 61% jugent qu’elles sont plus compliquées à gérer, dont 36% beaucoup plus compliquées. 

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

Une simplification normative qui fonctionne bien (ailleurs) en Europe

Il y a des leçons à tirer des tentatives réussies de simplification entreprises par nos voisins (Allemagne, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Suisse et Union européenne) :

  • La simplification est un processus à long terme qui doit transcender les clivages politiques. 
  • Pour élaborer une réglementation destinée aux entreprises, il faut toujours se demander comment une PME pourra l’appliquer. De nombreux pays voisins utilisent un “test PME” obligatoire.
  • Estimer le coût des réglementations à l’échelle nationale est un outil efficace pour gérer la simplification réglementaire.
  • Une étude d’impact ne peut être considérée comme crédible que si elle est validée par une autorité indépendante. Cela oblige le créateur de la réglementation à justifier son besoin, évaluer précisément son coût et expliquer pourquoi les bénéfices attendus surpassent les coûts de sa mise en œuvre dans l’entreprise.

7 recommandations pour réduire la charge normative

La délégation aux entreprises du Sénat a, face à ce constat, travaillé sur 7 recommandations de sobriété normative pour renforcer la compétitivité des entreprises : 

  1. Évaluer le poids des normes.
  2. Engager une politique publique de long terme, associant tous les acteurs de la norme.
  3. Conduire une politique de simplification au sein de l’administration d’État associant les entreprises.
  4. Renforcer l’association des entreprises aux normes les concernant et mieux différencier les normes selon la taille des entreprises.
  5. Expérimenter, tester et évaluer les normes applicables aux entreprises.
  6. Simplifier le langage administratif et obliger l’administration à accompagner les entreprises.
  7. Mieux articuler norme et normalisation.

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.