Rétention de talent : existe-t-il une peur de la réforme du chômage ?

Rétention de talent : existe-t-il une peur de la réforme du chômage ?
Adeline Lajoinie

La perception des français en termes de mobilité professionnelle semble être très changeante. La réforme du chômage vient-elle apporter une raison, pour certains collaborateurs, de rester dans leur entreprise ? Est-ce une bonne chose ?

Mobilité professionnelle : où en est l’envie de changement ? 

Une récente enquête IFOP / 365Talents (entreprise spécialisée dans la gestion de compétences) vient questionner les envies de mobilité des salariés français. Une étude qui vient apporter un éclairage nouveau sur les ambivalences des envies de Grande Démission ou de Quiet Quiting des salariés français. 

Booster la santé mentale en entreprise

À l'heure où 1 salarié sur 2 s'estime être en détresse psychologique (Opinion Way), le rôle des entreprises dans la santé mentale des collborateur·ice·s n'est plus à démontrer. Découvrez 7 conseils pour des équipes épanouies et en meilleure santé dans notre e-book sur le sujet : culture du feedback, ouverture et parole libérée, avantages salariaux etc. Inspirez vos actions QVCT et faites de votre entreprise une championne de la santé mentale. Cet e-book vous est proposé par notre partenaire Urban Sports Club.

Découvrir l'e-book

Les envies de changement professionnel sont cependant bien présentes. En effet, les salariés français ont des aspirations de changement élevées dans le cadre de leur vie professionnelle : 52% d’entre eux souhaitent un renouveau. 

Près de 75% des salariés interrogés ne prévoient pas de rester plus de 5 ans dans une même entreprise. De manière plus radicale, 43% des salariés envisagent de quitter leur emploi actuel, tandis que 44% souhaitent changer de métier.

Les moins de 35 ans sont particulièrement enclins à chercher de nouveaux horizons professionnels, avec 60% d’entre eux souhaitant changer de vie professionnelle. Cette tranche d’âge a intégré le caractère hybride et mobile de leur parcours professionnel, pouvant inclure différents métiers ou statuts professionnels.

Les salariés non-cadres et ceux travaillant dans les secteurs de l’agriculture et de l’industrie sont les plus enclins à vouloir changer de vie professionnelle, avec respectivement 48% et 58% d’entre eux exprimant une envie de renouveau.

Cependant, malgré ces aspirations élevées, peu de salariés ont concrétisé leur désir de changement. Seuls 7% des salariés ont récemment démissionné et 9% ont changé de métier au cours des derniers mois.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

A lire également :

La suite après la publicité

Quels freins au changement de poste / d’entreprise des Français ? 

Le désir de mobilité professionnelle est donc assez répandu chez les salariés, mais le projet leur semble parfois difficilement réalisable. En effet, selon l’enquête, près de 71% des répondants considèrent qu’il est compliqué de changer de métier, que ce soit au sein de leur entreprise actuelle (60%) ou en trouvant un nouvel employeur (52%).

Encore une fois, les moins de 35 ans sont moins réticents à se reconvertir professionnellement que les travailleurs plus âgés (64% contre 74% en moyenne). Par ailleurs, les hommes semblent plus confiants que les femmes en matière de reconversion professionnelle (68% contre 75% pour les femmes). 

Cette différence de perception est due en partie à la fragilité du statut professionnel des femmes, qui ont souvent des carrières fragmentées par la maternité, les charges familiales et des salaires plus bas.

Une réforme du chômage qui freine l’envie de trouver un nouveau poste ? 

Parmi les raisons de cette peur du changement professionnel, l’on trouve la période économique actuelle, caractérisée par l’incertitude et les tensions sur le pouvoir d’achat, qui rend les salariés encore plus réticents à passer à l’action. Les Français, attachés au salariat, sont moins enclins à prendre des risques que leurs homologues Anglo-saxons. 

De plus, la réforme de l’indemnisation du chômage, avec une durée maximale d’indemnisation plus courte, incite 48% des salariés à rester plus longtemps chez leur employeur actuel. Cette tendance est encore plus marquée chez les salariés sans diplôme (55%).

Enfin, la récente réforme des retraites pourrait également influencer les salariés dans leur choix de rester dans leur emploi actuel plutôt que de chercher de nouveaux défis professionnels.

A lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.