Loi Santé au Travail : un premier bilan en 2023 ?

Loi Santé au Travail : un premier bilan en 2023 ?
Adeline Lajoinie

Depuis le 31 mars 2022, sont entrées en vigueur, de manière échelonnée, les diverses mesures liées à la loi du 2 août 2021 pour renforcer la prévention en santé au travail. Quels sont les premiers enseignements à tirer de cette mise en place ?

Loi Santé au Travail : les 10 principales mesures

Promulguée le 2 août 2021, la nouvelle législation “santé au travail” est devenue effective le 1er avril 2022. L’objectif de cette révision en matière de santé est d’accroître la prévention en milieu professionnel, d’éviter l’exclusion du monde du travail et d’améliorer le suivi personnel et médical des employés. 

Bien que les mesures ont été mises en place progressivement au fil des mois et des décrets, voici les 10 éléments clés à retenir dans le cadre de cette réforme : 

  1. Les services de santé au travail sont devenus les services de prévention et de santé au travail (SSTI > SPSTI), renforçant la notion de prévention en entreprise. 
  2. Modification du DUERP : il doit désormais être conservé pendant au moins 40 ans par l’employeur et être accessible pour les salariés, pour les anciens travailleurs et toute autre instance ayant un intérêt à y avoir accès.
  3. Une visite médicale à mi-carrière (45 ans) pour certains salariés. 
  4. Un passeport de prévention pour les travailleurs. 
  5. Une modification de la définition du harcèlement sexuel. 
  6. La téléconsultation autorisée : Le médecin du travail, l’interne en médecine du travail ou l’infirmier sous l’autorité du médecin du travail, peuvent recourir à la télémédecine.
  7. De nouvelles modalités pour les visites de préreprise et de reprise.
  8. La visite post-exposition remplace la visite de fin de carrière.
  9. La Convention de rééducation professionnelle en entreprise (CRPE) favorise le retour à l’emploi par la formation.
  10. L’essai encadré permet aux salariés en arrêt de travail de tester leur capacité à reprendre leur ancien poste, de tester un aménagement de poste ou un nouveau poste, tout en conservant leurs indemnités journalières.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

Des TMS sous-déclarés ? 

Suite à la célébration, le 28 avril dernier, de la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, qui a cette année exploré le thème d’un environnement de travail sécurisé et sain, Santé Publique France a publié une enquête sur la surveillance des affections professionnelles sur la période 2012-2018.

Comme le souligne le rapport, les maladies professionnelles (MCP), qui sont des affections liées au travail, mais non reconnues par les régimes de sécurité sociale, ont un impact significatif sur la santé publique. 

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) et la souffrance psychique sont les principales MCP signalées, et ces signalements sont en augmentation. 

Femmes et salariés de plus de 45 ans particulièrement touchés par les TMS

Les femmes sont particulièrement touchées par les MCP (de 2,8% à 4,4% selon l’année), ainsi que par des facteurs d’exposition de nature organisationnelle, relationnelle et éthique lorsqu’elles souffrent de ces affections (de 3,5% à 6,2% selon l’année). 

La suite après la publicité

La souffrance psychique est particulièrement observée chez les femmes âgées de 35 à 44 ans et chez les hommes âgés de 45 à 54 ans.

Les MCP varient en fonction de l’activité exercée. Les TMS sont plus fréquents chez les ouvriers que chez les cadres. Les facteurs biomécaniques tels que les mouvements répétitifs, les postures et le travail nécessitant de la force représentent 80% des causes de ces TMS. 

En ce qui concerne la souffrance psychique, la tendance semble inverse, bien que ces résultats doivent être interprétés avec prudence en raison d’une possible sous-déclaration chez les ouvriers.

Pour les maladies qui relèvent d’un tableau de maladie professionnelle, une grande majorité n’est pas déclarée en tant que telle, principalement en raison du manque de connaissance de la procédure par le salarié avant la consultation avec le médecin du travail et d’un diagnostic insuffisant. 

Ainsi, environ 75% des TMS correspondant à un tableau de maladie professionnelle n’ont pas été déclarés en tant que maladie professionnelle. 

Le fort taux de signalement des MCP observé à partir de 45 ans souligne l’importance particulière qui doit être accordée aux travailleurs vieillissants et à la nécessité d’adapter le travail en fonction de l’avancement en âge.

À lire également :

Mieux former et fidéliser les équipes en 9 fiches pratiques

Dans un contexte de turn-over croissant, l’entretien annuel devient un levier pour retenir et faire monter en compétences ses talents. Notre partenaire Lucca a réalisé un guide composé de 9 fiches pratiques afin de définir des actions concrètes pour développer la carrière des collaborateurs.

Je télécharge
Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.