baromètre soft skills

5 piliers pour un offboarding réussi

5 piliers pour un offboarding réussi

Le départ d’un collaborateur est perçu comme un moment redouté, tant du point de vue du salarié que du manager. Pourtant, cette rupture professionnelle est bien plus bénéfique qu’il n’y paraît : grâce à un processus bien établi, elle peut même être favorable aux deux parties. Vecteur de bouche-à-oreille en externe et de fidélisation en interne, l’offboarding (« débarquement » en français) représente aujourd’hui un enjeu majeur pour la marque employeur au même titre que l’onboarding, plus répandu. Voici 5 piliers pour bien gérer le départ d’un collaborateur et, qui sait, profiter de ses effets positifs sur votre entreprise !

1. L’acceptation

La première chose à faire est de dédramatiser la situation qui, en soi, est une étape normale dans la vie d’un salarié. S’il arrive que l’affect empêche de prendre du recul, il est primordial pour l’entreprise d’accueillir cette annonce avec bienveillance.

Le départ d’un collaborateur ne doit pas être vécu comme une trahison, mais bien comme une évolution. L’ère de la « Grande Démission », comme en témoigne le taux record de départs volontaires en entreprise (2,7% au premier trimestre 2022 selon une étude la Dares), le confirme. Nouvelles opportunités, recherches de métiers porteurs de sens, reconversions…

Rassurez-vous, il s’agit le plus souvent de raisons extérieures qui ne sont pas inhérentes à l’entreprise. Et si malheureusement c’est le cas, vous pourrez toujours en tirer les leçons pour améliorer votre fonctionnement en interne !

2. La reconnaissance

Même si votre collaborateur quitte l’entreprise de son plein gré, cela ne remet pas en cause tout le travail accompli jusqu’ici. Bien au contraire, cette reconnaissance est la clé pour réussir votre processus d’offboarding !

En prenant soin de remercier votre salarié pour son implication dans la société, vous clôturez ainsi la relation professionnelle sur une note positive et améliorez l’image de votre marque employeur, en interne comme en externe.

À l’image du welcome pack pour souhaiter la bienvenue, vous pouvez par exemple offrir un coffret cadeau d’entreprise à votre image qui l’accompagnera dans ses prochaines aventures. Lors du pot de départ, il sera également apprécié de faire un discours, courtois et positif, qui contribuera à renforcer l’engagement des équipes présentes.

3. La communication

Pour réussir un offboarding, celui-ci doit s’effectuer dans une totale transparence, non seulement envers le salarié sortant mais aussi envers son équipe. Dans un premier temps, entretenez-vous avec le collaborateur pour obtenir un feedback sur son vécu au sein de l’entreprise.

L’objectif ? Capitaliser sur ses retours, positifs et négatifs, afin de perfectionner toujours plus l’expérience collaborateur en interne. Dans un second temps, prenez le temps d’avoir une discussion claire et formelle avec le reste de l’équipe afin d’éviter les rumeurs et non-dits généralement provoqués par une communication bâclée.

Si un recrutement est en cours, pensez également à les informer de son avancée. Les principes du happy management, qui consistent à placer l’humain au centre des pratiques managériales, sont d’autant plus précieux pour rassurer l’équipe dans ce contexte particulier !

4. La transmission

Plus votre passation sera aboutie, moins elle aura d’impact sur le reste de votre équipe. Profitez donc du préavis fixé par votre convention (de 1 à 3 mois selon les entreprises) pour établir une passation sereine !

Advertisements

Si vous lancez le recrutement rapidement, vous aurez peut-être la chance d’accueillir votre nouvelle recrue avant le départ du salarié sortant, qui pourra alors former son ou sa remplaçant(e) de vive voix.

La passation physique, en plus de faciliter la prise de poste, a l’avantage de favoriser une meilleure intégration dans l’équipe. Vous ne trouvez pas votre future perle rare ?

Optez pour la mise en place d’un manuel ou de tutos vidéo, réalisés par votre collaborateur lui-même, pour assurer la transmission des connaissances au moment venu.

5. L’accompagnement

Accompagner le départ de votre collaborateur ne se résume pas à la partie administrative.

Bien sûr, il y a la clôture des comptes, la récupération du matériel informatique et la remise de nombreux documents, mais il est surtout question d’accompagner le salarié sortant vers de nouveaux horizons.

Cela peut se traduire par une lettre de recommandation destinée à son potentiel futur employeur, ou simplement en gardant le contact via les réseaux sociaux professionnels tels que LinkedIn. N’oubliez pas qu’il n’est jamais trop tard pour transformer votre ex-collaborateur en véritable ambassadeur !

Mettre en place un système de cooptation externe, ou solliciter son avis positif sur les plateformes de notation d’entreprises, peuvent offrir de belles retombées pour la marque employeur en cas d’offboarding réussi.

L’offboarding joue un rôle crucial dans la construction de votre marque employeur et la réputation de votre entreprise. À la clé ? Attirer de nouveaux talents, mais pas seulement !

Alors que “65% des collaborateurs français ayant démissionné expriment une volonté de revenir dans leur entreprise” selon une étude UKG réalisée en 2022, la tendance du “salariat boomerang” ouvre une nouvelle perspective intéressante : celle de retrouver son collaborateur tant regretté, quelques années plus tard, avec de l’expérience en plus.

Partager l'article