Flottes automobiles professionnelles : vers un verdissement imposé ? 

Flottes automobiles professionnelles : vers un verdissement imposé ? 
Adeline Lajoinie

Si le sujet du verdissement des flottes automobiles professionnelles n’est pas nouveau, son application s’accélère et se durcit en 2024 : comment les entreprises peuvent-elles s’y préparer ?

Le rôle du verdissement des flottes automobiles dans la transition écologique

Le verdissement des flottes automobiles professionnelles revêt une importance capitale dans la transition écologique du secteur automobile. 

En effet, les entreprises achètent plus de la moitié des voitures neuves chaque année, influençant ainsi directement la demande sur le marché des véhicules. De plus, ces voitures finissent souvent sur le marché de l’occasion, où elles sont massivement adoptées par les particuliers. En encourageant l’achat de véhicules écologiques, on réduit non seulement le nombre de voitures polluantes en circulation, mais on influe aussi positivement sur le marché de l’occasion.

Depuis la loi d’orientation des mobilités (LOM) de 2019, les entreprises possédant plus de 100 véhicules doivent renouveler leur parc avec des véhicules à faible émission de CO2. Cependant, les résultats escomptés ne sont pas au rendez-vous : en 2022, 66% des entreprises soumises à cette loi n’atteignaient pas le premier objectif de 10% fixé. 

Pour y remédier, le député Damien Adam a récemment présenté une nouvelle proposition de loi visant à renforcer ces exigences. Cette proposition, examinée à l’Assemblée nationale le 30 avril, vise à atteindre 90% de véhicules à très faibles émissions d’ici 2032.

Elle révise les taux de renouvellement des parcs automobiles en excluant les véhicules hybrides et en mettant l’accent sur les voitures électriques et à hydrogène. Ainsi, les nouveaux paliers sont fixés à 20% en 2025, 30% en 2026, et jusqu’à 90% en 2032.

Pour les entreprises de location de courte durée, un barème spécifique est prévu, tout en maintenant l’objectif de 90% d’ici 2032. Les types de véhicules concernés incluent non seulement les voitures, mais aussi les cyclomoteurs, motos, scooters, voitures sans permis et certains véhicules utilitaires légers.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

La suite après la publicité

Les nouvelles obligations pour le verdissement des flottes automobiles

Parmi les nombreuses mesures de la loi d’orientation des mobilités (LOM), on trouve donc l’obligation pour les entreprises de plus de 100 véhicules de renouveler leur flotte avec des voitures à faible émission (moins de 50 g de CO2 par kilomètre). Les objectifs progressifs fixés étaient de 10% en 2022, 20% en 2024, 35% en 2027 et 50% en 2030. Cependant, la loi Climat et Résilience de 2021 a réévalué ces chiffres à la hausse.

Adoptée en août 2021, la loi Climat et Résilience vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Elle a durci les objectifs de la loi LOM, avec des paliers fixés à 40% en 2027 et 70% en 2030. Malgré ces ajustements, les entreprises peinent à atteindre ces objectifs. En 2023, 60% des entreprises n’avaient pas atteint le premier palier de 10%. La principale raison est l’absence de sanctions en cas de non-respect des obligations de reporting.

La nouvelle proposition de loi de Damien Adam vise à durcir les obligations des entreprises en matière de verdissement des flottes automobiles. Les entreprises doivent reporter annuellement leur progrès à l’autorité administrative, sous peine de sanctions financières. Dès 2025, des amendes de 2 000 € par véhicule non conforme seront appliquées, montant progressivement à 5 000 € par véhicule en 2027. En outre, les entreprises non conformes seront exclues des marchés publics.

Athlon, spécialiste de la location longue durée, observe de près ces évolutions législatives. L’entreprise souligne l’importance de la transparence et de la formation pour les gestionnaires de flotte afin de réussir cette transition vers des véhicules plus écologiques. Les gestionnaires devront être formés aux spécificités des véhicules électriques pour promouvoir efficacement la mobilité électrique au sein de leurs sociétés.

Ainsi, l’électrification des flottes présente des avantages économiques à long terme, en plus de répondre aux exigences légales. Les coûts d’entretien et de carburant des véhicules électriques sont généralement plus bas et les entreprises peuvent bénéficier d’incitations financières et de subventions.

La proposition de loi déposée par le député Damien Adam représente un nouveau coup de projecteur sur la nécessité de verdir les flottes automobiles professionnelles, en imposant des objectifs plus ambitieux et des sanctions pour assurer leur respect. Les entreprises devront s’adapter rapidement pour contribuer efficacement à la transition énergétique et répondre aux nouvelles exigences légales.

À lire également :

Employeurs : 10 obligations à connaître en droit du travail

Les textes de loi et décrets entrés en vigueur ces derniers temps sont venus impacter les obligations des employeurs, créant ainsi de nouveaux impératifs à respecter pour rester en règle. Téléchargez ce dossier spécial pour faire le point sur les 10 obligations à connaître. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire les Editions Tissot.

Je télécharge gratuitement
Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.