Télétravail 2023 : 60% des Français veulent décider de leurs jours de présence physique

Télétravail 2023 : 60% des Français veulent décider de leurs jours de présence physique
Adeline Lajoinie

Alors qu’une grande majorité des Français privilégient le travail hybride, ces derniers semblent également souhaiter avoir le choix de quand et du lieu où ils travaillent. L’autonomie sur le choix de l’environnement et du planning de travail semble être un enjeu majeur du monde du travail en 2023, selon la dernière étude de Ring Central.

Télétravail en 2023 : une flexibilité au travail plébiscitée

RingCentral, l’un des principaux fournisseurs mondiaux de solutions de communication, de réunions vidéo, de collaboration et de centre de contact dans le cloud, vient de publier une nouvelle étude menée par IPSOS, sur les Français et leur rapport au travail. 

Concernant le télétravail, on y apprend que si les salariés français apprécient à la fois de se rendre physiquement au bureau et de rester travailler chez eux, six salariés sur dix souhaitent pouvoir décider de leur jour de présence au bureau.

72% des salariés dont le travail se fait sur ordinateur (et qui sont prêts à reprendre le chemin du bureau) le font sous un modèle hybride. Et ils souhaitent encore plus de flexibilité.

5 soft skills les plus valorisées en entreprise en 2023

Nos experts décryptent en exclusivité le top 5 des compétences : Leadership, Assertivité, Présentation impactante, Empathie et Écoute ; et vous offrent des clés actionnables immédiatement. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire Skillsday.

Télécharger

En effet, 25% des personnes ayant été contraintes de revenir au bureau à temps complet, nourrissent un sentiment négatif vis-à-vis de ce plan de retour. Alors que si l’on se concentre sur les employés hybrides, seuls 8% d’entre eux sont insatisfaits du retour au bureau, lorsqu’ils peuvent choisir les jours de présence.

Donner le choix aux salariés de leurs jours de présence semble alors être la solution idéale pour une intégration efficace du travail hybride pour tous. 

A lire également :

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Le travail hybride plutôt que le 100% télétravail

Si le télétravail est désormais très bien accepté par une majorité des salariés français, le tout télétravail n’est pas forcément vu comme une solution idéale.

Advertisements

En effet, le télétravail a connu une baisse considérable, avec seulement 4% des employés désormais concernés, soit une baisse de 30% par rapport au rapport Ring Central de 2021. Selon 52% des salariés, le travail hybride peut à lui seul contribuer à trouver un meilleur équilibre.

Ils sont 57% à travailler dans cet environnement flexible (vs 26% en 2021) – tandis que le travail en présentiel à temps complet, qui concerne 39% des employés, reste inchangé par rapport à l’an passé.

Des travailleurs hybrides très heureux

44% des employés sont satisfaits de leurs conditions de travail actuelles et ce pourcentage grimpe à 53% chez les travailleurs hybrides. Les travailleurs hybrides se sentent davantage productifs (37%) et motivés (30%), et étonnamment mieux connectés à leur collègues (34%) que ceux à 100% en présentiel ou en télétravail.

La connexion avec les collègues est d’ailleurs le critère n°1 qui motive les salariés à revenir en présentiel au bureau, juste devant l’augmentation de salaire.

La seule petite inquiétude des salariés français, qui pourrait alors les faire revenir plus souvent au bureau, est la perte de connexion à internet en cas de coupure d’électricité. Et 73% des travailleurs hybrides pensent qu’ils ont besoin d’outils de communication flexibles pour interagir avec leurs collègues.

Les salariés satisfaits de leur rythme sont alors les moins susceptibles de penser à changer de poste. Moins d’un salarié sur 10 (8%) envisage activement de quitter son emploi – bien que 62% disent y penser au moins de temps en temps.

A lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Ancienne journaliste, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.