Comment réduire le coût de l’absentéisme (800 € par salarié) ? 

Comment réduire le coût de l’absentéisme (800 € par salarié) ? 
Adeline Lajoinie

L’absentéisme est un fléau en entreprise qui ne cesse de s’aggraver. Et qui coûte de plus en plus cher aux entreprises. Comment limiter les frais ?

L’absentéisme de longue durée en hausse généralisée

Une étude récente menée par Ayming et AG2R LA MONDIALE révèle que l’absentéisme en France, en 2023, a légèrement diminué, affichant un taux de 6,11%, ce qui représente une baisse de 9% par rapport à l’année précédente. 

Bien que le taux d’absentéisme général soit en recul, les absences de longue durée affichent une tendance inverse, avec une augmentation notable. Cette hausse des arrêts de travail prolongés est particulièrement significative, avec une progression de 30% chez les jeunes de moins de 30 ans, bien que leur taux d’absentéisme demeure relativement faible. La catégorie des 51 ans et plus est la plus touchée par cette tendance. 

Ces absences prolongées ont un impact économique considérable sur les entreprises. Chaque année, l’absentéisme coûte environ 800 euros par salarié. Une partie de ce coût est liée au fait que les entreprises ne récupèrent qu’une portion des indemnités journalières de la Sécurité Sociale destinées à compenser ces absences.

En théorie, les coûts des absences des employés ne devraient pas incomber à l’employeur puisque ces dernières devraient être couvertes par les Indemnités Journalières de la Sécurité Sociale (IJSS). Cependant, dans la pratique, le versement de ces indemnités est souvent retardé et, dans 30% des cas, elles ne sont même pas récupérées par l’entreprise. 

En conséquence, l’absentéisme représente un coût moyen de 4,4% de la masse salariale de l’entreprise, soit environ 800 euros par employé chaque année.

Les impacts de cette situation ne se limitent pas uniquement à des conséquences économiques et sociales pour les entreprises, mais exigent également une gestion attentive de la part des employeurs pour maîtriser les coûts et favoriser le retour au travail des employés

Ce phénomène souligne la nécessité pour les entreprises de mettre en place des stratégies efficaces pour gérer l’absentéisme et en minimiser les conséquences, à la fois pour leur santé financière et pour le bien-être de leurs employés.

Arrêts maladie et congés payés : les règles applicables

La loi sur l'acquisition des congés payés pendant l'arrêt maladie a été adoptée. Elle prévoit que toute période d'arrêt maladie est considérée comme du temps de travail effectif, permettant au salarié d'acquérir des congés payés. Retrouvez la synthèse des nouvelles règles applicables dans ce dossier spécial. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire les Editions Tissot.

Je télécharge gratuitement

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

La suite après la publicité

Comment réduire le coût de l’absentéisme en entreprise ?

Pour réduire le coût de l’absentéisme en entreprise, Spartes propose cinq conseils stratégiques. 

Premièrement, la communication fréquente sur les bonnes pratiques avec les salariés est essentielle. En sensibilisant les employés à leurs droits et devoirs, notamment l’importance de respecter les délais d’envoi des arrêts de travail à l’employeur et à la CPAM, les erreurs et les oublis peuvent être limités, facilitant ainsi le remboursement.

Deuxièmement, il est crucial de suivre minutieusement et en temps réel l’état des versements de la CPAM. Cela permet à l’entreprise de comparer les montants versés aux employés avec ceux remboursés par la CPAM, et de réagir rapidement en cas de disparités pour éviter les pertes financières.

Troisièmement, en cas de retard dans le traitement des dossiers, il est recommandé d’agir rapidement et de manière proactive. Cela implique d’ouvrir les bons canaux de communication, que ce soit avec le salarié pour obtenir les documents nécessaires ou avec la CPAM pour clarifier et résoudre les blocages.

Quatrièmement, Spartes souligne l’importance de tenir compte des délais de prescription. Après deux ans, il devient impossible pour l’entreprise de récupérer les sommes dues par la CPAM. Une gestion rigoureuse et régulière des dossiers est donc essentielle pour maximiser les chances de recouvrement.

Enfin, développer une politique de prévention de l’absentéisme est fondamental. Identifier les causes profondes de l’absentéisme et mettre en place des actions adaptées, comme l’amélioration de l’organisation du travail ou la formation à la prévention du stress, peut contribuer à réduire significativement les taux d’absence. 

Ces pratiques aident à limiter les coûts directs, mais renforcent également la marque employeur et l’engagement des salariés.

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.