Comment définir les objectifs d’une formation ?

Comment définir les objectifs d’une formation ?
Anne-Claire PREVOST

Pour être efficace et performant, le processus de formation doit être pensé et anticipé par les services RH. Et parmi les étapes incontournables, l’une des plus importantes consiste en la définition des objectifs de formation, mais comment faire ?

« Pour aller plus haut, aller plus haut-o-o… » À travers cette chanson, Tina Arena rendait donc hommage à la conception pédagogique et à l’une de ses étapes la plus cruciale : la définition des objectifs. Les objectifs sont à la formation ce qu’était la boussole à Magellan : la ligne à suivre pour atteindre son but et découvrir des contrées nouvelles.

Bien pensés, les objectifs de formation et les objectifs pédagogiques donnent le cadre de progression, indispensable à tout apprentissage. Mais alors comment bien les réfléchir ? Comment les choisir ? Et comment s’appuyer sur eux pour dessiner le scénario de la formation ?

Objectifs de formation et objectifs pédagogiques.

Les initiés le savent : on ne mélange pas les torchons et les serviettes. En formation, c’est pareil, on distingue bien les objectifs de formation des objectifs pédagogiques. Alors avant d’aller plus loin (et donc plus haut), petit rappel important sur ces deux types d’objectifs.

Les objectifs de formation.

Ce sont eux qui déterminent ce que la formation permettra aux participants de savoir-faire, être ou de savoir tout court à l’issue de celle-ci. Par exemple pour une formation à la prise de parole en public nous pourrions avoir les objectifs suivants :  

  • « Maîtriser les techniques d’expression orale pour capter l’attention et convaincre ».
  • « Construire un support pertinent pour soutenir son discours et rythmer sa présentation ».
  • « Utiliser des techniques théâtrales pour contrôler sa voix, son corps et sa respiration ».

Les objectifs de formation répondent au(x) besoin(x) à l’origine de la demande de formation. Ils permettent de répondre à 3 enjeux :

  • Stratégique : Quel est l’écart entre la situation constatée (qui amène à se former) et la situation souhaitée (à la fin de la formation) ?
  • Opérationnel : Quel(s) changement(s) concret(s) doit(doivent) être observé(s) à la fin ?
  • Général : Quelles sont les compétences à apporter aux apprenants pour contribuer au changement souhaité ?

On est ici sur la vision « macro ».

Les objectifs pédagogiques.

Passons maintenant aux objectifs pédagogiques. Les objectifs pédagogiques déterminent les étapes intermédiaires à franchir pour atteindre les objectifs de formation. Un peu comme les marches d’un escalier. Vous savez que vous devrez d’abord monter sur la première marche, avant de pouvoir atteindre la deuxième, puis la troisième… jusqu’à atteindre le palier « objectif de formation ».

Les objectifs pédagogiques balisent la progression des participants, étape par étape. On est ici sur une vision plus fine, “micro”.

La formulation des objectifs (qu’ils soient de formation ou pédagogiques) sera donc fondamentale pour la construction du contenu de la formation et la conception de son déroulement.

À lire également :

Benjamin Bloom, le Champollion de la pédagogie.

Benjamin et Jean-François ont su rendre tous les deux des concepts complexes en informations beaucoup plus claires et exploitables. Ajoutons qu’ils avaient aussi un petit faible pour les pyramides… Mais je m’égare… En 1956, des bruissements d’excitation se font entendre sur le campus de l’université de Chicago… Benjamin Bloom, chercheur en éducation finalise le résultat de ses recherches à travers sa taxonomie des objectifs pédagogiques. Et son approche révolutionne la manière de voir l’apprentissage !

J’interromps un instant la lecture de cet article pour clarifier le mot « taxonomie ». En plus de vous permettre de jouer le « x » au Scrabble, une taxonomie est aussi une classification d’éléments qui se rapportent à un même domaine. On en trouvera ainsi beaucoup dans les domaines scientifiques pour illustrer la classification du vivant par exemple.

Benjamin Bloom a donc identifié 6 grandes compétences qui entrent dans notre processus d’apprentissage. C’est-à-dire que notre acquisition d’une connaissance nouvelle passe par un certain nombre d’étapes qui permettent de la mémoriser, de l’appliquer, de l’expliquer, etc.

Il a ensuite classé ces compétences en ordre hiérarchique, chaque compétence dépendant de l’acquisition de la compétence précédente. Afin de mieux s’en rendre compte, son travail est souvent présenté sous la forme d’une pyramide.

définir-étapes-objectifs-formation-palier
Source : didac2b

Comme dans mon image de l’escalier, le niveau 2 de la pyramide, (« Compréhension ») peut être atteint si le niveau 1 (« Connaissance ») est acquis… Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais nous avons ici une dimension « méta » assez remarquable ! La taxonomie de Bloom présente en escalier les informations qui permettent de construire l’escalier en question. C’est un peu l’escalier de Penrose !

Mais revenons à nos marches. Pour chacune de ces compétences, Bloom a également listé des verbes d’action possibles pour leur acquisition. Et cette liste bien utile va servir à établir les objectifs de notre formation, car elle fonctionne pour les deux types !

Source : mise en forme de la Taxonomie par l’autrice de l’article

Les objectifs pédagogiques : point de départ du scénario.

« Si tu ne sais pas où tu vas, tu risques de mettre du temps pour y arriver », Proverbe berbère.

C’est pour cela qu’une fois les objectifs pédagogiques définis, on y voit tout de suite plus clair sur le contenu de la formation à proprement parler. En effet, une fois que l’on connaît la cible à atteindre, il est plus simple de concevoir les activités appropriées. Et on gardera en tête que les séquences d’apprentissage vont de la compétence la plus simple vers la plus complexe (merci Benjamin !).

Poser les objectifs permet également de vérifier qu’il y a un « équilibre » dans le contenu de la formation. Que les compétences mobilisées sont variées, que les activités proposées le sont aussi. Que l’on alterne connaissance et application par exemple. Qu’on mobilise les participants autour de l’analyse de ce qui est vu, etc.

J’évoquais l’image de la boussole au début de cet article, vous comprenez ici combien les objectifs pédagogiques aident à garder le cap. Ils permettent de conserver la cohérence dans la proposition pédagogique. Ils aident aussi à la progression échelonnée des participants, à anticiper des difficultés éventuelles et guident les avancées comme autant de panneaux indicateurs.

À lire également :

En résumé…

La taxonomie de Bloom a été actualisée en 2001 par Anderson et Krathwohl. Leur nouvelle version garde les 4 premiers piliers de la pyramide mais fait passer l’évaluation au cinquième plan avant la « compétence ultime » : la création. C’est-à-dire la capacité à créer à partir de différents éléments.

Cette modification montre bien comment les objectifs et les compétences que l’on souhaite développer évoluent avec notre temps. Combien ils restent au cœur de l’apprentissage. J’ajouterai également que l’on apprend d’autant mieux que l’on sait où l’on va. Et qu’en ce sens, des objectifs bien définis peuvent être aussi une source de motivation, d’implication et d’intérêt des participants.

Restons donc objectifs et utilisons-les intelligemment au service de l’efficacité des formations !

Notez le

Rated 4.5 / 5 based on 297 reviews
Partager l'article

Anne-Claire PREVOST

Travaillant depuis plus de 15 ans dans le domaine de la formation et du digital learning, Anne-Claire accompagne les projets pédagogiques en présence ou à distance, des entreprises. Elle s'est spécialisée dans la digitalisation des formations et dans l'utilisation du jeu et du storytelling en formation. Elle est Facilitatrice certifiée avec la méthode LEGO® SERIOUS PLAY®. Elle est également certifiée niveau Bronze de l'évaluation Kirkpatrick Four Levels®.