Formation

Digital learning et formation présentielle : quelles sont les différences ?

digital-learning-formation-presentiel-dfférences-avantages-inconvenients

Longtemps snobé par les entreprises, les apprenants et les organismes de formation, le digital learning connaît aujourd’hui un succès fulgurant. Que vous soyez digito-convaincus ou méfiants, les contraintes liées à la crise sanitaire et à l’épidémie de Coronavirus ont boosté cette nouvelle modalité de formation.

Pour commencer, une petite définition. Dispensée à distance, la formation digitale est réalisée au moyen d’outils numériques de nature différente.

Elle peut comporter :

  • une ou plusieurs séquences de formation qui s’appuient sur des ressources multimédias (fichiers numériques, vidéos, images interactives, podcast);
  • des temps synchrones (classe virtuelle, webinar, chat) ou asynchrones (réalisation d’activités et apprentissage autonome sur une plateforme d’e-learning par exemple).

Dans cet article nous allons comparer la formation présentielle et la formation digitale en termes de contenu, d’efficacité et de prix.

Je vous propose de répondre aux différentes questions que vous vous posez lorsque vos formations présentielles « deviennent » distancielles.

« Allô l’OF, j’ai besoin de comprendre … »

Professionnels prudents et organisés, vous savez que les stages de formation se remplissent très vite. C’est pourquoi vous avez l’habitude d’inscrire vos salariés en formation plusieurs mois en avance.

Aucune raison de changer les bonnes habitudes : vous avez procédé ainsi l’année dernière pour la planification de cette année. Tout était bien calé, c’était même trop beau pour être vrai.

Et là … bim ! Un imprévu de la taille de 0,15 micron a mis la pagaille dans votre parfaite organisation. Plus de formations en présentiel …

Heureusement, vos organismes de formation partenaires ont trouvé une solution pour garantir la pérennité de leur offre. Vous recevez un courriel doté d’un magnifique bandeau coloré : « x Formations adapte son offre ! ». Vos inscriptions sont maintenues et toutes les formations sont réalisées à distance.

Votre cœur balance. Oui, vous êtes soulagés de savoir que les formations pourront se poursuivre. Mais vous avez également l’impression d’avoir acheté une baguette et d’avoir reçu du céleri rémoulade à la place.

Bref, vous avez besoin de savoir si ce que vous avez acheté et ce que vous obtenez. C’est pourquoi vous appelez votre correspondant chez X Formations avec les questions suivantes.

À lire également :

 » Sur le fond, le résultat sera-t-il le même ?  »

Si X Formations est un organisme compétent, vous pourrez constater que, finalement, vous avez reçu une baguette au prix d’une baguette. Seul l’emballage aura été modifié.

Écartons-nous de la métaphore boulangère pour bien comprendre ce qui diffère ou pas sur le fond. Pour cela, nous allons nous intéresser aux ingrédients d’un déroulé de formation : objectifs, séquençage, contenus, activités, moyens matériels.

L’objectif de formation et le contenu ne changeront pas …

… et c’est une bonne nouvelle ! La formation n’est pas une finalité, mais un moyen qui permet de réaliser les projets de votre structure.

En présentiel ou à distance, ce qui compte est que vos collaborateurs puissent y acquérir les capacités et les connaissances visées.

S’agissant du contenu, quelques adaptations pourraient être nécessaires, mais il s’agit plutôt d’une répartition différente que d’une modification.

Le séquençage est totalement différent.

Le séquençage est la façon dont on distribue et organise les contenus de la formation dans le temps. X Formation vous explique que celui-ci sera totalement revu.

Cette réponse est rassurante : votre organisme de formation connaît bien le potentiel et les limites du digital learning et ne s’est pas contenté de dématérialiser la salle de formation.

Pour des raisons que nous verrons plus loin, un apprenant ne peut pas suivre une formation digitale sur un temps équivalent à celui du présentiel. En effet, l’effort de concentration demandé est plus important à distance.

Pour que la formation digitale soit efficace, il est préférable de proposer des séquences pédagogiques courtes :

  • pas plus de trois heures pour un temps synchrone (classe virtuelle, webinar);
  • deux heures au maximum pour un temps asynchrone (module e-learning, travail à distance en autonomie).

En pratique, une formation présentielle de sept heures pourra se traduire par une formation distancielle de plusieurs séquences courtes et distribuées dans le temps.

Les activités pédagogiques peuvent changer (mais pas trop).

Votre organisme de formation dispose d’une palette d’outils digitaux de plus en plus perfectionnés. À condition d’être formé, un formateur sait aujourd’hui trouver des solutions techniques pour proposer un travail en sous-groupes, un jeu, un brainstorming …

D’ailleurs, les fonctionnalités très perfectionnées de certains outils digitaux peuvent même enrichir la formation présentielle.

En termes de possibilités d’activités pédagogiques, il n’y a pas de différence entre les deux modalités de formation. Néanmoins, le prestataire effectue des ajustements pour préserver l’ergonomie de la formation et éviter la multiplication des outils techniques.

Les moyens, différents par définition.

Finalement, et sans surprise, la vraie différence entre le présentiel et le distanciel réside dans les moyens matériels et techniques.

Le moyen technique a une très grande influence dans la pédagogie et dans l’efficacité de l’apprentissage en digital learning.

Un choix technique inapproprié, inadapté au public ou défaillant peut compromettre une formation à distance. A contrario, la défaillance du matériel en présentiel n’a jamais empêché le formateur de s’adapter et de proposer une prestation de qualité.

En conclusion, ne soyez pas réfractaires aux modifications pédagogiques proposées par votre prestataire : il s’agit au contraire d’une marque de qualité.

En revanche, soyez attentifs à la fiabilité des choix techniques et au respect de l’objectif de formation et des contenus.

 » Est-ce que la formation digitale sera, in fine, aussi efficace que la formation présentielle ? »

formation-distance-elearning-efficacité-avantage-incoveinient

Attention ma réponse va être extrêmement technique sur ce point : ça dépend (je vous avais prévenus).

La formation digitale n’est pas plus ou moins efficace, mais différemment efficace du présentiel.

Rappelons d’abord que la formation efficace est celle qui permet au participant d’atteindre l’objectif de formation, au travers d’une expérience apprenante positive.

La nature de l’objectif et le profil de vos apprenants feront que le digital learning est la bonne solution dans un cas, tandis que la formation présentielle restera la meilleure option dans un autre.

Il faudra mettre dans la balance les facteurs ci-dessous pour répondre à votre question, et faire appel aux sciences cognitives.

Deux facteurs qui rendent la formation digitale plus performante que le présentiel.

La distribution de l’apprentissage.

Grâce aux études sur le cerveau, nous savons aujourd’hui qu’il est plus efficace de distribuer l’apprentissage dans le temps que de le concentrer sur un temps court.

Le digital learning permet cette distribution plus que le présentiel. Il paraît difficile d’organiser un stage en salle d’une journée à raison d’une demi-journée initiale, suivi de deux heures le jour suivant, puis une heure quarante-huit heures plus tard et ainsi de suite.

Pourtant, cette distribution, accompagnée d’un retour à la fois rapide et fréquent sur les savoirs acquis, renforce le circuit neuronal et la mémorisation.

La pédagogie différenciée et le tutorat.

En présentiel, impossible d’accorder plus de temps à un apprenant pour réaliser un exercice. En ce sens, les modalités asynchrones du digital learning apportent de la souplesse dans l’apprentissage : chacun pourra s’investir selon ses besoins et ses disponibilités.

La pédagogie différenciée ne fonctionne que si le tutorat pédagogique vient compléter la démarche.

Atout majeur de la formation digitale, le tutorat permet de suivre de façon individuelle les apprenants et de répondre de manière précise à leurs besoins. De plus, le formateur-tuteur joue un rôle fondamental dans le maintien de la motivation de l’apprenant. Il en améliore l’assiduité, véritable talon d’Achille du distanciel.

À lire également :

Deux facteurs qui rendent la formation digitale moins performante que le présentiel.

La fragilité de l’attention sélective.

Sans doute, avez-vous déjà visionné cette vidéo sur l’expérience du gorille. Vous devez compter les passes d’une équipe d’étudiants qui jouent au basket. Concentrés sur votre tâche, vous ne voyez pas le gorille qui s’invite dans la vidéo.

L’attention est la capacité de notre cerveau à se focaliser sur une information au détriment des autres. Le problème est que toute nouvelle information est susceptible de la détourner !

L’attention est fragile, et à distance encore plus. Nous recevons une multitude de notifications, sonneries, mails, appels téléphoniques. Confinés, nous cumulons tout ceci avec la sonnette de la porte, le facteur, un membre de la famille qui vous pose une question… En présentiel, tous nos sens sont engagés dans la situation apprenante. À distance nous ne disposons que de la vue et de l’ouïe pour favoriser et maintenir l’attention.

Les formateurs digitaux le savent bien : mobiliser l’attention des apprenants à distance est un véritable défi.

La dimension technique du digital learning demande des compétences numériques.

Bien entendu, le digital learning ne s’adapte pas aux apprenants en fracture numérique. Selon la solution technique envisagée par votre prestataire, les compétences numériques requises sont plus ou moins importantes.

Dans tous les cas, l’analyse de votre public reste le point central de votre réflexion. Une prise en main difficile de l’outil informatique risque de faire passer les bienfaits de la formation au second plan.

 » Vais-je faire des économies avec le digital learning ? »

Vous avez certainement mesuré que le présentiel ne se digitalise pas, comme ça, en claquant des doigts. Votre prestataire doit réaliser un véritable travail d’ingénierie pédagogique. Aussi, la production des ressources est un poste très important dont il faut tenir compte.

A contrario, certaines solutions techniques distancielles peuvent s’avérer très onéreuses (par exemple, les serious games ou les modules e-learning). Dans ces cas, les coûts peuvent être amortis dans le temps, mais il faudra alors programmer de très nombreuses sessions de formation.

Côté formateur, tant pour la conception des activités que pour l’animation, le travail à distance est bien plus conséquent qu’en présentiel et demande des compétences supplémentaires.

Optimiser votre budget de formation, c’est possible, mais pas en « transformant » le présentiel en distanciel.

Présentiel ou distanciel, ça reste une formation !

Pour conclure, le choix entre la formation distancielle ou présentielle doit s’appuyer avant tout sur des critères de pertinence.

La formation digitale n’est pas plus ou moins efficace que la présentielle, mais différemment efficace. La dimension financière ne peut vous aider à faire votre choix, contrairement à la démarche d’analyse des limites et des atouts des deux solutions. L’analyse du besoin reste votre point de repère, en présentiel comme à distance.

N’oublions pas qu’une formation digitale reste une formation, même si on peut la suivre en restant en pyjama ! Vous avez le droit d’être aussi exigeant qu’en présentiel. Pour cela, n’hésitez pas à veiller à la fois à la qualité pédagogique et au respect des obligations relatives à la formation professionnelle.

A propos de l'auteur

Déborah PANIGADA

Deborah est tombée très tôt dans le bain de la formation professionnelle. Elle a ainsi pu faire l’expérience de la diversité des métiers de ce domaine. Depuis plusieurs années, elle est consultante indépendante en ingénierie de formation. A ce titre, elle accompagne les organisations dans le développement de leurs compétences en proposant des solutions innovantes et sur mesure. La créativité, la gamification, le digital, les pédagogies actives, les neurosciences sont ses outils de prédilection.