Négociation Salariale : comment le vivent vos collaborateurs ? 

Négociation Salariale : comment le vivent vos collaborateurs ? 
Adeline Lajoinie

À l’heure de l’inflation, bien négocier son salaire semble primordial pour les salariés. Mais comment appréhendent-ils ce complexe moment de négociation salariale ? Et quels sont les publics qui le vivent avec le plus d’anxiété ?

Le salaire, un élément crucial pour les employés…

L’Enquête Robert Half « Ce que veulent les candidats » nous apprend que bien négocier son salaire est un sujet déterminant pour les collaborateurs, mais aussi une source d’anxiété.

Il faut savoir que le salaire est le critère principal d’un emploi, pour les Français depuis la crise sanitaire, cité par 57% des personnes interrogées. C’est un constat transgénérationnel, même si les femmes accordent une légère préférence à l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle (57%) contre le salaire (54%). 

Pour plus de la moitié des sondés (55%), une augmentation salariale est un facteur déterminant pour envisager un changement d’emploi. Une offre d’emploi sans indication de salaire dissuaderait 46% des candidats.

… comme pour les employeurs

Pour les employeurs, le salaire est un levier crucial pour attirer et fidéliser les talents. Les employés privilégient une hausse de salaire en lien avec l’inflation (71%), les primes ponctuelles (68%) et une augmentation liée aux performances de l’entreprise (53%). 

Outre le salaire, des avantages supplémentaires sont appréciés : une aide financière pour l’achat du carburant (40%), une prime de partage de la valeur (33%) et les bénéfices des comités d’entreprises (33%).

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

La suite après la publicité

La génération Z, particulièrement à l’aise dans la négociation salariale ? 

La génération Z (18-34 ans) est particulièrement à l’aise dans la négociation salariale. Elle exprime une plus grande satisfaction de leur rémunération avec 58% de satisfaits, comparativement à 45% chez les 45-65 ans. 

De plus, ces jeunes salariés sont plus enclins à percevoir une augmentation salariale, avec seulement 30% n’en ayant pas reçue dans l’année précédente. Cette aisance dans la négociation se traduit par une utilisation fréquente des contre-offres salariales, une stratégie adoptée par 41% d’entre eux, contre seulement 20% pour les 45-65 ans. Il semble que cette génération ait une approche proactive en matière de rémunération.

Les femmes et les seniors voient plus la négociation salariale comme une angoisse

L’étude de Robert Half souligne une différence significative entre les hommes et les femmes concernant la négociation salariale. En effet, 56% des hommes se sentent à l’aise pour discuter de leur rémunération, tandis que seulement 36% des femmes partagent ce sentiment. On note également un écart générationnel, avec 53% des 18-35 ans se disant confortables à négocier leur salaire, contre 40% chez les 45-65 ans.

Ce sentiment d’inconfort a des répercussions tangibles. Au total, 59% des personnes interrogées envisagent de demander une augmentation en 2023. Cependant, ce pourcentage chute à 51% pour les 45-65 ans et à 52% pour les femmes, alors qu’il atteint 67% chez les 18-34 ans et 65% chez les hommes.

Le malaise face à la négociation salariale s’explique par plusieurs raisons évoquées par les sondés :

📝 Enquête sur la BDESE 2024 : votre avis compte

      Les Editions Tissot lancent pour la 3ème année le baromètre de la BDESE, afin de dresser une situation réaliste de son déploiement dans les entreprises françaises. Votre contribution en tant que professionnel des Ressources Humaines est précieuse. Répondez à l'enquête en tout juste 4 minutes :) Cette enquête vous est proposée par notre partenaire Les Editions Tissot.

Je participe
  • Incertitude sur le montant à demander : 52%
  • Difficulté à amorcer la conversation : 45%
  • Sentiment d’intimidation : 44%
  • Anticipation d’une réponse négative : 37%
  • Crainte de donner une mauvaise impression : 34%

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.