baromètre soft skills

Le métavers, nouvel outil de recrutement pour 84% des français en recherche d’emploi

Le métavers, nouvel outil de recrutement pour 84% des français en recherche d’emploi
Adeline Lajoinie

Une grande majorité des français en recherche d’emploi seraient même prêts à passer par le métavers pour être recrutés. 

En seulement quelques mois, le métavers est passé d’univers méconnu et craint à opportunité de développement, notamment dans le domaine du recrutement. Une grande majorité des français en recherche d’emploi seraient même prêts à passer par le métavers pour être recrutés. 

Les français et le métavers : de la crainte à l’intérêt

En début d’année, l’IFOP avait partagé une étude sur le rapport des français avec le métaverse. À l’époque, seuls 35% des Français déclaraient voir de quoi il s’agissait, dont 14% “précisément”.

L’on assistait, comme souvent, à un écart génerationnel et social : les plus jeunes avaient ainsi une meilleure connaissance du sujet (42% des 18-24 ans voient ce qu’est le métavers, contre 28% des 65 ans et plus), tout comme les catégories socio-professionnelles supérieures (59% des diplômés du supérieur contre 27% des personnes sans diplômes). 

Et les craintes étaient nombreuses. Le métavers suscitait des appréhensions pour 75% des français, même au sein des catégories de population les plus en pointe sur le sujet (49% des 18-24 ans). Et moins d’un Français sur trois (26%) déclarait avoir confiance en l’entreprise pour créer et gérer un métavers.

Les choses semblent avoir changé, comme le démontre la récente étude réalisée par l’IFOP pour  Hippolyterh, start-up spécialiste du recrutement sur les réseaux sociaux. Cette dernière révèle en effet qu’une majorité de Français voit dans les espaces virtuels qui constituent le métavers un outil de recrutement prometteur, capable de révolutionner les méthodes traditionnelles, une promesse séduisante dans un contexte de pénurie des talents.

A lire également :

Advertisements

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Pourquoi le métavers intéresse candidats comme recruteurs ? 

En Juin dernier, Le Monde se demandait “Pourquoi le métavers intéresse déjà les recruteurs”. Et la réponse était que, dans certains secteurs (comme l’informatique, pour attirer des data analysts, data scientists ou des programmateurs), les recruteurs avaient décidé “d’investir tous les « canaux » de recrutement : le métavers en est un nouveau, qui, à leurs yeux, a d’autres avantages, à commencer par être adapté au public « digital »”.

Aujourd’hui, selon l’étude d’Hippolyte rh, le métavers ouvre le champ des possibles en matière de recrutement, notamment pour la jeune génération. 1 actif sur 2 semble séduit par la possibilité d’immersion dans le recrutement.

En effet, le sondage IFOP révèle que 51% des Français seraient prêts à participer à une opération de recrutement effectuée dans le métavers.

Un chiffre qui atteint les 69% chez les 18-24 ans et les 84% au sein des personnes en recherche active d’un emploi. Les actifs ouverts à de nouvelles opportunités professionnelles sont, quant à eux, 65% à se dire prêts à tester le recrutement sur le métavers.

Gauthier Bailleul, fondateur d’Hippolyte rh, souligne alors : “il faut voir le métavers comme un outil qui permettra aux entreprises d’établir de nouvelles stratégies de recrutement. Il pourra aussi leur permettre d’envoyer un signal fort aux plus jeunes, en leur montrant qu’elles sont à la page et qu’elles peuvent même être pionnières dans la digitalisation. Cela plaît aux candidats, en particulier ceux du numérique, et ça peut faire la différence sur un marché de l’emploi tendu.”

A lire également :

Notez le

Rated 4.5 / 5 based on 214 reviews
Partager l'article

Adeline Lajoinie

Ancienne journaliste, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.