Marché de l’emploi 2024 : vers un rééquilibrage des forces ?

Marché de l’emploi 2024 : vers un rééquilibrage des forces ?
Adeline Lajoinie

Après un marché de l’emploi qui a été fortement tourné vers les candidats en 2023, qu’en sera-t-il en 2024 ?

Un marché de l’emploi 2024 moins resserré mais toujours volatile

L’étude de rémunération Robert Walters 2024 est, comme chaque année, riche en enseignement. En plus de proposer une grille des salaires par métier, cette étude offre un éclairage sur les tendances qui ont marqué le marché du recrutement en 2023, et présente celles de 2024. 

On y apprend qu’après une période faste, marquée par une augmentation des offres d’emploi et des salaires, 2024 pourrait signaler la fin de cette tendance : le marché de l’emploi semble se stabiliser, revenant à un niveau similaire à celui de 2018

En 2022, le marché de l’emploi a connu un véritable boom, mais en 2023, une baisse de 21% des offres pour cadres a été observée. Bien que le recrutement devienne plus complexe, il continue, attirant des candidats toujours en quête de la meilleure offre. Ces derniers, encouragés par des augmentations salariales substantielles l’année précédente, restent en alerte pour ne pas manquer de belles opportunités.

La majorité des candidats, confiants dans leur secteur, envisagent un changement d’emploi principalement pour un salaire plus élevé. Cependant, en 2024, les entreprises se montreront réticentes à recruter des candidats opportunistes, privilégiant ceux avec un projet professionnel clair. Les candidats doivent donc se préparer à démontrer leurs ambitions et compétences.

La rémunération reste la principale préoccupation des cadres, bien que 90% d’entre eux accordent de l’importance aux valeurs de l’entreprise. Ils attendent de leur employeur un engagement envers l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle et des sujets sociétaux. Malgré l’importance accordée à la « quête de sens », le salaire demeure la priorité.

Une majorité de cadres s’attend à une augmentation de salaire, et les entreprises envisagent des ajustements à la hausse. Cependant, seules quelques-unes prévoient des augmentations au-delà de l’inflation, s’orientant vers une individualisation des salaires.

Bien que confiants, de nombreux cadres cherchent à améliorer leur salaire, tout en valorisant les engagements de l’entreprise.

Face à un marché candidat changeant, les entreprises devront privilégier des recrutements qualitatifs. L’accent sera donc mis sur l’individualisation des salaires et le bien-être des employés. La rétention des talents, bien qu’importante, passe après l’attraction de nouveaux talents. Et la rémunération reste un enjeu central pour le recrutement en 2024.

Advertisements

« Dans ce contexte mouvant, les entreprises sont appelées à faire preuve de courage face à la dispersion des candidats : elles sauront dire non à des attentes toujours plus exigeantes, notamment sur le sujet de la rémunération, et ne seront plus prêtes à recruter des talents qui se présentent sans réel projet professionnel », conclut Coralie Rachet, Managing Director des cabinets Robert Walters et Walters People France.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

Magazine IN'formation N°2 - Le marketing de la formation

Au travers de ce deuxième numéro nous explorerons les principaux aspects du marketing de la formation et son rôle crucial dans le développement et la réussite des initiatives de formation professionnelle. Vous trouverez ainsi des articles, des fiches pratiques et des interviews d’experts. Ce magazine est proposé par notre partenaire Lefebvre Dalloz Compétences.

Je télécharge le magazine

L’IA, au coeur du recrutement en 2024 ?

En 2024, l’intelligence artificielle (IA) s’impose comme un acteur clé dans le monde du recrutement. Sa présence sur le marché du travail, loin d’inquiéter, est perçue positivement par 79% des cadres. Ils considèrent l’IA comme un levier pour accroître leur productivité, notamment en automatisant les tâches peu valorisantes.

Au-delà de son utilité opérationnelle, l’IA s’avère un outil précieux pour anticiper les démissions. Cela est d’autant plus pertinent que 32% des cadres préfèrent quitter leur poste plutôt que d’affronter des désaccords. 

L’IA offre ainsi une nouvelle perspective aux managers pour évaluer l’adéquation des collaborateurs à leur poste, en tenant compte de leurs compétences et de leurs aspirations. Elle devient un moyen de redéfinir l’engagement des employés et d’identifier les facteurs qui pourraient les motiver davantage. 

L’IA, donc, ne se limite pas à une simple automatisation des processus, mais s’érige en véritable partenaire stratégique dans la gestion des talents.

À lire également :


Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.