La semaine de 4 jours est-elle un peu trop idéalisée ?

La semaine de 4 jours est-elle un peu trop idéalisée ?
Adeline Lajoinie

Une grande majorité de Français songent à la semaine de 4 jours avec envie. Oui, mais dans quel cadre d’application : en conservant leur volume horaire ou en le baissant et en réduisant alors leur salaire ? La vision de cette semaine de 4 jours est-elle aujourd’hui réaliste ou idéalisée par les collaborateurs ?

Une semaine de 4 jours idéalisée ?

Une récente étude menée par Indeed en collaboration avec OpinionWay auprès de 1138 actifs français des secteurs public et privé, s’est penchée sur le concept de la semaine de 4 jours. 

La semaine de quatre jours séduit fortement les salariés, qui y associent des bénéfices significatifs sur leur qualité de vie et leur rapport au travail.

Une grande partie des sondés (77%) pensent que ce format de travail améliorerait leur bien-être global, et 71% prévoient une amélioration de leur santé mentale. Ils sont aussi 68% à anticiper une productivité accrue, avec un pourcentage encore plus élevé parmi les 18-30 ans (74%).

Un sentiment partagé, mais moins répandu (55%) suggère que ce rythme intensifié n’entraînerait pas de fatigue supplémentaire. 

Sur le plan professionnel, les avantages semblent également conséquents : 67% s’attendent à une motivation renforcée et 60% (68% chez les 18-30 ans) pensent que l’absentéisme diminuerait, point crucial pour les entreprises face à l’augmentation de l’absentéisme post-Covid.

Plus de la moitié des répondants (55%) se sentiraient plus loyaux envers leur entreprise et 54% estiment que leur journée de travail ne serait pas plus difficile qu’actuellement. 

L’emploi pourrait également être stimulé selon 54% des jeunes travailleurs, tandis que cette opinion n’est partagée que par 43% des plus de 30 ans.

Cependant, les inquiétudes subsistent concernant une possible stagnation des salaires (52% des répondants) et des difficultés d’organisation (51%) suite à ce changement. 

La suite après la publicité

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

Des journées plus longues ou un salaire moindre ?

Selon l’étude, 67% des salariés aimeraient adopter la semaine de 4 jour en conservant la même quantité d’heures hebdomadaires que dans leur poste actuel (donc avec des journées de travail plus longues)

7 conseils pour préserver la santé mentale de vos collaborateurs

À l'heure où 1 salarié sur 2 s'estime être en détresse psychologique (Opinion Way), le rôle des entreprises dans la santé mentale des collborateur·ice·s n'est plus à démontrer. Découvrez 7 conseils pour des équipes épanouies et en meilleure santé dans notre e-book sur le sujet : culture du feedback, ouverture et parole libérée, avantages salariaux etc. Inspirez vos actions QVCT et faites de votre entreprise une championne de la santé mentale. Cet e-book vous est proposé par notre partenaire Urban Sports Club.

Je découvre

Seuls 28% aimeraient travailler 4 jours par semaine, même avec une rémunération diminuée ( via un temps de travail hebdomadaire réduit).

Le scénario le plus favorable (rémunération identique pour un temps de travail hebdomadaire réduit) attire logiquement encore plus de salariés : 82% des répondants. Les salariés âgés de 18-30 ans plébiscitent encore davantage cette option (88%).

Une journée “off” en plus : pour faire quoi ? 

L’étude révèle ce que les Français feraient de leur jour supplémentaire en adoptant une semaine de travail de quatre jours. 

Majoritairement, ils priorisent le repos (47%) et les loisirs (46%), et envisagent aussi de réaliser plus calmement les tâches quotidiennes (44%). Le classement change légèrement chez les 18-30 ans, qui favorisent les loisirs devant le repos.

Des différences notables apparaissent en fonction du genre et de la catégorie socio-professionnelle : les femmes préfèrent le repos et les tâches ménagères, tandis que les hommes souhaitent augmenter leur vie sociale et s’investir dans de nouveaux projets. 
Les CSP+ s’orientent vers les loisirs et les projets personnels, alors que les CSP- valorisent le repos et les tâches quotidiennes. De manière surprenante, 12% des sondés envisageraient d’utiliser ce jour supplémentaire pour travailler plus tranquillement.

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.