Que pensent les cadres de la semaine de 4 jours ?

Que pensent les cadres de la semaine de 4 jours ?
Adeline Lajoinie

La semaine de 4 jours est l’un des grands enjeux des entreprises françaises en 2023. Alors que de nombreuses sociétés européennes (et quelques françaises) l’ont déjà adoptées, qu’en pensent vraiment les cadres ?

Semaine de 4 jours : les cadres français emboitent-ils le pas des anglais ? 

En début d’année 2023, l’on apprenait qu’un test à grande échelle de la semaine de quatre jours au Royaume-Uni, réalisé entre juin et décembre 2022, avait largement convaincu les entreprises qui l’avaient expérimentée. En effet, 56 entreprises sur les 61 qui avaient participé à l’expérimentation, avaient annoncé vouloir maintenir la semaine de 4 jours.

En France, la dernière étude en date sur le sujet de la semaine de quatre jours provient du cabinet Robert Walters. Ce dernier a demandé aux cadres français quel était leur avis sur ce nouvel aménagement du temps de travail, s’ils étaient prêts à passer à 4 jours de travail par semaine et quels en seraient les bénéfices. 

Une tendance émerge alors parmi les cadres français : 88% d’entre eux aspirent à une semaine de travail de 4 jours. Cette idée séduit particulièrement les 30-39 ans (92%) et les femmes (94%). 

Ils ne souhaitent pas réduire leur temps de travail, mais plutôt répartir leurs heures sur 4 jours. En revanche, seuls 21% des cadres seraient prêts à réduire leurs heures, même si cela entraîne une diminution de leur rémunération.

En envisageant cette nouvelle organisation du temps de travail, 46% des professionnels seraient prêts à sacrifier les formations et 37% à renoncer au télétravail.

Cependant, à ce prix, la moitié des cadres désirent avoir le choix de leur journée de repos, tandis que 31% aimeraient pouvoir modifier librement leur journée de congé au cours de l’année.

Mieux former et fidéliser les équipes en 9 fiches pratiques

Dans un contexte de turn-over croissant, l’entretien annuel devient un levier pour retenir et faire monter en compétences ses talents. Notre partenaire Lucca a réalisé un guide composé de 9 fiches pratiques afin de définir des actions concrètes pour développer la carrière des collaborateurs.

Je télécharge

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

Quels sont les bienfaits de la semaine de 4 jours pour les cadres ? 

Un nouvel équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle attire de plus en plus les cadres : ils sont nombreux à souhaiter travailler seulement 4 jours par semaine. 

La suite après la publicité

Cette décision aurait un impact significatif sur leur bien-être, selon 93% d’entre eux. En effet, la majorité prévoit d’utiliser leur journée de congé supplémentaire pour passer du temps de qualité avec leur famille et/ou leurs amis (81%) ou pour se consacrer à leurs loisirs et hobbies (78%). Certains envisagent même d’avancer sur des projets associatifs ou de freelance.

Outre les bénéfices en termes de bien-être, les professionnels estiment que la semaine de 4 jours pourrait accroître leur productivité (53%) et améliorer leur relation avec l’entreprise (43%). 

Ainsi, cette nouvelle organisation du travail serait bénéfique tant pour les collaborateurs que pour l’entreprise. Cependant, certains cadres hésitent à franchir le pas de peur de voir leur charge de travail quotidienne augmenter (51%).

Et pour les entreprises ? 

Pour se démarquer de leurs concurrents et attirer de nouveaux talents, voire retenir ceux déjà présents, les entreprises doivent tenir compte d’une forte tendance : la grande majorité des cadres interrogés aspire à une semaine de travail de 4 jours. 

Selon 91% des professionnels interrogés, les entreprises qui proposent cette organisation du temps de travail sont considérées comme plus attrayantes.

Cependant, ces professionnels reconnaissent que toutes les organisations ne seront pas en mesure d’adopter ce nouveau modèle de travail, et seulement 30% estiment qu’elles finiront par passer à la semaine de 4 jours. 

Cette enquête révèle également d’autres initiatives susceptibles d’attirer les talents : la possibilité de gérer son emploi du temps de manière autonome (63%) ou encore la faculté de travailler à distance n’importe où dans le monde (30%).

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.