Discrimination au travail : ce que le plan de lutte d’Elisabeth Borne va changer en entreprise

Discrimination au travail : ce que le plan de lutte d’Elisabeth Borne va changer en entreprise
Adeline Lajoinie

La première ministre Elisabeth Borne s’est saisie du sujet de la discrimination au travail. Et a dévoilé les 80 propositions de son plan de lutte. En quoi ceci va modifier, concrètement, l’environnement professionnel ?

Comment seront sanctionnés les auteurs responsables de discrimination ?

Élisabeth Borne et Isabelle Rome ont présenté le 30 janvier 2023 leur plan national de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations, avec dix ministres et des acteurs du secteur de l’engagement.

Parmi les 80 mesures, applicables entre 2023 et 2026, certaines évoquent la possibilité de sanctions pour les entreprises. 

Des tests de discrimination pendant les recrutements

Il est ainsi prévu d’organiser “des testings réguliers dans différents secteurs d’activité” dont les modalités “seront construites avec les acteurs (organisations syndicales et patronales, associations, autorités publiques).” 

Ce “test de situation” ou “test de discrimination” va consistr à envoyer pour la même offre d’emploi deux CV identiques avec comme différences l’origine du candidat et/ou une adresse provenant d’un quartier populaire. 

Dans une “ logique graduée” de mauvaises pratiques qui seraient trop fréquentes et nombreuses, le gouvernement n’exclut pas de recourir à des sanctions et au “name and shame” (nommer pour faire honte) pour certaines entreprises aux mauvaises pratiques, publiant les noms des entreprises peu vertueuses.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

A lire également :

Une amende civile pour les employeurs

Le plan prévoit également la création d’une “amende civile dissuasive“en plus de la condamnation à la réparation du préjudice de la victime.” Cette dernière ne sera alors pas limitée aux discriminations au travail, mais concernera également les employeurs et ira “alimenter, sous réserve d’expertises sur la faisabilité, un fonds qui servira à financer des actions de groupe contre les discriminations.”

Quel rôle pour les organisations syndicales dans la lutte contre les discriminations au travail ?

Les actions de groupe vont être possibles selon ce plan de lutte. En effet, afin de “mieux protéger et accompagner les salariés et les entreprises face aux situations de discriminations”, l’amende civile dissuasive devrait permettre de “rendre plus opérationnelles les actions de groupe”, conduites soit par des syndicats, soit par des associations. 

55 idées pour améliorer la QVCT

Vous avez initié une démarche QVCT dans votre entreprise et vous souhaitez la booster ? Culture RH et Eurécia vous proposent 55 idées efficaces à mettre en place en 2024 pour améliorer la vie de vos collaborateurs !

Découvrir

Des actions judiciaires qui existent déjà, comme celle menée par le syndicat Sud Rail contre la SNCF pour discrimination envers les personnes en situation de handicap, qui a débouché sur un accord social.

Des mesures de lutte contre la discrimination au travail qui semblent nécéssaires au regard des chiffres du XIVème baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi, mené par le Défenseure des droits : plus d’un tiers des jeunes actifs de 18 à 34 ans (37%) rapportent avoir déjà vécu une situation de discrimination au cours de leur parcours professionnel. 

A lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.