Discrimination au travail : 1 salarié sur 3 dit en avoir déjà été victime

Discrimination au travail : 1 salarié sur 3 dit en avoir déjà été victime
Adeline Lajoinie

Bien que de nombreuses mesures aient été mises en place, la discrimination au travail est toujours bien présente. Mais quels sont les facteurs les plus discriminants ? Et touchent-ils tous les salariés ? Une enquête IFOP fait toute la lumière sur ces questions.

Bien que punies par la loi, les discriminations au travail restent importantes en France. Elles touchent plus particulièrement, selon une enquête IFOP, l’origine et les croyances, l’orientation sexuelle, le genre et l’aspect physique. Des discriminations qui ont lieu à toutes les étapes de la vie en entreprise. 

Discriminations au travail : 32% des Français touchés

Pour rappel, l’article 225-1 du Code pénal prohibe toute discrimination basée sur les 20 critères suivants : sexe, origine, situation de famille, apparence physique, patronyme, grossesse, état de santé, caractéristiques génétiques, handicap, orientation sexuelle, mœurs, âge, activités syndicales, convictions religieuses, opinions politiques, appartenance ou non appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race, une identité sexuelle, un lieu de résidence.

La loi punit les comportements discriminatoires des personnes physiques de 3 à 5 ans d’emprisonnement et de 45 000 à 75 000 euros d’amende.

À l’occasion de la journée mondiale pour l’élimination de la discrimination raciale le 21 mars, Makemycv.fr a demandé à l’Ifop d’interroger les Français sur les discriminations au travail. Le rapport alors obtenu souligne que les discriminations sont loin d’avoir disparue en entreprise puisque près d’un salarié français sur trois (32%) a été victime d’une ou plusieurs formes de discrimination ou de harcèlement au cours de sa carrière.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Des discriminations tout au long de sa carrière

Un phénomène de discrimination qui débute dès le recrutement (pour 13% des répondants), qui se poursuit lorsque l’on souhaite évoluer dans sa carrière (18%), obtenir une augmentation (16%), mais également dans le travail au quotidien (17%).

Les publics “visés” sont alors différents, selon le moment de leur carrière, à avoir été discriminés : 

  • 38% des personnes handicapées disent avoir rencontré des difficultés dans l’évolution de leur carrière.
  • 40% des musulman(e)s estiment avoir été discriminés à l’heure d’obtenir une augmentation (contre 16% pour l’ensemble des salariés).
  • Les homosexuel(le)s sont plus nombreux – 21% contre 12% – à avoir été victimes de discrimination dans différentes situations liées à leurs activités professionnelles.

Des salariés ciblés par la discrimination au travail selon divers “critères”

L’étude de l’Ifop fait en effet état de chiffres forts quant aux humiliations, insultes ou moqueries subies par les minorités visibles ou invisibles, touchant différemment les salariés selon leur handicap, leur genre, leurs croyances religieuses ou leur origine ethnique. 

Advertisements

Origines et croyances : deux facteurs forts de discriminations

Les insultes et humiliations au travail sont nombreuses en raison de l’origine ou de la religion des salariés. 

En effet, 30% des personnes “racisées” disent en avoir été victimes. 37% des musulmans affirment avoir subi une discrimination en raison de leurs croyances religieuses réelles ou supposées contre 6% pour l’ensemble des personnes interrogées. 

L’accent est également facteur de moquerie ou d’humiliation pour un tiers des salariés (33%).

Apparence physique, genre et orientation sexuelle : d’autres facteurs de discrimination au travail

Après l’origine et les croyances religieuses (véritables ou supposées), l’autre facteur discriminant fort au travail est l’apparence physique. En effet, un salarié sur 5 (22%) a déjà fait l’objet de propos humiliants ou insultants en relation avec son apparence physique. Et les chiffres sont encore plus importants (30%) chez les personnes se définissant comme obèses.

Autre chiffre assez inquiétant : plus des 2/3 des personnes homosexuelles (36%) ont été visées par des propos désobligeants sur leur orientation sexuelle dans le cadre professionnel.

Enfin, 18% des femmes sont sujettes à des propos humiliants ou insultants pour le seul fait qu’elles sont… des femmes ! 

Au-delà de la discrimination au travail, plus de 6 Français sur 10 (62%) sont favorables à une lutte vigoureuse contre le racisme dans notre pays. Un chiffre en légère augmentation (59% en 2002 et 60% en 2012). 

Notez le

Rated 4.5 / 5 based on 274 reviews
Partager l'article

Adeline Lajoinie

Ancienne journaliste, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.