Formation 2023 : un nouveau rôle dans le choix de son employeur en 2023

Formation 2023 : un nouveau rôle dans le choix de son employeur en 2023
Adeline Lajoinie

Le salaire et l’équilibre vie personnelle / vie professionnelle restent des éléments importants pour les candidats dans le cadre d’un recrutement. Mais la formation et les opportunités commencent également à entrer dans la liste des facteurs de choix de sa future entreprise. Découvrez pourquoi.

Le développement des compétences et la formation, deux critères importants pour les salariés français

L’enquête « Career Growth and Upskilling » de Docebo, spécialiste du développement des compétences en entreprise, s’est penchée sur l’importance de la formation pour maintenir l’engagement des employés pendant cette période compliquée sur le marché du travail.

En effet, la formation semble pouvoir générer, dans ce cadre, un important retour sur investissement pour les entreprises.

La formation est importante au moment du recrutement : plus de 8 employés français sur 10 (83%) préféreraient travailler pour un employeur qui privilégie la formation et offre des opportunités de développement. 

Mais c’est aussi un critère très important pour rester à son poste : deux tiers (66%) ont déclaré qu’ils envisageraient de changer d’emploi dans le courant de l’année si l’accès aux formations était limité ou que leur employeur actuel réduisait / n’offrait pas de solution de learning pour les aider dans leur développement de carrière.

Et plus d’un tiers (37%) des employés européens déclare avoir quitté leur emploi en raison d’un manque d’opportunités de développement.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Le développement de compétences : un critère phare pour changer de travail

Quand on demande aux salariés français les trois principales raisons pour lesquelles ils quitteraient leur emploi (ou l’ont déjà fait), ils citent :

  • Pour 83% le fait de ne pas être suffisamment payé.
  • Puis vient pour 44% les “possibilités limitées de gravir les échelons de carrière”.
  • 39% parlent de la qualité insuffisante des avantages offerts. 
  • Et “une culture médiocre” pour 10 % des employés français. 

Le salaire est la raison la plus souvent citée dans l’ensemble de l’Europe pour quitter son emploi, près de la moitié (44%) des employés français ont cité le manque de possibilités d’évolution de carrière comme une raison de départ. 

Advertisements

A lire également :

Les millenials, particulièrement sensibles aux enjeux de la formation

Une attention particulière doit alors être portée aux Millenials. Dans cette catégorie d’âge (les salariés nés entre 1980 et 1990), 8 sondés sur 10 (83%) déclarent être plus enclins à choisir un employeur qui donne la priorité au développement des compétences, contre 79% pour la génération Z (née après 1990). 

Donc, moins un employé a d’expérience, plus il aurait envie de quitter son emploi si son employeur réduit la formation et le développement.

Deux tiers des répondants de la génération Z (66%) et 65% des millennials ont en effet déclaré qu’ils envisageraient de démissionner pour cette raison, contre seulement 55% des employés les plus âgés.

L’une des solutions de la rétention des talents semble donc se trouver dans la formation. Comme le souligne, Laurent Balagué, Head of Analytics Product Line chez Docebo : “à une époque où la survie de l’entreprise dépend de la rétention des talents, mais où les pressions inflationnistes rendent impossible l’augmentation des salaires pour suivre le coût de la vie, les entreprises doivent envisager d’autres options pour maintenir la satisfaction du personnel – et les effectifs – en hausse.”

A lire également :

5 soft skills les plus valorisées en entreprise en 2023

Nos experts décryptent en exclusivité le top 5 des compétences : Leadership, Assertivité, Présentation impactante, Empathie et Écoute ; et vous offrent des clés actionnables immédiatement. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire Skillsday.

Télécharger

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Ancienne journaliste, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.