Cultiver l’innovation RH : adoptez la Méthode Test & Learn

Cultiver l’innovation RH : adoptez la Méthode Test & Learn
Anne-Marie Arinal

Ex-Responsable RH, j'accompagne les entreprises du secteur RH dans la conception-rédaction d'articles visant à valoriser leur expertise.

Découvrez les avantages de cette méthode qui encourage les innovations, facilite la prise de décisions stratégiques et favorise l’apprentissage continu.

La méthode “Test & Learn” est une approche qui consiste à tester différentes hypothèses ou stratégies pour évaluer leur efficacité, puis à ajuster et à itérer en fonction des résultats obtenus.

Initialement, cette méthode d’optimisation continue était très utilisée en marketing, en développement de produits ou en conception d’applications. Elle s’est vite étendue à tous les domaines de l’entreprise et notamment aux Ressources Humaines.

Dans cet article, nous vous proposons un guide pratique de cette approche, explorant ses définitions, ses applications concrètes dans le domaine RH et les bénéfices qu’elle apporte dans une gestion agile des organisations et des talents.

L’approche Test & Learn : définition

Méthode classique vs. méthode Test & Learn : quelle différence ?

Quand vous adoptez l’approche Test & Learn, vous ne partez pas du principe que vous avez développé la meilleure solution.

Vous avez plusieurs hypothèses et vous choisissez d’en développer une. Puis, vous regardez le résultat de l’expérimentation à la vue des données obtenues. L’intelligence collective est sollicitée, mais c’est la data qui a le dernier mot.

Plus qu’une méthode d’apprentissage ou de gestion de projet, la méthode Test & Learn s’apparente à un état d’esprit, jusqu’à devenir une véritable culture d’entreprise.

En effet, cette approche d’amélioration continue repose sur le principe du droit à l’erreur, si peu commun dans les entreprises françaises. Elle est fortement utilisée dans l’écosystème des start-ups qui adoptent des pratiques managériales plus agiles.

Leur environnement ultra compétitif, et en évolution constante, impose des cycles de gestion de projet plus courts, où les hypothèses sont rapidement testées pour être développées ou abandonnées selon les premiers résultats obtenus. 

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Exemples d’applications dans le domaine des RH

Formation : Tester différentes approches pédagogiques pour les programmes de formation afin d’identifier la méthode la plus efficace pour le développement des compétences des employés.

Évaluation : Expérimenter diverses méthodes d’évaluation des performances pour déterminer celle qui favorise le mieux la motivation et l’amélioration continue.

Recrutement : Évaluer l’efficacité de différentes sources de recrutement (sites d’emploi, réseaux sociaux, événements de recrutement) pour attirer des candidats qualifiés.

QVCT : Expérimenter diverses activités de bien-être au travail (yoga, ateliers de gestion du stress, services de soutien psychologique) pour mesurer leur efficacité sur le bien-être des employés. Étudier les avantages et inconvénients de différentes politiques de congés familiaux.

Fidélisation : Évaluer l’impact de différentes initiatives de rétention des talents, telles que des programmes de mentorat, des opportunités de développement professionnel, ou des avantages sociaux spécifiques.

Rémunération : Tester des incitations financières, des récompenses, des primes variables pour mesurer leur influence sur la motivation du personnel.

5 pré-requis avant d’adopter la méthode « Test & learn »

Tester, c’est accepter l’erreur

Nous en avons parlé précédemment, cette méthode d’amélioration continue repose sur le principe d’apprentissage par l’erreur. En ce sens, le droit à l’erreur semble un prérequis indispensable dans la culture de l’entreprise.

> Est-ce que la prise d’initiatives est valorisée dans l’entreprise ?

Employeurs : 10 obligations à connaître en droit du travail

Les textes de loi et décrets entrés en vigueur ces derniers temps sont venus impacter les obligations des employeurs, créant ainsi de nouveaux impératifs à respecter pour rester en règle. Téléchargez ce dossier spécial pour faire le point sur les 10 obligations à connaître. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire les Editions Tissot.

Je télécharge gratuitement

Des pratiques managériales agiles

L’encadrement et les managers restent les garants de la mise en œuvre opérationnelle de cette approche dans leur gestion de projets.

> Est-ce que les managers ont été sensibilisés et formés pour accompagner leurs équipes ?

La suite après la publicité

> Est-ce qu’ils ont mis en place un management qui favorise la prise d’initiative ?

Un environnement de confiance

Enfin, troisième niveau au sein de l’organisation, le salarié se sent-il suffisamment en confiance pour se permettre « d’échouer » ? Des études ont montré que le premier facteur associé à la performance était la sécurité psychologique. Les salariés ont besoin d’être et de travailler dans la confiance et le respect mutuel pour prendre des risques et s’exposer à la vulnérabilité.

> A-t-il tous les éléments en main pour savoir quand et comment tester de nouvelles choses ?

> Que se passe-t-il quand les salariés « font des erreurs » ?

Une exemplarité à tous les niveaux

Comme expliqué précédemment, le droit à l’erreur semble un prérequis à cette méthode. Cela implique que toute la ligne managériale, de la direction aux managers de proximité montrent l’exemple. Chacun doit être en mesure de reconnaître ses erreurs et ses échecs, quelle que soit sa position hiérarchique dans l’organisation.

> Comment vos managers admettent-ils leurs erreurs pour en tirer des apprentissages, sans que cela n’impacte ni leur autorité auprès des équipes ni leur valeur auprès de leur supérieur ?

Un cadre favorable à l’apprentissage continu

Si l’erreur est acceptée, l’échec peut ne pas l’être dans l’entreprise. La différence entre les deux ? L’erreur devient un échec seulement si elle se répète. Chaque erreur permet d’apprendre et de progresser. C’est le principe même de la Méthode Test & Learn. Le feedback prend alors toute son importance pour favoriser une communication transparente entre le salarié et son manager.

> Qu’est-ce que l’entreprise a mis en place pour détecter et résoudre les dysfonctionnements, et éviter ainsi qu’ils se répètent ?

À lire également :

Les avantages de la méthode Test & Learn

Encourage à l’innovation

Cette approche offre la possibilité à tous les collaborateurs de l’entreprise de proposer de nouvelles méthodes ou techniques de travail, de participer à la conception de nouveaux projets (développement de produits, ingénierie de formation, etc.).

Développe l’engagement des collaborateurs

Plus vous impliquez vos équipes dans les projets de l’entreprise, plus ils se sentent engagés. Des salariés plus engagés, ce sont des collaborateurs plus fidèles.

Réduit les risques et les échecs

En testant différentes hypothèses de manière contrôlée, les entreprises s’assurent qu’elles sont bien adaptées avant une adoption à grande échelle. Cela réduit les risques liés à la mise en œuvre de nouvelles politiques, programmes ou stratégies.

Facilite la prise de décision

Face à une prise de risque diminuée, les décisions sont moins difficiles à prendre. Surtout l’approche Test & Learn permet de fournir des données tangibles qui renforcent la qualité de la prise de décision. Les dirigeants peuvent ainsi prendre des décisions plus éclairées et basées sur les tests préalablement réalisés.

En conclusion

L’approche Test & Learn semble comporter de nombreux avantages dans tous les domaines de l’entreprise : management agile, innovation constante, rétention des talents.

Néanmoins, son application en entreprise reste sensible. Changer les méthodes de travail, les processus d’apprentissage et les systèmes d’appréciation des collaborateurs touchent au cœur de la culture d’entreprise. Ce sont des sujets épineux qui impliquent beaucoup de sensibilisation et de communication auprès des équipes et de tous les niveaux du management.

Certaines entreprises manquent d’agilité, laissant peu de place à l’expérimentation et au droit à l’erreur. La direction a un rôle fort à jouer pour impulser une nouvelle dynamique. Ensuite, les RH doivent prendre le relais pour mener des actions de changement : politique de recrutement autour des soft skills, actions de formation auprès des managers, actions de sensibilisation et de communication, etc.

À lire également :

Partager l'article

Anne-Marie Arinal

Je me suis reconvertie dans le marketing digital, après avoir été responsable RH dans de grands groupes français. Aujourd'hui, je combine mon amour des mots à celui des Ressources Humaines pour rédiger des articles experts, optimisés pour le web.