Compétences DRH 2023 : les 8 expertises clés

Compétences DRH 2023 : les 8 expertises clés
Audrey Gervoise

Le métier de Directeur des Ressources Humaines demande une grande polyvalence et de nombreuses compétences, mais quelles sont celles indispensables ?

Le métier de Directeur des Ressources Humaines est en constante évolution, demandant aux DRH une grande flexibilité et adaptabilité dans leur quotidien.

De même, ils sont de plus en plus sollicités par les collaborateurs, mais aussi par leur direction qui voit désormais pleinement le potentiel et l’importance de cette fonction centrale.

Alors quelles sont les compétences indispensables d’un Directeur des Ressources Humaines en 2023 ?

Le métier de DRH en 2023, quels en sont les enjeux ?

Dans la pensée collective, le métier de DRH est assimilé à la direction de l’administration du personnel, mais force est de constater que la fonction a subi de profondes mutations en se positionnant comme le pilote de la gestion du capital humain de la société, qui est l’un si ce n’est le facteur déterminant de sa compétitivité et de sa productivité.

Le DRH se positionne comme le chef d’orchestre qui doit alors concilier les intérêts de la direction (rentabilité, maîtrise des coûts, …) avec ceux de sa force vive, à savoir les collaborateurs.

L’un des enjeux de la fonction est également d’anticiper les évolutions des marchés sur lesquels l’entreprise intervient et de préparer les salariés à ses changements, via la formation, mais aussi les recrutements.

Il a également pour objectif de sécuriser les pratiques au sein de son organisation et notamment en matière de droit du travail, de gestion de l’aspect social des relations de travail tout en répondant aux enjeux et aux attentes de la société actuelle, comme la diversité, l’inclusion, l’égalité entre les hommes et les femmes, etc.

Les principales missions d’un DRH en 2023

Les principales missions d’un DRH s’articulent autour de trois grands axes :

  • La définition des stratégies et politiques RH de l’entreprise.
  • La gestion des ressources et le pilotage des projets RH.
  • Le suivi de ces projets ainsi que l’évaluation et l’analyse des résultats.

Afin de réaliser au mieux ses missions, le DRH doit être en mesure de compter sur ses compétences professionnelles (ses hardskills), mais aussi sur ses compétences humaines et relationnelles (ses softskills).

A lire également :

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Les compétences indispensables d’un DRH en 2023

Si nous pouvons regrouper les principales missions d’un DRH autour de trois grands axes, ces dernières se composent elles-mêmes de diverses missions secondaires extrêmement variées allant de la gestion du personnel à l’analyse stratégique de l’environnement de travail en passant par les diverses négociations, sans oublier l’aspect réglementaire et sécuritaire de la relation de travail.

5 soft skills les plus valorisées en entreprise en 2023

Nos experts décryptent en exclusivité le top 5 des compétences : Leadership, Assertivité, Présentation impactante, Empathie et Écoute ; et vous offrent des clés actionnables immédiatement. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire Skillsday.

Télécharger

Cette diversité de missions nécessite un éventail de compétences relativement important, dont 8 principales.

Connaissances du droit du travail et du droit social

Un DRH doit non seulement avoir d’excellentes connaissances en droit du travail et en droit social, mais il doit également être à même de comprendre, d’analyser et de retranscrire les différentes évolutions juridiques en lien avec le monde de l’entreprise.

Ces connaissances et cette aisance juridique lui permettront de mener à bien ses missions :

  • De négociations syndicales.
  • D’informations légales et réglementaires auprès de la direction lors de la définition des axes stratégiques.
  • De veille sociale, juridique et réglementaire.

Maîtrise des aspects fonctionnels du métier

Bien que le Directeur des Ressources Humaines dispose d’une équipe pluridisciplinaire en charge de la gestion quotidienne des RH, il reste le pilote et le garant du bon fonctionnement du service RH.

Ainsi, il se doit d’être opérationnel dans les domaines du recrutement, de la formation, de la paie, mais aussi de la GPEC. Cette maîtrise des aspects fonctionnels du métier lui sera utile lors de la définition de sa politique RH et de son plan d’action afin de concilier objectifs fixés et contraintes du terrain.

Mais il s’agit également d’un prérequis indispensable afin d’asseoir son autorité et son expertise auprès de son équipe, mais aussi auprès de l’ensemble des collaborateurs.

Advertisements

Compétences rédactionnelles, économiques, financières et numériques

L’analyse des données (chiffrées ou non), et la retranscription de leur résultat, fait partie du quotidien d’un DRH. Il doit être en mesure de manipuler des tableaux de données, de synthétiser des documents, mais surtout d’en tirer une analyse poussée afin de la présenter aux membres de la direction ainsi qu’à l’ensemble des collaborateurs.

Pour ce faire, il doit maîtriser les aspects économiques et financiers de la gestion d’entreprise, avoir une parfaite maîtrise des logiciels de type suite Office, mais aussi ERP et posséder une certaine aisance rédactionnelle.

Management d’équipe

Si le volet des compétences professionnelles et techniques est indispensable, il n’est pas suffisant pour assurer une bonne tenue de poste.

Le DRH doit également faire preuve de compétences managériales essentielles dans sa relation avec son équipe. S’il doit être en mesure de fédérer autour de lui et de ses projets, il doit aussi être à même d’identifier les éventuelles tensions et/ou difficultés afin d’y apporter les actions correctives nécessaires.

Un bon manager, est un manager à même de :

  • Déléguer.
  • Motiver.
  • Communiquer.
  • Accompagner les collaborateurs dans leur montée en compétences.
  • De gérer les conflits.
  • Faire preuve d’empathie.
  • Prendre les décisions qui s’imposent, et surtout de les assumer.

Sens de l’écoute et du dialogue

Au-delà de l’aspect managérial de sa fonction, le sens de l’écoute est une qualité exigée.

En effet, un DRH doit savoir faire preuve d’une écoute active et attentive. Il doit démontrer à son interlocuteur qu’il comprend l’importance de son discours et que celui-ci sera étudié avec attention, même si la réponse qui sera apportée à l’interlocuteur n’est pas celle qu’il attendait.

C’est à ce stade que son sens du dialogue et de la négociation entrent également en jeu. Il devra alors faire comprendre à son interlocuteur pourquoi il ne peut pas avoir satisfaction et/ou pourquoi un compromis doit être trouvé.

Le DRH doit trouver le bon équilibre entre sa capacité à écouter, à se remettre en question et à faire accepter ses décisions.

Sens de l’adaptation

Si le métier de DRH est en constante évolution, c’est parce que le monde du travail évolue lui-même en permanence. Nouvelles technologies, nouveaux modes de travail, nouvelles attentes des collaborateurs, évolutions du marché du travail, … sont autant de facteurs qui vont entraîner des mutations et/ou des transformations du métier de DRH.

Ainsi, le DRH doit être aux faits des dernières actualités, faire preuve de réactivité et être agile aux changements afin de s’y adapter.

Sens de l’organisation

Comme nous venons de l’évoquer, le métier de DRH est soumis aux évolutions du monde du travail, mais également aux évolutions réglementaires et aux imprévus liés à la gestion de l’humain.

Absence inattendue, accident du travail, gain d’un nouveau marché, demande d’explications, départ impromptu d’un salarié … voici quelques exemples d’évènements inopinés qui viendront perturber l’agenda du DRH.

À lui de faire preuve d’organisation parmi toutes ces tâches et missions afin de définir les bonnes priorités.

Gestion du stress

Souvent sous pression et en première ligne lors des diverses négociations et interactions avec les collaborateurs, les DRH font souvent office de paratonnerre.

En plus de leur propre stress, ils doivent également composer avec celui de la direction et des collaborateurs et même parfois avec leurs mouvements d’humeur.

Pour éviter les conséquences négatives du stress pouvant aller du simple mal-être au travail au burn-out, le DRH devra être en capacité de prendre le recul nécessaire à la dissociation de sa fonction et de sa personne.

Notez le

Rated 4.6 / 5 based on 225 reviews
Partager l'article

Audrey Gervoise

Généraliste confirmée dans le domaine des Ressources Humaines et dans la gestion des entreprises, je mets l'ensemble de mes compétences, de mon expérience et de mes savoir-faire au service des entreprises pour les aider et les éclairer dans la gestion RH et administrative du quotidien.