Prime PPV : montant, conditions, exonérations, …Tout savoir !

Prime PPV : montant, conditions, exonérations, …Tout savoir !
Laetitia Baccelli

La prime “Macron” est morte, vive la prime PPV. Découvrez toutes les modalités et traitement en paie de la nouvelle prime exonérée, la prime de partage de valeur !

Exit la prime « Macron », place à la nouvelle prime défiscalisée, la prime de partage de la valeur (PPV). La « loi pouvoir d’achat » a pérennisé un dispositif de prime exonérée.

Mais en quoi consiste la prime PPV ? Qui peut en bénéficier ? Quel montant maximal pour pouvoir bénéficier des exonérations ? Comment la traiter en paie ?

Nous vous proposons dans cet article de faire le point sur la prime de partage de valeur (PPV).

Qu’est-ce que la prime de partage de valeur ?

Grande remplaçante de la prime « Macron », la prime de partage de valeur (PPV) est le nouveau dispositif de prime exonérée. Mais en quoi consiste la prime PPV ? Est-elle obligatoire ?

La prime PPV : définition !

La prime PPV est un dispositif de prime à caractère collectif (dans certaines mesures) que l’employeur peut verser à ses salariés. Cette prime bénéfice d’un régime social et fiscal de faveur.

Un dispositif pérenne

La « loi pouvoir d’achat » pérennise le système de prime exonérée mise en place en 2019 avec la prime PEPA (prime exceptionnelle de pouvoir d’achat), également appelé prime « Macron », en réponse au mouvement des « Gilets Jaunes ».

Toutefois, celle prime ne fonctionne pas tout à fait de la même manière que ces prédécesseuses et notamment en matière de régime social et fiscal.

Reste facultative pour les employeurs

Ce dispositif de prime exonérée est mis à la disposition des employeurs. Il lui permet de verser une prime à ses salariés et ainsi de partager avec ceux-ci les résultats de l’entreprise, d’où le nom de cette prime.

Toutefois, l’employeur qui ne peut pas ou ne souhaite pas verser cette prime n’a aucune obligation de le faire.

Non substitution au salaire

La prime PPV ne peut en aucun cas se substituer à un élément de salaire qui aurait été versé au salarié en absence de prime et notamment :

  • Un élément de rémunération versé par l’employeur ou qui deviendrait obligatoire en vertu de règles légales, contractuelles ou d’un usage
  • Une augmentation ou prime prévue par un accord salarial, le contrat de travail ou les usages dans l’entreprise.

Par exemple, une prime annuelle conventionnelle versée aux salariés de l’entreprise ne pas être remplacée par la prime PPV. Cette dernière doit être versée en complément.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Prime de partage de valeur PPV : comment ça marche ?

Montant maximal, bénéficiaires, critères de modulation, versement, …comment fonctionne le nouveau dispositif de prime exonérée ?

Comment la mettre en place ?

Pour mettre en place la prime de partage de valeur dans l’entreprise, deux solutions sont possibles :

  • Par accord conclu selon les mêmes modalités que l’intéressement
  • Par décision unilatérale de l’employeur, après consultation du CSE s’il existe

Qui peut en bénéficier ?

Pour pouvoir bénéficier de la prime PPV mise en place par son employeur, le salarié doit impérativement être titulaire d’un contrat de travail. Ainsi, les dirigeants et mandataires sociaux non titulaires d’un contrat de travail ainsi que les stagiaires ne peuvent pas bénéficier du dispositif.

Toutefois, les salariés dont la rémunération brute excède un certain montant peuvent être exclus du dispositif. Le seuil de rémunération doit être fixé dans l’accord ou la décision instituant la prime. Dans le cas contraire, tous les salariés de l’entreprise doivent en bénéficier.

A noter que les travailleurs intérimaires mis à disposition de l’entreprise peuvent également bénéficier de la prime. C’est alors l’entreprise de travail temporaire qui verse la prime PPV aux travailleurs intérimaires.

Advertisements

A lire également :

5 soft skills les plus valorisées en entreprise en 2023

Nos experts décryptent en exclusivité le top 5 des compétences : Leadership, Assertivité, Présentation impactante, Empathie et Écoute ; et vous offrent des clés actionnables immédiatement. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire Skillsday.

Télécharger

Les critères de modulation

Tous les salariés (sauf cas d’exclusion vu plus haut) bénéficient de la prime de partage de valeur. Toutefois, il peuvent de pas percevoir le même montant. En effet, l’accord ou la décision peut prévoir des critères de modulation. 5 critères sont admis :

  • La rémunération
  • Le niveau de classification
  • L’ancienneté dans l’entreprise
  • La durée de présence effective pendant l’année écoulée
  • La durée du travail contractuel en cas de temps partiel

Pour pouvoir moduler le montant de la prime, l’accord ou la décision doit impérativement en fixer les critères parmi la liste ci-dessus. Il ne peut en aucun cas y avoir d’autres critères de modulation comme une condition d’objectif ou encore un montant inférieur pour les CDD.

3000 euros maximum ou 6000 euros dans certains cas

Le montant de la prime PPV est plafonnée à 3000 euros par an et par bénéficiaire. Dans certains cas, cette limite est portée à 6000 euros :

  • Pour les entreprises qui mettent en œuvre un dispositif d’intéressement à la date de versement de la prime
  • Pour les employeurs qui mettent en œuvre un accord de participation à titre volontaire (non soumis à l’obligation soit les entreprises de moins 50 salariés)
  • Pour les associations et fondations reconnues d’utilité publique ou d’intérêt général (les dons à ces structures sont éligibles à réduction d’impôt)
  • Pour les travailleurs handicapés sous contrat de soutien et d’aide par le travail dans les ESAT. Dans ces structures, la majoration s’applique seulement aux travailleurs handicapés.

Versement de la prime

La prime PPV peur être versée en une fois ou en plusieurs versements dans la limite d’une fois par trimestre soit 4 fois par an. C’est l’accord ou la décision qui définit les modalités et la périodicité de versement.

Prime de partage de valeur PPV : traitement paie

 La PPV bénéfice d’un régime social et fiscal de faveur. On distingue deux périodes :

  • Une période transitoire avec des exonérations sociales et fiscales
  • Un régime pérenne avec seulement des exonérations sociales

Le régime social et fiscal jusqu’au 31 décembre 2023

Exonération de cotisations sociales

La prime est exonérée de cotisations et contributions sociales légales et conventionnelles (y compris contribution à la formation et taxe d’apprentissage) quel que soit le niveau de rémunération.

Exonération de CSG/CRDS, forfait social et impôt sur le revenu dans certaines limites

Elle est également exonérée de CSG/CRDS, forfait social et impôt sur le revenu lorsque la rémunération du salarié est inférieure à 3 SMIC annuel au cours des 12 mois précédant le versement de la prime.

Ainsi, pour un salarié dont la rémunération n’excède pas 3 SMIC, la prime est entièrement exonérée socialement et fiscalement.  Elle ne rentre ni dans les bases de cotisations, ni dans l’assiette de prélèvement à la source.

Quelques précisions pour les salariés dont la rémunération excède 3 SMIC :

  • Forfait social pour les entreprises de 250 salariés et plus (mêmes conditions que pour l’intéressement)
  • CSG/CRDS avec abattement de 1,75 %
  • CSG déductible de 6.80 % car imposable

Le régime social et fiscal à partir du 1er janvier 2024

A partir du 1er janvier 2024, un régime social et fiscal pérenne devrait s’installer (sauf changement d’ici là) quel que soit le niveau de rémunération du salarié :

  • Exonération des cotisations et contributions sociales
  • CSG/CRDS avec abattement de 1,75 %
  • Forfait social pour les employeurs de 250 salariés et plus
  • Soumis à l’impôt sur le revenu

La déclaration en DSN

La prime de partage de valeur doit être spécifiquement déclaré en DSN.

Niveau agrégé

La prime est déclarée à l’Urssaf sous le code CTP 510. En cas d’assujettissement à CSG/CRDS et forfait social, la prime PPV soumise doit être inclue dans l’assiette de cotisations (CTP 260 pour la CSG/CRDS et CTP 012 pour le forfait social).

Niveau nominatif

La prime doit être déclarée dans le bloc « Prime, gratification et indemnité – S21.G00.52 » avec le code 904 « Potentiel nouveau type de prime B ».

A lire également :

Notez le

Rated 4.3 / 5 based on 324 reviews
Partager l'article

Laetitia Baccelli

Fort de plus de 10 ans d’expériences dans le domaine de la paie, j'ai toujours eu à cœur de développer des outils et méthodes améliorant la productivité et facilitant la gestion au quotidien. J'accompagne désormais les entreprises en qualité de consultante pour des missions d'audit et de formalisation de processus, de développement d’outils de gestion ainsi qu' en tant que support pour la production de la paie.