Comment gérer un pic de colère chez un collaborateur ?

Comment gérer un pic de colère chez un collaborateur ?
Bérangère Colignon

De formation supérieure et après un parcours de 15 ans en ressources humaines et management dans le secteur de la formation professionnelle pour les industries, Bérangère Colignon fonde Clart&Sens pour « clarifier et donner du sens à vos talents », un cabinet RH et organisme de formation qui applique l’intelligence émotionnelle et collective au cœur de vos ressources humaines profondes.

Découvrez comment réagir efficacement face à la colère d’un collaborateur.

5 minutes de colère bloquée affaiblissent notre système immunitaire pendant 6 heures.

Rein, Atkinson & McCraty en 1995.

Cette information ne nous donne nulle envie d’être confronté.e et encore moins de ressentir cette émotion, encore qualifiée de « négative », et pourtant omniprésente dans notre quotidien.

Que nous révèle la colère en entreprise ?

Avant de zoomer sur les coulisses de la colère en entreprise, comprenons comment fonctionnent nos émotions.

Comment fonctionnent nos émotions ?

Toutes nos émotions fonctionnement en « triade ».

Selon le modèle du générateur émotionnel de Dirk Eilert, chercheur, coach, expert en intelligence émotionnelle et fondateur de l’Eilert Akadémie à Berlin depuis 2001.

En premier lieu un déclencheur : l’émotion se déclenche par un évènement extérieur, une parole ou une pensée.

Construire son plan de formation en 4 étapes

La formation s’impose aujourd’hui comme un levier stratégique pour fidéliser vos talents. Pour accompagner la montée en compétences de vos équipes, nous avons réalisé un guide pour challenger votre gestion de la formation en 4 étapes : identifier vos besoins, calculer votre enveloppe budgétaire, suivre les performances, élaborer et partager le planning de formation. Ce programme a été réalisé par notre partenaire Lucca.

Je télécharge le guide

En deuxième lieu une fonction : toutes nos émotions remplissent une fonction génératrice d’énergie cinétique, à l’intérieur de notre corps, pour combler…

En troisième lieu, … un besoin spécifique caché derrière chaque émotion.

Lorsque nos émotions, agréables ou désagréables, sont fonctionnelles, elles permettent de répondre à nos besoins précis et remplissent nos « batteries ».

Il arrive cependant que nos émotions deviennent dysfonctionnelles, et que l’énergie soit alors rompue ou en surcharge et ne parviennent plus à répondre à nos besoins ; notre énergie est alors comme « aspirée ».

Par quoi est déclenchée la colère en entreprise ?

Pour mieux comprendre la colère, analysons ses 3 types de déclencheurs :

Le non-respect de nos valeurs est un premier déclencheur de la colère. Par exemple, quelqu’un nous parle mal ou manque de respect à une tierce personne alors que la bienveillance est importante pour nous.

L’injustice déclenche également la colère. Par exemple, une augmentation exceptionnelle est octroyée à un collaborateur en dehors de la grille habituelle et sans lien avec ses résultats alors que le reste de l’équipe bénéficie uniquement d’un taux d’augmentation générale.

Un dernier déclencheur de la colère est l’obstacle à l’un de nos objectifs. Par exemple, nous avons prévu de terminer un gros dossier urgent pour la fin de la journée et notre chef nous demande de réaliser une analyse de dernière minute, car il n’avait pas anticipé ce point plus tôt.

À quoi peut servir l’énergie de la colère en entreprise ?

Lorsque la colère « fonctionne » correctement, elle permet de générer l’énergie pour rétablir un équilibre comme par exemple :

  • (Re)nouer des relations saines et bienveillantes entre les collaborateurs en exprimant de manière assertive sa désapprobation face aux paroles déplacées ou aux manques de respect.
  • Partager un sentiment d’injustice pour en analyser les faits puis expliquer ou rendre la justice si le besoin est avéré.
  • Faire part des objectifs projetés et des contraintes ou obstacles qui empêchent leur réalisation pour trouver ensemble des solutions partagées, acceptées et réalistes qui permettent à chacun de se réaliser tout en contribuant aux missions et à la vision de l’entreprise.

Quand la colère rend fou un collaborateur :

Lorsque la colère ne « fonctionne » plus correctement, la destruction apparaît. Vous avez peut-être déjà assisté, impuissant, à une envolée de noms d’oiseaux dans un bureau, un couloir, un atelier ou sur un chantier ?

Et peut-être que des objets, voire des poings, se sont déjà également envolés ? Voilà des manifestions de colères « dysfonctionnelles ».

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

A lire également :

5 bonnes raisons de gérer un pic de colère chez un collaborateur :

Comprendre l’intérêt de gérer la colère permet de rester vigilant sur ses déclencheurs et d’intervenir à temps.

Voici 5 bonnes raisons de transformer la colère en opportunité :

  • Les émotions sont contagieuses et encore plus rapides qu’un virus ! Laisser une ambiance non résolue de colère au travail peut générer incompréhension, frustration, voire un sentiment d’insécurité au sein des équipes.
  • Derrière la colère se cache un besoin d’accomplissement inassouvi. Détecter ce besoin pour lui apporter une réponse peut être salvateur non seulement pour le collaborateur, mais également pour ses collègues.
  • C’est une belle occasion de (re)nouer le dialogue !
  • Au-delà du besoin caché derrière la colère, des causes sous-jacentes et plus profondes en sont à l’origine. Si certaines d’entre elles sont liées aux relations ou à l’environnement de travail, c’est alors l’occasion d’améliorer les conditions de travail.
  • Une colère saine et exprimée est source de grande énergie qui peut donner l’impulsion pour rééquilibrer un système dans son ensemble.

Pourquoi est-il difficile de repérer un pic de colère chez un collaborateur et comment le repérer ?

Dans nos sociétés occidentales, la colère est considérée comme néfaste et il convient de la dissimuler : repérer la colère s’avère alors un exercice périlleux !

Pourquoi repérer la colère est-il difficile ?

La psychologie parle encore aujourd’hui d’émotions « positives » et d’émotions « négatives ». Parmi ces dernières, on compte notamment la peur, la tristesse, le dégoût, le mépris et bien sûr la colère.

Cette terminologie laisse à penser à l’inconscient collectif qu’il n’est « pas beau » de ressentir ces émotions et il est donc fréquent de cacher ce type de ressentis plutôt que de les accueillir.

C’est pour cette raison qu’il est préférable de parler d’émotions « désagréables » plutôt que « négatives » car leurs messages sont tout aussi importants que ceux transmis par les émotions agréables et il serait dangereux de s’en couper.

Nous sommes tous unique. Et face à une situation identique, nos réactions ou actions sont différentes. À travers nos filtres, notre éducation, notre vécu, l’application de nos valeurs, nos biais cognitifs et aussi nos marqueurs somatiques nous percevons une même situation de manière singulière.

« L’Erreur de Descartes : la raison des émotions »

Antonio R. Damasio

En outre, il est difficile de distinguer le « méli-mélo » coloré de tous nos ressentis tant ils sont furtifs, intenses, incompréhensibles et entremêlés. Ce phénomène peut rendre difficile la détection de la colère encore trop souvent perçue comme néfaste et donc réprimée ou cachée.

Comment repérer la colère ?

La colère appartient aux sept émotions de base dont la détection peut se lire grâce aux micro-expressions faciales perceptibles pendant quelques microsecondes seulement, et ce de manière transculturelle. Elle se caractérise par des sourcils rapprochés, des paupières supérieures relevées et des paupières inférieures tendues avec un regard perçant. Les lèvres sont pressées.

S’entrainer à repérer cette émotion dans la vie réelle pour soi-même – devant un miroir par exemple – et avec notre entourage est un moyen de développer cette capacité de détection.

Si la colère est verbalement exprimée, le collaborateur peut employer les mots « irrité », « frustré », « énervé », « indigné », « outré », « furieux », « mécontent ». 

Lorsque la colère devient « dysfonctionnelle » et qu’elle s’exprime, la destruction est alors facilement repérable : vocabulaire déplacé, gestes agressifs ou violents.

Advertisements

Toutefois, elle n’est pas toujours ouvertement exprimée et peut aussi se retourner contre le collaborateur lui-même. Celui-ci adoptera alors des pensées ou des comportements autodestructeurs du type « je suis trop nul, je n’y arrive jamais » et des marqueurs de stress peuvent surgir comme se mordre les lèvres, se gratter fort, cligner plus rapidement des yeux, avoir la respiration qui s’accélère, bégayer, répéter plusieurs fois les mêmes mots, bouger dans tous les sens…

Les répercussions et les effets de la colère sur les collaborateurs et l’entreprise

Réputée « négative », la colère dissimulée risque de devenir dysfonctionnelle, de se diffuser sur les autres collaborateurs, mais aussi de se retourner contre l’auteur de la colère lui-même.

Tout d’abord, la contamination est le premier effet néfaste de la colère qui génère des ressentis désagréables, une ambiance à la fois maussade et incompréhensible, une perte de confiance individuelle et collective voire un sentiment d’insécurité.

Ensuite, les tensions et le repli sur soi des collaborateurs empêchent la créativité, l’innovation, l’esprit d’entraide, la cohésion d’équipe et entrainent un impact certain sur la Qualité de Vie et les Conditions de Travail.

Une colère « bloquée » qui ne fonctionne pas correctement est malsaine, destructrice ou autodestructrice et vient réduire les batteries de l’individu à zéro jusqu’à l’épuisement et le burnout.

Enfin, si aucune action n’est mise en place, la colère contribue à augmenter les troubles psychologiques, qui deviennent la deuxième cause des arrêts maladies en 2022 selon une étude récente menée par Malakoff Humanis et publiée en septembre 2022.

La gestion de la colère est donc un enjeu capital dans la prise en compte des Risques Psycho-Sociaux.

Les 7 erreurs à éviter absolument face à un pic de colère chez un collaborateur :

Dans un tel contexte, les réflexes peuvent conduire à des comportements inadaptés voire amplificateurs de la situation.

La première erreur serait de se laisser « contaminer » et embarquer par ses propres émotions : répondre au quart de tour avec une énergie de colère « malsaine » et dysfonctionnelle. Cette attitude discrédite la posture et contribue à la contagiosité négative.

Un deuxième réflexe serait de fuir la situation et pratiquer la « politique de l’autruche » (sauf si le risque pour la sécurité est imminent et qu’il faut effectivement se mettre à l’abri). Cette attitude serait perçue comme lâche et le risque d’être “catalogué” comme « incompétent » décuplé.

Une troisième erreur consisterait à rester figé, inerte sans pouvoir répondre ou intervenir. Ce comportement révèlerait une peur dysfonctionnelle et une réputation de « poule mouillée » pourrait vite faire le tour des couloirs.

Une autre erreur courante est de supposer, sans vérifier, les causes à l’origine de la colère et partir sur un raisonnement et une résolution de problème infondée.

Accuser ou donner des leçons au collaborateur en colère tout en lui intimant l’ordre de se calmer n’est pas opportun non plus. L’injonction risquerait de suractiver son système d’alarme intérieur et de surchauffer davantage son état.

Si bombarder le collaborateur en colère, ou les témoins, de questions sans lui laisser le temps de répondre est tentant, cette pratique risque de s’avérer infructueuse. L’ordre et la stabilité sont indispensable pour retrouver ses esprits et permettre à chacun de pouvoir s’exprimer en pleine possession de ses moyens.

Imposer une solution « toute faite » de manière arbitraire et autoritaire donnerait l’illusion d’avoir « traité » le problème. Cette septième erreur ne ferait qu’ajouter un sentiment d’incompréhension dans une situation déjà sous tension.

Gérer un pic de colère chez un collaborateur en 7 étapes :

Étape 1 : Stopper son activité en cours pour observer attentivement et factuellement la situation : le lieu, les acteurs, les échanges – leur contenu, leur intonation et le débit des paroles – le comportement non verbal comme la posture ou les mimiques.

Étape 2 :  Réguler son propre état intérieur afin d’aborder la situation de la façon la plus neutre possible : respirer en résonance tout en observant de manière dynamique les sensations corporelles ainsi que les pensées qui nous parcourent sans jugement.

Étape 3 : Exprimer son besoin de calme et de sérénité pour éclaircir la situation avec une phrase simple et positive formulée à l’affirmative qui commence par « je ».

Étape 4 : Inviter le collaborateur, s’il en a besoin, à s’isoler pour reprendre ses esprits et lui proposer de revenir ensuite.

Étape 5 : Proposer des stratégies simples d’apaisement au collaborateur comme respirer calmement, boire un verre d’eau ou malaxer un objet « anti-stress ».

Étape 6 : Questionner pour comprendre l’état, les circonstances et les besoins du collaborateur en s’inspirant la Communication Non Violent.

Étape 7 : Définir ensemble une solution simple et rapide à mettre en œuvre ou à défaut une nouvelle entrevue pour élaborer un plan d’actions incluant si besoin d’autres interlocuteurs voire un médiateur.

Conclusion

L’énergie de la colère est puissante. Ressentir cette émotion ou en être témoin peut donc permettre de transformer des défis en opportunités et d’atteindre des objectifs ambitieux, à condition qu’elle reste comprise et fonctionnelle.

Prêter attention à nos propres réactions, face à la colère d’une autre personne qui ne nous appartient donc pas, est un prémisse intéressant et indispensable pour nous réguler et nous ouvrir pleinement à la compréhension de l’autre.

Se former au management des émotions et apprendre aux collaborateurs comment accueillir et réguler leur état interne est un pas supplémentaire vers la Responsabilité Sociétale des Entreprises.

A lire également :

Partager l'article

Bérangère Colignon

De formation supérieure et après un parcours de 15 ans en ressources humaines et management dans le secteur de la formation professionnelle pour les industries, Bérangère Colignon fonde Clart&Sens pour « clarifier et donner du sens à vos talents », un cabinet RH et organisme de formation qui applique l’intelligence émotionnelle et collective au cœur de vos ressources humaines profondes.