Expérience collaborateur : ce qu’il faut changer pour 2024 

Expérience collaborateur : ce qu’il faut changer pour 2024 
Adeline Lajoinie

Les collaborateurs sont-ils satisfaits de leur rapport à leur entreprise ? Et si non, quels sont les domaines à améliorer pour les pousser à rester ?

Un manque de considération et d’écoute des collaborateurs

L’Académie du Service vient de dévoiler les résultats du Baromètre National 2023 de la Symétrie des Attentions©, axés sur l’expérience collaborateur. Et ils ne sont pas bons. 

La satisfaction client des collaborateurs s’effondre, passant de 66% à 54% en un an. Les secteurs tels que l’énergie et la distribution spécialisée ressortent comme principaux coupables de ce déclin. 

9 fiches pour développer le potentiel de vos entretiens

L’entretien annuel peut devenir un moment clé pour l’engagement et la formation des équipes. Notre partenaire Lucca a élaboré un guide avec des conseils pratiques : implication des collaborateurs lors de préparation, identification des besoins de formation et réflexion sur les perspectives de carrières.

Je télécharge

D’une manière plus générale, un collaborateur sur deux exprime un sentiment de négligence et un manque d’accompagnement de la part de son manager.

Effectivement, seulement 49% estiment que leurs émotions et moments cruciaux sont reconnus et accompagnés par les managers.

Quant à la réception de feedback régulier de la part de leurs managers, uniquement 46% confirment cette dynamique. Les secteurs bancaire et de la distribution se différencient positivement à cet égard.

L’Académie du Service souligne l’impératif des entreprises d’implémenter des actions concrètes en vue d’optimiser l’engagement et la loyauté des collaborateurs

L’étude révèle que 50% des collaborateurs perçoivent un déficit de reconnaissance envers leurs efforts et leur travail au sein de l’entreprise.

Pour presque la moitié d’entre eux, la satisfaction des collaborateurs est reléguée au second plan par rapport à celle des clients. Cela traduit un déficit de considération qui peut nuire à l’engagement des collaborateurs.

La suite après la publicité

Face à cela, les entreprises doivent revisiter leurs pratiques pour 2024, pour ne pas aggraver les défis relatifs au recrutement et à la rétention des collaborateurs.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

Des collaborateurs qui estiment leurs initiatives peu prises en compte

Globalement, les initiatives des collaborateurs ne sont pas suffisamment valorisées.

En matière d’ engagement vis-à-vis de l’environnement et de retour d’information, seulement la moitié des employés se sentent réellement soutenus et entendus lorsqu’il s’agit d’améliorer le service.

De fait, à la question portant sur l’encouragement des entreprises vis-à-vis des actions individuelles en faveur de l’environnement, seuls 52% des interrogés approuvent cette affirmation. 

Un taux identique de collaborateurs (52%) exprime un accord lorsqu’il est question de leur inclusion dans les décisions impactant leur travail.

Surtout dans les secteurs de l’éducation et de la téléphonie, les employés désirent une plus grande considération de leurs idées dans le processus décisionnel.
Jean-Jacques Gressier, fondateur et PDG de l’Académie du Service, souligne : “Écouter, accompagner ses collaborateurs, encourager leurs initiatives, montrer de la considération et de la reconnaissance. À l’heure où trop de métiers et d’employeurs se lamentent face à la pénurie de main-d’œuvre, on doit s’interroger sur les raisons, les alibis qui empêchent de mettre en place des pratiques d’excellence en la matière. Il est possible qu’il y ait encore des réticences à satisfaire les attentes émotionnelles. Faites des expériences avec sincérité et vous constaterez à quel point ce changement de paradigme est performant.”

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.