baromètre soft skills

Les nouveaux enjeux RH pour 2023 : inclusion, engagement et RSE

Les nouveaux enjeux RH pour 2023 : inclusion, engagement et RSE
Adeline Lajoinie

Les DRH européens semblent axer leurs prochains enjeux autour de 3 principales thématiques : le renforcement de l’engagement des salariés et la mise en place de plus d’inclusion et de RSE au sein des organisations. Des défis qui supposent alors diverses évolutions de la fonction RH d’ici 2023.

Défi RH n°1 : l’engagement et la mobilisation des salariés

Le Baromètre BVA – Human & Work « Au cœur des nouveaux enjeux RH » dévoile ses résultats autours des enjeux des DRH dans les différents pays où le groupe est implanté  (France, Allemagne, Espagne, Italie).

On y apprend pour commencer que la préoccupation principale des DRH européen·nes est de renforcer l’engagement et la mobilisation des salarié·es.

En France, ce défi doit s’orienter sur 3 axes prioritaires : le renforcement de la cohésion interne pour 38% des DRHs français·es, du sens au travail pour 29% et de la reconnaissance pour 34%. 

Ces derniers pensent également que les attentes prioritaires des collaborateurs et collaboratrices sont de renforcer et de créer des dispositifs d’alertes pour les comportements discriminatoires (42%), de renforcer la cohésion interne des équipes (38%) et de favoriser un management individualisé (35%). Des attentes qui semblent ne pas être du tout les mêmes dans les autres pays : 

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Défi RH n°2 : l’inclusion (notamment des profils seniors)

30% des DRH européen·nes citent l’action de création et/ou du développement de dispositifs d’alertes pour lutter contre les comportements non-respectueux ou discriminatoires comme prioritaire, un taux qui s’élève même à 42% en France et 39% en Espagne. 

L’inclusion est un défi important pour les DRHs européens, mais surtout l’inclusion des profils seniors. 92% d’entre eux déclarent essayer de conserver les profils seniors le plus longtemps possible dans leur entreprise (38% répondant « oui tout à fait » et 54% « oui plutôt »).

Et ils sont 66% à déclarer mettre en place des politiques RH à l’intention des seniors (26% « oui tout à fait » et 40% « oui plutôt »).

Un défi qui se heurte à une réalité qui est toute autre puisque les DRH français·es ne sont que 38% à se déclarer réticent·es à embaucher un profil senior (contre 61% pour les Italiens, 58% pour les Allemands et 55% en Espagne).

Advertisements

Et pourtant, en France, si le taux d’activité des seniors (55-64 ans) n’a cessé de progresser depuis 2000, il n’était que de 56% en 2021. 

Lire également:

Défi RH n°3 : la RSE, qui peine à mobiliser les entreprises

Alors que plus de 8 Français sur 10 jugent les engagements RSE prioritaires en entreprises, ces dernières semblent avoir du mal à se mobiliser autour de ce sujet au grand dam des responsables RH. 

92% des DRH européens se déclarent déjà impliqués dans la gestion des problématiques RSE : via le caractère social (prévoyance, actions sociales et solidaires, relations et conditions de travail) en priorité (cité par 60% des DRH), puis vient le volet environnemental (protection de la planète, transition environnementale), cité par 55% des DRH. 

Cependant, 76% des DRH disent rencontrer des difficultés dans la définition et la mise en place de plans d’actions sur les différentes thématiques que couvrent la RSE. Et 75% d’entre eux semblent avoir des difficultés pour mobiliser la direction et les managers sur ces sujets.

Le RH du futur : plus innovant et informé des souhaits des collaborateurs

Face à tous ces défis, comment va donc évoluer le RH de demain ? 

Les deux principales évolutions semblent être alors humaines (autour d’une plus grande écoute des besoins et des envies des collaborateurs) et technologiques (autour des innovations qui vont découler des nouveaux modes de travail). 

Lire également:

Notez le

Rated 4.4 / 5 based on 193 reviews
Partager l'article

Adeline Lajoinie

Ancienne journaliste, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.