#Tendances RH : le loud quitting

#Tendances RH : le loud quitting
Adeline Lajoinie

Après le quiet quitting, le conscious quitting, le rage applying ou le resenteim, une nouvelle tendance est arrivée au printemps et s’est intensifiée cet été : le loud quitting.

Le loud quitting : qu’est-ce que c’est ? 

Ce sont autant de tendances qui semblent tirer des sonnettes d’alarme sur les détresses psychologiques des salariés : 

  • Le quiet quitting consiste à réduire ses tâches professionnelles à la portion congrue, dans un total désengagement, en espérant secrètement le licenciement.
  • Le conscious quitting est l’envie de quitter une entreprise avec laquelle on ne partage pas les mêmes valeurs.
  • Le resenteim est le fait de rester à son poste par manque d’opportunités ou d’alternatives ou juste par peur du changement, finissant pas détester son métier.
  • Le rage applying est le fait de postuler avec rage à tous les postes possibles et imaginables, même ceux qui ne correspondent pas à son profil ou ses compétences, dans l’espoir de vite quitter son entreprise.

Le petit dernier de la liste s’appelle donc le loud quitting. 

Ici, rien n’est fait en silence. Les reproches du salarié sont très bruyants. Car ici, le principe est d’exprimer le plus fortement possible son mécontentement envers ses conditions salariales ou de travail en général. 

De nombreux salariés ont ainsi partagé leurs griefs sur Tik Tok via des vidéos expliquant ce qui n’allait pas bien dans leur entreprise, selon eux. 

Le but du loud quitting ? Faire pression sur son entreprise pour obtenir de meilleures conditions ou pousser les responsables à licencier le salarié mécontent. 

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

Le loud quitting, dangereux pour le salarié

Cette tendance peut sembler tentante pour les salariés qui souhaitent améliorer leur situation professionnelle, mais elle comporte des dangers.

Avant de démissionner de manière fracassante, il est important de prendre du recul sur la situation et de peser le pour et le contre. Il faut se demander si cette démarche est adaptée au contexte de l’entreprise et si l’employeur sera ouvert à une discussion. 

Il faut également prendre en compte le risque de perdre la relation de confiance avec l’employeur et de nuire à sa carrière.

Advertisements

Si l’entreprise n’est pas ouverte à la négociation ou si la demande est considérée comme injustifiée, la démission fracassante peut avoir des conséquences négatives. 

L’employeur peut licencier l’employé ou lui faire comprendre qu’il n’est pas désiré. La démission fracassante peut également nuire à la crédibilité de l’employé et à ses chances de trouver un nouvel emploi.

Par ailleurs, il est important d’éviter d’étaler ses problèmes à la terre entière. Il faut parler uniquement à son employeur et aux personnes concernées, le cas échéant. Une scène en public pourrait nuire à la crédibilité et à la carrière de l’employé.

… Et pour l’entreprise !

Les employés qui mettent en pratique le “loud quitting” mettent en danger leur réputation professionnelle, mais aussi celle de l’organisation, ce qui peut créer du stress parmi les employés et les collègues.

Magazine IN'formation N°2 - Le marketing de la formation

Au travers de ce deuxième numéro nous explorerons les principaux aspects du marketing de la formation et son rôle crucial dans le développement et la réussite des initiatives de formation professionnelle. Vous trouverez ainsi des articles, des fiches pratiques et des interviews d’experts. Ce magazine est proposé par notre partenaire Lefebvre Dalloz Compétences.

Je télécharge le magazine

L’impact sur la marque employeur peut également être très négatif : une démission bruyante” peut générer, notamment via les réseaux sociaux, une mauvaise image de l’employeur, surtout si la raison derrière le grief est que le mécontentement de l’employé est légitime et non résolu.

Cela peut également contribuer à un environnement de travail négatif et déclencher un effet d’entraînement, provoquant un turnover plus important au sein de l’entreprise.

Les équipes de RH et de direction peuvent ainsi être confrontées à des difficultés pour gérer les répercussions d’incidents de loud quitting.

Il est important pour ces équipes de se préparer à ce phénomène, notamment en répondant aux préoccupations des employés restants et en atténuant l’impact de ce genre de phénomène.

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.