Arrêt maladie : que retenir du projet d’augmentation du délai de carence ?

Arrêt maladie : que retenir du projet d’augmentation du délai de carence ?
Adeline Lajoinie

Afin d’effectuer des économies, le gouvernement envisage d’augmenter le nombre de jours de carence en cas d’arrêt maladie pour les salariés du privé : quelles seraient les conséquences pour les entreprises et leurs collaborateurs ?

Quel est ce projet d’augmentation du délai de carence ?

Où en est-on, aujourd’hui, du délai de carence ? Les salariés du secteur privé en France attendent trois jours avant d’être indemnisés par la Sécurité sociale en cas d’arrêt maladie. 

Dans une optique d’économie, selon une information de la Tribune, le gouvernement penserait à étendre ce délai de carence à 5, 6, voire 7 jours

Face à l’augmentation de la dette, l’exécutif cherche des moyens de réduire les dépenses. L’une des idées serait donc d’augmenter les jours de carence pour le secteur privé. Cela pourrait générer des économies significatives, estimées jusqu’à un milliard d’euros par an.

Le ministère de l’Économie, dirigé par Bruno Le Maire, précise que rien n’est décidé pour l’instant. Mais l’idée d’augmenter le délai de carence est sérieusement considérée, déjà discutée lors du budget de la Sécurité sociale de l’année dernière.

Les indemnités journalières représentent une part mineure des dépenses pour la branche accidents du travail et maladies professionnelles, qui est pourtant excédentaire. Le gouvernement avait déjà souligné la nécessité de responsabiliser autour des arrêts maladie.

Le rallongement du délai de carence pourrait limiter les abus, sans impacter lourdement le budget de l’Assurance maladie. Les arrêts de courte durée sont nombreux, mais ne représentent qu’une fraction des coûts. En 2018, un jour de carence a été introduit pour les fonctionnaires, générant des économies significatives.

Bruno Le Maire a annoncé vouloir débattre de cette réforme cette année, notamment pour combattre les abus post-Covid. Le gouvernement espère ainsi mieux contrôler les dépenses de santé tout en encourageant une approche plus responsable des arrêts de travail.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

La suite après la publicité

Augmentation du délai de carence : quelles conséquences sur les entreprises…

L’augmentation des jours de carence pourrait coûter cher aux entreprises. Eric Chevée, de la CPME, prédit des factures salées en cotisations de prévoyance.

Le patronat préfèrerait des jours de carence “d’ordre public”, non compensables par l’employeur ni par la Sécurité sociale / assurance maladie, comme c’est le cas aujourd’hui pour un grand nombre de salariés.

Employeurs : 10 obligations à connaître en droit du travail

Les textes de loi et décrets entrés en vigueur ces derniers temps sont venus impacter les obligations des employeurs, créant ainsi de nouveaux impératifs à respecter pour rester en règle. Téléchargez ce dossier spécial pour faire le point sur les 10 obligations à connaître. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire les Editions Tissot.

Je télécharge gratuitement

Si le nombre de jours de carence augmente, les charges pour les entreprises monteront aussi. 

Une étude de l’Insee en 2017 a noté qu’un jour de carence dans la fonction publique n’a pas réduit les absences. Les absences courtes ont diminué, mais celles de longue durée ont augmenté. Cette mesure a donc changé le comportement d’absence sans réduire les coûts globaux.

… et sur les salariés ? 

Quand l’entreprise compense les jours de carence, l’impact sur les salariés est nul. Mais, sans cette couverture, l’effet pourrait s’avérer plus dur. La CPME indique que 2 millions de salariés, surtout dans les PME, ne bénéficient pas de cette indemnisation.

L’augmentation des jours de carence frapperait durement ces travailleurs. Leur perte de revenu s’accroîtrait avec chaque jour supplémentaire de carence. Une étude montre que le jour de carence réduit les absences courtes, mais touche financièrement les plus vulnérables.

Malgré une baisse des absences, les études sur l’augmentation du délai de carence n’ont pas noté d’ impact significatif sur la santé ou le recours aux soins. Des études futures pourraient évaluer les effets à long terme sur la santé et la productivité. Plus de jours de carence pourraient finalement augmenter la durée des arrêts, coûtant plus à la Sécurité sociale.

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.