Jeunes actifs : aussi motivés que leurs aînés ?

Jeunes actifs : aussi motivés que leurs aînés ?
Adeline Lajoinie

Quelle est l’implication des jeunes actifs dans leur travail ? Quelle vision ont-ils de leur évolution professionnelle ? Et quelles sont leurs attentes spécifiques ?

Les jeunes actifs : qui sont-ils exactement ? 

Les sondages, les reportages et les articles de journaux décrivent souvent les jeunes âgés de 18 à 30 ans comme étant fainéants, égocentriques et en quête de sens… Mais quelle est la vérité ? Y a-t-il vraiment un conflit intergénérationnel, tel que fréquemment illustré ? 

Une enquête menée par l’Apec et Terra Nova sur l’attitude des jeunes professionnels envers le travail vient d’être révélée. Il en ressort que les jeunes actifs ne sont pas une “catégorie” homogène et 6 sociotypes ont pu être identifiés, en fonction de leur ressenti, de leur appartenance sociale et de leur projection dans le futur.

  • Les Distanciés (6%) : Ils trouvent du confort dans la routine de leur travail sans chercher à accroître leurs responsabilités.
  • Les Découragés (10%) : Ce groupe se caractérise par un manque d’épanouissement professionnel, avec des difficultés à envisager une amélioration de leur situation.
  • Les Attentistes (11%) : Ces jeunes espèrent changer de situation pour échapper à la monotonie de leur travail.
  • Les Satisfaits (14%) : Satisfaits de leur position actuelle, ils manifestent peu d’intérêt pour la mobilité professionnelle.
  • Les Combatifs (20%) : Ils perçoivent leur emploi principalement comme une obligation, tout en nourrissant l’espoir d’une amélioration de leur condition.
  • Les Ambitieux (39%) : Passionnés par leur activité professionnelle, ils aspirent à plus de responsabilités dans l’avenir.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

Des jeunes actifs très motivés et heureux au travail

66% des actifs de 45 à 65 ans estiment que les jeunes professionnels sont moins investis au travail que leurs aînés, selon cette étude. Et pourtant, les chiffres font mentir ces a-prioris. 

En effet, les jeunes actifs affichent une motivation et un bonheur au travail qui défient les clichés. 

Majoritairement, ils valorisent leur travail autant, sinon plus, que les générations précédentes. Voici quelques données clés pour illustrer leur rapport au travail :

  • 11% des 18-29 ans considèrent le travail comme primordial, surpassant les autres aspects de leur vie.
  • Seulement 7% le jugent de faible importance, un chiffre inférieur à celui des générations plus âgées.
  • 80% continueraient à travailler même sans nécessité financière, témoignant d’une réelle passion pour leur activité professionnelle.

La jeune génération active montre un attachement profond au travail, le considérant non seulement comme une source de revenu, mais aussi comme un élément central de leur identité et de leur épanouissement personnel. Cette vision du travail s’accompagne d’une satisfaction notable dans plusieurs dimensions professionnelles. 

Leur appréciation couvre divers aspects, allant de la sécurité de l’emploi aux relations de travail, en passant par le niveau de responsabilité et les opportunités d’évolution. Cette attitude positive est d’autant plus remarquable que, confrontés à un monde du travail en constante évolution, ces jeunes montrent une adaptabilité et une résilience impressionnantes

La suite après la publicité

Leur approche du travail, mêlant plaisir et ambition, reflète un désir de contribuer de manière significative à leur environnement professionnel tout en cherchant un équilibre avec leur vie personnelle

Ce tableau positif contredit l’idée reçue d’une jeunesse désengagée ou en quête uniquement de sens, soulignant au contraire leur dynamisme et leur volonté de réussir dans un contexte professionnel compétitif.

Quelles sont les attentes des jeunes actifs ?

Les jeunes actifs ont des attentes spécifiques vis-à-vis de leur travail qui reflètent leurs aspirations et leur conception de la vie professionnelle. Mais elles ne sont pas très éloignées des attentes de leurs ainés. 

Voici quelques points clés de l’étude :

Paie : décryptage des failles de gestion et solutions

40% des bulletins de paie ne respectent pas la législation française, révèle le Ministère du travail. Face à la complexité et aux erreurs fréquentes, le guide interactif "Votre gestion de la paie et du SIRH est-elle efficace ?" analyse les failles de gestion et leurs conséquences financières et sociales. Etayé par des témoignages d'experts et des illustrations, il propose 4 piliers essentiels pour sécuriser et optimiser la production de la paie. Ce guide vous est proposé par notre partenaire Lucca.

J’accède au guide interactif
  • La rémunération est cruciale pour eux, mais tout comme pour les autres tranches d’âge, surtout dans un contexte économique marqué par l’inflation et les tensions sur le pouvoir d’achat.
  • 60% des jeunes sont satisfaits de leur salaire, un taux supérieur à celui des générations précédentes.
  • Ils valorisent également un travail intéressant et un bon équilibre entre vie privée et professionnelle, plaçant ces aspects avant la sécurité de l’emploi.

Ces jeunes professionnels ne montrent pas un matérialisme accru par rapport à leurs aînés ; leurs priorités s’alignent plutôt sur des désirs d’épanouissement personnel et professionnel. 

Leur vision du télétravail est également plus nuancée qu’on ne l’aurait pensé : ils y voient des avantages, mais expriment des réserves quant à l’isolement et à la perte d’opportunités d’apprentissage. Malgré cela, ils sont ouverts au concept de travail hybride, préférant une combinaison de présence sur site et de télétravail.

En somme, les jeunes actifs recherchent un environnement de travail qui valorise à la fois le bien-être et la performance, soulignant une quête d’équilibre entre ambition professionnelle et qualité de vie.

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.