baromètre soft skills

Projet de décret sur le Document Unique (DUER) : les points importants à retenir

Projet de décret sur le Document Unique (DUER) : les points importants à retenir
Adeline Lajoinie

Les obligations en lien avec le DUER peuvent être lourdes au quotidien et notamment pour les TPE/PME.
Pour y remédier, un projet de décret prévoit un allègement de certaines mesures, mais lesquelles ?

La nouvelle loi Santé au Travail du 02 Août 2021 va entrer en vigueur le 31 Mars 2022. Parmi les textes d’application qui sont déjà arrivés chez les partenaires sociaux, le projet de décret du DUER (document unique d’évaluation des risques professionnels) présente de nombreux changements à venir : révision des modalités d’élaboration, de mise à jour, de mise à disposition et de conservation du Document Unique. 

Plus de mise à jour annuelle pour les entreprises de moins de 11 salariés

Texte assez court, qui ne présente que 5 articles, le projet de décret du DUER allège certaines restrictions, notamment pour les TPE. En effet, les entreprises de moins de 11 salariés ne seront plus dans l’obligation de mettre à jour chaque année leur DUER, à compter du 31 Mars 2022. 

Cependant, une actualisation du Document Unique s’avérera nécessaire « lors de toute décision d’aménagement important modifiant les conditions de santé et de sécurité ou les conditions de travail » et « lorsqu’une information supplémentaire intéressant l’évaluation d’un risque dans une unité de travail est recueillie ».

Polyexposition et élargissement du champ du DUERP

Deux articles modifient quelque peu le contenu du DUERP. 

L’article R. 4412-6 du Code du travail ajoute les situations de polyexpositions pour la prévention du risque chimique et impose à l’employeur d’évaluer « les effets combinés » de l’ensemble des ACD « en cas d’exposition successive ou simultanée à plusieurs agents chimiques ».

Advertisements

De son côté, l’article L. 4121-3 du Code du travail relatif au DUERP est modifié en ajoutant l’obligation pour l’employeur d’évaluer les risques liés à l’organisation du travail (et donc également les risques psychosociaux). 

DUER, liste d’actions de prévention des risques et Papripact : 3 documents à mettre à jour simultanément

Afin de gagner en cohérence et en meilleure organisation, désormais, les 3 documents liés aux risques du travail devront être mis à jour en même temps : ​​le DUER, la liste d’actions de prévention des risques et de protection des salariés consignée dans le Document Unique (pour les PME de moins de 50 salariés) et le Papripact (programme annuel de prévention des risques professionnels et d’amélioration des conditions de travail, pour les entreprises d’au moins 50 salariés).

Un archivage numérique obligatoire du DUER

Afin de pouvoir conserver une trace durable de l’évolution des expositions au sein d’une entreprise, le DUER doit désormais être conservé 40 ans dans ses versions successives, en format papier et dématérialisé.

Pour aller plus loin sur la paie

Découvrez toutes les évolutions à intégrer dans la construction de la paie en 2022, les derniers changements datant du 8 novembre 2022. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire les Editions Tissot.

Je télécharge gratuitement

Et à partir du 1er juillet 2023 pour les entreprises d’au moins 150 salariés et du 1er juillet 2024 au plus tard pour les entreprises de moins de 150 salariés, c’est une version dématérialisée du DUER qui devra être déposée sur un portail numérique (avec toutes les versions précédentes).

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

De nouveaux acteurs ont désormais accès au DUER

Toujours dans le cadre d’une traçabilité collective de l’exposition aux risques professionnels, le projet de décret sur le DUER enrichit la liste des personnes et instances y ayant accès (et à toutes ses versions antérieures) : 

  • Les salariés (pour les versions depuis leur entrée dans l’entreprise).
  • Les anciens salariés (pour les versions durant lesquelles ils ont travaillé dans l’entreprise). 
  • Tous les membres du SPST (Services de Prévention et de Santé au Travail), permettant « notamment la consultation par les IPRP (intervenants en prévention des risques professionnels).»

Notez le

Rated 4.5 / 5 based on 251 reviews
Partager l'article

Adeline Lajoinie

Ancienne journaliste, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.