Métiers en tension en 2022 : le Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE) révèle ses préconisations.

Métiers en tension en 2022 : le Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE) révèle ses préconisations.
Adeline Lajoinie

Le Conseil Économique, Social et Environnemental s’est penché sur les raisons des tensions qui se généralisent sur le marché du travail avant de nous livrer leur analyse.

C’est peut-être l’un des revers de la médaille de la forte reprise de l’activité économique en France : les tensions de recrutement se sont fortement accentuées dans certains secteurs d’activité. Cadres en informatique, aides à domicile et aides ménagères, conducteurs routiers, ingénieurs dans l’industrie… Certains métiers sont plus touchés que d’autres par ces difficultés structurelles et récurrentes de recrutement. Après avoir tenté d’en identifier les causes, le Conseil Économique, Social et Environnemental a adopté le 12 Janvier dernier un avis sur la question et formulé 20 préconisations visant à lutter contre ces tensions de recrutement.

Les multiples causes des tensions de recrutement selon le CESE

Selon la Dares et Pôle emploi, en 2019, six métiers sur dix étaient en forte tension, alors que seul un sur quatre l’était en 2015. Plusieurs métiers sont particulièrement touchés dont, par exemple, les chauffeurs routiers. Il manque déjà, en France, 312 000 professionnels de la route. 

Les causes de ces tensions sont multiples, bien entendu. Notre structure démographique est à prendre en considération, avec de forts départs à la retraite à venir, dans certaines professions. 40% des infirmiers et sages-femmes vont partir à la retraite sous peu. 

Les principales causes de ces tensions de recrutement seraient également l’attractivité de l’emploi, avec la question des salaires et des conditions de travail, mais aussi la représentation des professions, l’efficacité du système d’orientation, de formation et de certification.

Les métiers touchés par ces soucis de recrutement cumulent en effet conditions de travail difficiles, horaires atypiques et manque de reconnaissance et de valorisation salariale. Des tensions renforcées par la crise sanitaire. On pense aussi à une volonté accrue de sens dans son travail et d’un meilleur équilibre vie pro/vie perso, particulièrement marqué chez les jeunes générations.

Advertisements

Enfin, le CESE voit dans l’accélération de la transition écologique et de la transition numérique de certaines familles de métiers une autre des causes de cette pénurie de recrutement. Si les besoins de recrutement sont élevés dans les métiers liés à la transition énergétique, les recrutements se heurtent à un manque de compétences adaptées (cf les métiers de riveteur et de soudeur dans l’éolien et le photovoltaïque).

20 préconisations pour aider à réduire les tensions de recrutement selon le CESE

Afin de réduire ces tensions de recrutement, le CESE propose 20 préconisations. Parmi elles, on trouve alors la nécessité de mieux former, d’orienter les jeunes et de rendre certains métiers plus attractifs. Le CESE parle de l’importance de revaloriser certains salaires ou de développer des avantages concrets dans des métiers peu attractifs : chèques déjeuners, aide à la mobilité, logement, garde d’enfants avec exonération de cotisations sociales, logements de fonction…

Le CESE souligne également l’importance d’intéresser les femmes aux métiers trop masculins, les ingénieurs par exemple, et d’intéresser les hommes aux métiers trop féminisés, comme les aides à domicile.

Le détail des 20 préconisations du rapport du CESE, à lire ICI.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Notez le

Rated 4.3 / 5 based on 334 reviews
Partager l'article

Adeline Lajoinie

Ancienne journaliste, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.