Apprentissage et contrat “pro” : une aide unique de 6000 € en 2023

Apprentissage et contrat “pro” : une aide unique de 6000 € en 2023
Laetitia Baccelli

Le nouveau dispositif d’aide unique à l’apprentissage remplace les aides exceptionnelles “Covid-19”. Montant, conditions, démarches, …On vous dit tout sur l’aide unique à l’apprentissage en 2023 !

Courant décembre, le gouvernement a annoncé la modification du dispositif d’aide à destination des employeurs qui embauchent des contrats d’apprentissage et de professionnalisation. Un décret du 30 décembre 2022 est venu apporter des précisions sur ce nouveau dispositif d’aide à l’apprentissage.

Quels est le montant de l’aide pour 2023 ? Quelles sont les conditions pour bénéficier de cette aide ?  Quelles démarches pour l’obtenir ?

On vous dit tout sur le dispositif d’aide unique à l’apprentissage pour 2023 !

Aide unique à l’apprentissage : Quel montant en 2023 ? Qui peut en bénéficier ?   

L’aide unique à l’apprentissage prend le relai de l’aide exceptionnelle Covid-19 accordée aux employeurs qui embauchent des alternants (contrat d’apprentissage et de professionnalisation). Mais quel est le montant de ce nouveau dispositif en 2023 ? Qui peut en bénéficier ? Quels sont les contrats éligibles ?

Le montant de l’aide en 2023

Le montant de l’aide pour 2023 est de 6000 euros maximum et concerne seulement la 1ère année d’apprentissage. Ainsi, ce dispositif est moins favorable que l’aide exceptionnelle Covid-19 qui pouvait aller jusqu’à 11 200 euros sur les 3 années d’apprentissage pour tous les contrats conclus jusqu’au 31 décembre 2022.

Aide unique à l’apprentissage : quelles conditions pour en bénéficier ?

Tous les employeurs ne sont pas éligibles à ce dispositif de soutien du gouvernement au recours à l’alternance.

Pour quels employeurs ?

Cette aide unique de 6000 euros est destinée aux :

  • Entreprises de moins de 250 salariés, sans condition
  • Entreprises d’au moins 250 salariés à la condition qu’elles s’engagent à atteindre un seuil d’alternant ou de contrats favorisant l’insertion professionnelle dans ses effectifs au 31 décembre 2024.

Les conditions pour les entreprises d’au moins 250 salariés en détail

Les employeurs de moins de 250 salariés sont éligibles à l’aide à la condition d’avoir atteint au 31 décembre 2024 :

  • Un taux de 5% de contrats favorisant l’insertion (contrat d’apprentissage, contrat de professionnalisation, contrats VIE et salariés en CIFRE). Les salariés embauchés en CDI à l’issue de leur contrat d’apprentissage et de professionnalisation seront pris en compte pendant l’année suivant la fin du contrat d’alternance

Ou

  • Un taux de 3% de contrats d’alternance et de professionnalisation, avec une progression d’au moins 10% par rapport à l’année 2023.

L’ASP contrôlera l’atteinte du seuil au premier semestre 2025. Si l’employeur ne respecte pas ses engagements, il devra alors rembourser les sommes versées par l’ASP.

Les contrats éligibles à l’aide

Tous les contrats d’alternance ne sont pas éligibles à l’aide. Ainsi, l’aide concerne :

  • Les salariés en contrats d’apprentissage conclus entre le 1er janvier 2023 et le 31 décembre 2023 préparant un diplôme jusqu’au master (bac +5 – niveau 7 du RNCP), quelque soit l’âge de l’apprenti
  • Les salariés de moins de 30 ans en contrats de professionnalisation conclus entre le 1er janvier 2023 et le 31 décembre 2023 préparant un diplôme ou un titre à finalité professionnelle jusqu’au niveau 7 du RNCP, un CQP ou contrat expérimental prévu par la loi avenir professionnelle (article 28- VI)

Pour en savoir plus sur le contrat d’apprentissage et de professionnalisation, consultez nos articles :

Advertisements

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Comment obtenir l’aide unique à l’’apprentissage ?

Pour obtenir l’aide, il n’est pas nécessaire d’effectuer une demande préalable à l’ASP. C’est l’OPCO compétent qui est chargé de transmettre la demande à l’ASP.

Elle est versée mensuellement et automatiquement avant le versement du salaire de l’alternant. Il n’y a donc pas d’avance de trésorerie par l’employeur comme pour l’activité partielle par exemple.

Procédure pour bénéficier de l’aide

  • L’employeur transmet le contrat d’apprentissage ou de professionnalisation à l’Opérateur de Compétences (OPCO) de son domaine d’activité.  
  • L’OPCO transmet le contrat au ministère du Travail pour contrôle de l’éligibilité
  •  Si le contrat est éligible (effectif de l’entreprise et conditions du contrat), l’ASP traite le contrat et envoi un mail à l’employeur via SYLaé, la plateforme employeur de l’ASP
  • Pour les employeurs d’au moins 50 salariés, l’ASP envoi à l’employeur le lien vers un formulaire d’engagement à compléter par l’employeur dans les 8 mois suivant la signature du contrat.
  • L’employeur dépose son RIB sur SYLaé pour versement automatique du premier paiement

Contrôle des éléments par l’ASP

Après chaque paiement, l’ASP contrôle les éléments du contrat et notamment la rémunération brute non plafonnée de l’alternant par l’intermédiaire de la DSN. Pour les contrats de professionnalisation, il n’y a plus lieu de déposer les bulletins de salaire mensuellement, tout se fait via la DSN.

Si la rémunération brute n’est pas nulle, la justification du paiement est validée et le paiement suivant peut intervenir. Dans le cas contraire, l’ASP récupère le versement du mois précédent et verse le paiement du mois suivant. Si l’apprenti est absent de la DSN, l’ASP récupère le montant versé à tort à l’employeur et bloque le paiement suivant.

Tous les mois, la même procédure s’applique.

Source : guide pratique à destination des employeurs et des organismes de formation – ministère du travail

Calcul de l’aide

Il n’y a plus de 0 reste à charge, l’aide ne couvre pas la totalité de la rémunération versée à l’alternant.

Contrat d’apprentissage

Moins de 18 ans100% de la rémunération brute
De 18 à 20 ans70% de la rémunération brute
De 21 à 25 ans60% de la rémunération brute
26 ans et plus30% de la rémunération brute

Contrat de professionnalisation

Moins de 18 ans50% de la rémunération brute
De 18 à 20 ans40% de la rémunération brute
De 21 à 29 ans30% de la rémunération brute

Quelques conseils pour demander votre aide à l’apprentissage  

Demander une aide à l’Etat est parfois un parcours du combattant. Voici quelques conseils pour gérer au mieux votre dossier :

  • Bien vérifier l’exactitude des éléments d’identité du salarié et du Siret entre le Cerfa et la DSN
  • Les dates de fin de contrat indiquées dans le Cerfa doivent être identiques à celles déclarées en DSN
  • Si l’apprenti n’a pas de numéro de Sécurité Sociale, déclarer un numéro technique temporaire
  • Vérifier le paramétrage de la rubrique « rémunération brute non plafonnée » en DSN
  • Bien vérifier le paramétrage de déclaration de l’apprenti en DSN

Pour plus d’informations sur l’aide unique à l’apprentissage, vous pouvez consulter le guide publié par le ministère du travail.

A lire également :

5 soft skills les plus valorisées en entreprise en 2023

Nos experts décryptent en exclusivité le top 5 des compétences : Leadership, Assertivité, Présentation impactante, Empathie et Écoute ; et vous offrent des clés actionnables immédiatement. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire Skillsday.

Télécharger

Notez le

Rated 4.6 / 5 based on 289 reviews
Partager l'article

Laetitia Baccelli

Fort de plus de 10 ans d’expériences dans le domaine de la paie, j'ai toujours eu à cœur de développer des outils et méthodes améliorant la productivité et facilitant la gestion au quotidien. J'accompagne désormais les entreprises en qualité de consultante pour des missions d'audit et de formalisation de processus, de développement d’outils de gestion ainsi qu' en tant que support pour la production de la paie.