baromètre soft skills

Assurance Chômage : les nouvelles règles d’indemnisation des chômeurs

Assurance Chômage : les nouvelles règles d’indemnisation des chômeurs
Adeline Lajoinie

Les modalités de la nouvelle réforme de l’assurance-chômage viennent d’être présentées par le ministre du Travail, Olivier Dussopt. Quelles vont être les nouvelles règles d’indemnisation pour les nouveaux chômeurs ?

Assurance chômage : ce qui change à partir du 1er Février 2022 

Le ministre de l’Économie Bruno Lemaire avait expliqué à propos de la réforme de l’assurance chômage : “Quand ça va mieux, on durcit les règles, quand ça va moins bien sur le front de l’emploi, on protège davantage”. Les règles d’indemnisation des chômeurs vont donc être modulées en fonction de la conjoncture économique, afin de répondre aux problèmes de pénurie de main-d’œuvre.

Avec comme objectif le plein-emploi en 2027, voici donc ce qui va changer dès le 1er février 2023 pour les nouveaux chômeurs : 

Advertisements
  • La durée d’indemnisation des demandeurs d’emploi. À partir du 1er février, elle sera réduite de 25% (si l’état du marché du travail reste au vert, c’est-à-dire s’il ne dépasse pas les 9% ou s’il ne progresse pas de 0,8% en un trimestre). Soit l’application d’un coefficient réducteur de 0,75 sur chaque jour travaillé.
  • Le plancher minimal sera de 6 mois.

Ce qui ne change pas avec cette nouvelle réforme de l’assurance chômage 

  • Cette réforme ne s’appliquera pas en Outre-mer, ni aux intermittents du spectacle, aux pêcheurs, aux dockers, aux expatriés ou aux bénéficiaires du contrat de sécurisation professionnelle.
  • Le niveau de l’indemnisation ne change pas.
  • Les conditions d’accès aux indemnisations chômage restent également les mêmes : avoir travaillé six mois sur une période de référence de 24 mois (ou 36 mois pour les 53 ans et plus) pour être indemnisé·e.

Les raisons de cette réforme du chômage sont multiples. Parmi elles, les tensions de certains secteurs, notamment le BTP ou l’hôtellerie et la restauration, qui comptent 373 000 postes vacants. Avec cette réforme, le ministre du Travail espère pourvoir 100 à 150 000 emplois supplémentaires d’ici fin 2023.

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Ancienne journaliste, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.