baromètre soft skills

Chasseur de têtes : comment ça marche ? Combien ça coûte ?

Chasseur de têtes : comment ça marche ? Combien ça coûte ?
Jessica Ready

Dans la grande majorité des cas, l’on assimile chasseurs de têtes et grandes entreprises. Or, il existe différents cas de recours au chasseur de têtes. Eh bien que cela représente un coût certain, la chasse n’est pas exclusivement réservée aux TGE.

Si vous êtes familier du recrutement, vous avez probablement déjà entendu parler du terme « chasseur de têtes ». Utilisée en cabinet de recrutement, la chasse de tête peut être un réel atout pour trouver LE candidat idéal pour le poste que l’on a à pourvoir.

La chasse de tête, également appelée « approche directe », permet à un recruteur de rentrer en contact directement avec des candidats n’étant pas actuellement en recherche d’emploi et n’étant pas présent sur les canaux classiques de sourcing. Si on le résume, on pourrait l’appeler le « débusqueur de talent ».

Dans cet article, nous allons découvrir ensemble ce qu’est exactement la chasse de tête. Dans un premier temps, nous verrons ensemble pourquoi il peut être utile d’utiliser cette pratique quand on a un recrutement à effectuer et comment cela fonctionne concrètement. Enfin, nous verrons quel coût peut avoir un chasseur de têtes.

Chasseur de têtes : c’est quoi ?

Avant de découvrir plus en détail les objectifs de la chasse de tête, son fonctionnement ou encore son coût, il est important de comprendre exactement sa définition. Découvrons ensemble ce qu’est un chasseur de têtes ainsi que le rôle qu’il peut jouer dans un recrutement.

Pour aller plus loin sur la paie

Découvrez toutes les évolutions à intégrer dans la construction de la paie en 2022, les derniers changements datant du 8 novembre 2022. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire les Editions Tissot.

Je télécharge gratuitement

Chasseur de têtes : définition !

Le chasseur de têtes, également appelé « Head hunter » en anglais, est un professionnel du recrutement qui a pour mission de trouver de nouveaux talents, mais pas n’importe lesquels !

En effet, le chasseur de têtes est, en règle générale, appelé pour des recrutements nécessitant un coup de pouce supplémentaire : le recrutement d’un candidat nécessitant des skills précis ou bien le recrutement d’un profil dit « pénurique » sur le marché de l’emploi.

Il va alors mettre en place une stratégie de recrutement qui va lui permettre d’aller débusquer ce talent. Son objectif : attirer dans ses filets des candidats qui ne seraient pas en recherche d’emploi actuellement afin de prendre contact avec eux pour leur présenter le poste à pourvoir.

Le rôle du chasseur de têtes

Comme nous l’avons vu précédemment, le chasseur de têtes, contrairement à un recruteur, va traiter une certaine typologie de recrutements :

  • Le recrutement de profils plus qualifiés comme les cadres ou cadres dirigeants.
  • Le recrutement de profils dits « pénuriques » sur le marché de l’emploi.
  • Le recrutement de profils internationaux difficiles à trouver sur le marché de l’emploi.
  • Ou encore le recrutement de profils possédant des compétences particulières et difficiles à trouver sur le marché de l’emploi.

Son rôle est d’attirer le bon candidat pour le poste à pourvoir par tous les moyens possibles et imaginables. Pour cela, il utilise différentes techniques comme :

  • Faire appel à son carnet d’adresses, en règle générale, bien fourni.
  • Faire appel à son vivier qu’il tient à jour de manière continue.
  • Utiliser des techniques innovantes de sourcing […].

Les techniques qu’ils utilisent ne sont absolument pas limitées. Il peut avoir recours à de nombreuses techniques différentes pour pouvoir arriver à son but : recruter le talent idéal pour le poste qu’il a à pourvoir.

La différence entre le sourcing et la chasse de tête

La chasse de tête est très souvent confondue avec le sourcing alors qu’il s’agit bien de deux méthodes bien distinctes.

Le sourcing consiste à aller détecter des candidats pouvant correspondre au besoin en recrutement et à leur proposer le poste à pourvoir. Toutefois, la particularité de ces candidats est qu’ils affichent être d’ores et déjà en recherche de nouvelles opportunités professionnelles. La chasse de tête, quant à elle, consiste à aller chercher des candidats n’étant actuellement pas à l’écoute d’opportunités professionnelles et n’étant donc pas disponible sur les plateformes classiques de recherche et de les approcher en direct (les CVthèques, les réseaux sociaux, …).

Advertisements

À lire également :

Chasseur de têtes : quel est le coût ?

Maintenant que nous nous sommes penchés sur l’utilité et la manière de fonctionner d’un chasseur de têtes, il est temps de s’intéresser au coût qu’il peut avoir.

Le coût d’un chasseur de têtes : pas de tarif unique !

La première chose que vous devez garder en mémoire si vous souhaitez faire appel à un chasseur de têtes est qu’il n’existe pas de tarif unique. En effet, cela pourra vous coûter du simple au triple en fonction du profil recherché mais aussi de nombreux autres paramètres.

Afin de comprendre comment peut être déterminé le coût d’un recrutement en passant par un chasseur de têtes, il est important de comprendre les facteurs qui peuvent influencer le coût du recrutement.

Les paramètres qui peuvent influencer le coût

De nombreux critères et paramètres peuvent influencer le coût d’une chasse de tête. Regardons de plus près, ce qui peut influencer ce coût :

  • Le premier paramètre qui peut influencer le coût est l’attractivité du poste : en effet, plus le poste sera attractif, plus il sera « facile » d’attirer un candidat. Il sera alors plus évident pour le chasseur de têtes de vous facturer une prestation moindre. Au contraire, si le poste est peu attractif alors la mission de recrutement pourra être plus difficile à mener et le coût sera plus élevé.
  • Le second paramètre est l’attractivité de l’entreprise : même chose que pour l’attractivité du poste, la marque employeur de l’entreprise pourra influencer la facilité du recrutement ou non et donc le coût plus ou moins élevé du chasseur de têtes.
  • La situation actuelle du marché de l’emploi est un paramètre pris également en compte dans le calcul du coût. Le profil est-il rare à trouver sur le marché ? Le taux de chômage est-il élevé ou bien au plus bas ? Y a-t-il une urgence à recruter le profil ? Toutes ces questions vont permettre au chasseur de têtes d’estimer ses honoraires.
  • Le poste en lui-même est, lui aussi, un ingrédient clé dans le calcul du tarif demandé par le chasseur de têtes. Quelle est la mission exacte ? Quelles sont les exigences requises sur le candidat (qualifications spécifiques, compétences linguistiques, …) ? Quelle est la rémunération proposée ? Tous ces paramètres vont influencer le prix de votre chasseur de têtes.

Les différents honoraires

honoraires-chasseur-tête-différent-mode-coût

En dehors de son coût, le chasseur de têtes peut décider de facturer ses honoraires de différentes manières :

  • La facturation au pourcentage : de nombreux chasseurs de têtes baseront leurs honoraires sur un pourcentage de la rémunération brute annuelle du candidat. Ce pourcentage se situe en moyenne entre 15% et 30% et varie selon les chasseurs de têtes et selon le besoin du poste à pourvoir.

Exemple : Si vous demandez à un chasseur de têtes de recruter un profil avec un salaire de 50k€ brut annuel et que ce dernier vous facture des honoraires à hauteur de 20% du salaire annuel brut alors le coût de sa prestation sera : 50k€ brut x 20% = 10 000€ HT.

  • La facturation au forfait : la deuxième possibilité est le forfait. Le chasseur de têtes peut décider de vous facturer un montant précis correspondant au besoin en matière de poste à pourvoir. Le montant du forfait est, lui aussi, décidé en fonction des différents éléments mentionnés un peu plus hauts.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Les différentes modalités de facturation

Le chasseur de têtes peut facturer sous différentes modalités :

  • Le paiement avec ou sans acompte : en fonction du besoin à pourvoir, le chasseur de têtes peut vous demander d’effectuer le versement d’un acompte avant de commencer sa chasse. Bien que ce système ait souvent été remplacé par le paiement au succès ces dernières années, ils sont de plus en plus nombreux à reprendre cette modalité de facturation afin de garantir leur travail sur une mission.  
  • Le retainer fee : il s’agit d’un paiement en trois versements égaux à différents moments du recrutement (un acompte à la signature de l’ordre de mission, un second versement lors de la présentation de la shortlist, un dernier versement lorsque la mission aboutit). Cela vous permet, en tant que recruteur, d’être sûr que le chasseur de têtes mettra tous les moyens à sa disposition pour réussir à recruter votre futur talent.
  • Le paiement au succès : avec cette modalité de facturation, le chasseur de têtes décide de vous facturer ses honoraires uniquement si le recrutement est un succès et qu’un candidat est recruté sur le poste. L’avantage pour vous : vous ne paierez le chasseur de têtes que si son travail est effectué jusqu’au bout et s’il recrute un candidat.

Vous l’aurez bien compris avec les quelques lignes précédentes : un chasseur de têtes ne vous coûtera jamais la même chose. De plus, ils pourront être amenés à utiliser un mode de facturation complètement différent de l’un à l’autre. Il vous incombe donc, en tant que recruteur, de négocier cette partie coût avec le chasseur de têtes directement.

À lire également :

La chasse de tête, l’arme extrême des recruteurs

Vous l’aurez vu tout au long de cet article, le recrutement est parfois parsemé d’embûches et la chasse de tête peut être une vraie solution pour y pallier.

En effet, le chômage étant de plus en plus bas, il est parfois très difficile de trouver le bon profil pour notre poste à pourvoir. On peut aussi parfois faire face à un recrutement qui demande des compétences très rares chez le profil recherché. La chasse de tête peut donc être un véritable atout et une issue de secours pour des recrutements estimés comme difficiles.

Souvent confondue avec le sourcing, la chasse de tête est en règle générale utilisée quand un recruteur a usé de toutes ses armes pour réussir à pourvoir son poste. Alors si vous estimez être à court de solutions, deux issues sont possibles : faire appel à un chasseur de têtes ou bien reprendre votre fiche de poste et vous assurer que vous n’êtes pas à la recherche du mouton à cinq pattes !

Notez le

Rated 4.4 / 5 based on 308 reviews
Partager l'article

Jessica Ready

Avec 7 années d’expérience en recrutement dont 4 ans en cabinet de recrutement et 3 ans à mon compte, j’ai pu accompagner au quotidien de nombreux clients dans leur recrutement et dans la quête de futurs talents. Aujourd’hui, j’accompagne les entreprises en tant que consultante : que ce soit dans leurs recrutements ou encore dans l'amélioration de leurs processus de recrutement. J'accompagne également les demandeurs d’emploi à travers des coachings avec un seul but : booster leur recherche d'emploi et leur permettre de décrocher le job de leurs rêves.