Existe-t-il une température maximale pour travailler ?

Existe-t-il une température maximale pour travailler ?
Ingrid Andre

Lors de chaque épisode de chaleur, la même question se pose : Existe-t-il une température maximale pour travailler ? Si le Code du travail n’est pas très clair sur la question, il existe néanmoins des règles en la matière.

En période de fortes chaleurs, et de canicule, une même question revient toujours : existe-t-il une température maximale pour travailler ?

Légalement, il n’existe pas de température maximale pour autoriser l’arrêt du travail. Pour autant, il existe des recommandations. Une température sera jugée excessive et préoccupante au-delà de 30 degrés. Mais attention, la situation sera différente en fonction du poste occupé par le salarié et de son activité.

L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) considère qu’au-delà de 30°C pour un salarié sédentaire, et 28°C pour un travail nécessitant une activité physique, la chaleur peut constituer un risque pour les salariés.

Observation : La norme NF X35-203/ISO 7730 relative au confort thermique précise les seuils suivants :
- Dans les bureaux : 20 à 22°C ;
- Dans les ateliers pour une activité physique moyenne : 16 à 18°C ;
- Dans les ateliers pour une activité physique soutenue : 14 à 16°C.

De plus, le travail par fortes chaleurs et notamment au-dessus de 33°C présente des dangers pour la santé des salariés.

Travail en extérieur et canicule, quelle est la limite ?

Les salariés qui travaillent à l’extérieur sont les premiers concernés par les fortes chaleurs et les risques encourus.

Cela pourra concerner les ouvriers du bâtiment (BTP), les jardiniers, les ouvriers agricoles, les salariés du transport ou encore les employés d’entretiens et de maintenance des bâtiments. De ce fait, des dispositions spécifiques s’appliquent pour les travailleurs en extérieur.

L’article R4225-1 du Code du travail impose à l’employeur d’aménager les postes de travail de manière à ce que ses salariés soient protégés, dans la mesure du possible, « contre les conditions atmosphériques », règle que l’on applique naturellement lors d’un épisode de canicule. (Mise à disposition d’abris, de zone d’ombre, d’espaces climatisés…)

Advertisements
cegos formation

On pourra aussi aménager le temps de travail : les salariés pourront ainsi commencer leur travail plus tôt, afin d’éviter les moments où la chaleur est trop intense.

Sur les chantiers du BTP, l’article R4534-143 du Code du travail prévoit que l’employeur doit mettre à la disposition de chaque salarié au moins trois litres d’eau par jour.

L’entrepreneur peut même décider d’arrêter le travail sur un chantier si les températures extrêmes rendent effectivement l’accomplissement de ce travail dangereux ou impossible. Ce principe est édicté par l’article L5424-9 du Code du travail.

À noter que l’article D4153-36 du Code du travail interdit à un employeur d’affecter les jeunes travailleurs de moins de 18 ans à des travaux qui les exposeraient à une température extrême susceptible de nuire à la santé.

Travail en intérieur et canicule, où se situe le seuil de tolérance ?

Dans les locaux fermés où les salariés sont amenés à travailler, il est recommandé de veiller au renouvellement régulier de l’air et d’éviter les élévations exagérées de température (article R.4222-1 du Code du travail). Peu importe le moyen utilisé pour rafraîchir l’air (climatisation, brumisateur, ventilateur).

L’assurance maladie quant à elle recommande d’évacuer les locaux climatisés à partir d’une température intérieure de 34 degrés dans le cas où il y aurait un « arrêt prolongé des installations de conditionnement d’air dans les immeubles à usage de bureau ».

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

Travail en période de canicule, quelles sont les préconisations ? Les bons gestes à adopter !

Lorsque cela est possible, il est donc recommandé de :

  • Commencer plus tôt.
  • Favoriser le télétravail.
  • S’hydrater de manière régulière.
  • Porter des vêtements légers.
  • Réduire les efforts physiques intenses.
  • Réduire quand c’est possible les cadences.
  • Faire des repas légers et éviter la consommation d’alcool.

Notez le

Rated 4.5 / 5 based on 203 reviews
Partager l'article

Ingrid Andre