Modification de la rupture conventionnelle : ce qu’il faut savoir pour le 1er Septembre 2023

Modification de la rupture conventionnelle : ce qu’il faut savoir pour le 1er Septembre 2023
Adeline Lajoinie

Passée un peu inaperçue, la loi de financement rectificative de la sécurité sociale du 14 Avril 2023 a pourtant entériné des changements majeurs pour les entreprises concernant la rupture conventionnelle. Comment y voir plus clair ?

Quel est le régime actuel de la rupture conventionnelle (avant le 1er Septembre 2023) ?

Face à l’énorme succès de la rupture conventionnelle depuis sa mise en place, le législateur a décidé d’adapter son régime social et fiscal, afin qu’elle ne soit pas plus avantageuse que d’autres modes de rupture. C’est le cadre de la loi n° 2023-270 du 14 avril 2023 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2023.

Arrêts maladie et congés payés : les règles applicables

La loi sur l'acquisition des congés payés pendant l'arrêt maladie a été adoptée. Elle prévoit que toute période d'arrêt maladie est considérée comme du temps de travail effectif, permettant au salarié d'acquérir des congés payés. Retrouvez la synthèse des nouvelles règles applicables dans ce dossier spécial. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire les Editions Tissot.

Je télécharge gratuitement

Pour rappel, la rupture conventionnelle a été mise en place en France le 25 juin 2008, par la loi portant modernisation du marché du travail, également connue sous le nom de loi de modernisation sociale. 

Cette loi votée sous la présidence de Nicolas Sarkozy et le gouvernement de François Fillon permet aux employeurs et aux salariés de mettre fin à un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) d’un commun accord, en suivant une procédure spécifique et en signant une convention homologuée par l’administration.

Actuellement, ​​lors d’une rupture conventionnelle, l’indemnité versée au salarié dépend de sa situation de retraite : 

  • Si le salarié n’a pas droit à une pension de retraite, l’indemnité est soumise à un forfait social de 20% payé par l’employeur et à la CSG-CRDS au-delà de l’indemnité légale ou conventionnelle de licenciement. 
  • Si le montant dépasse deux plafonds annuels de la sécurité sociale (87 984 € pour 2023), elle est soumise à des cotisations sociales payées par l’employeur et le salarié. 
  • Si le salarié a droit à une pension de retraite, l’indemnité de rupture conventionnelle est soumise à des cotisations sociales et à la CSG-CRDS dès le premier euro.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

À lire également :

Quels sont les changements attendus au 1er septembre 2023 pour la rupture conventionnelle ? 

La loi du 14 avril va donc modifier les modalités de l’indemnité de rupture conventionnelle. Comment ? 

La réforme supprime le forfait social de 20% et le remplace par une contribution unique de 30% à la charge de l’employeur, quelle que soit la situation du salarié.

La suite après la publicité

Elle revient également sur le régime de l’indemnité versée à un salarié en cas de mise à la retraite, en abaissant la contribution patronale de 50% à 30%.

Cette réforme vise à rendre la rupture conventionnelle plus coûteuse pour les employeurs et à éviter que les salariés ne basculent dans le chômage avant de liquider leur retraite.

Ainsi, à partir de septembre 2023, la rupture conventionnelle conclue avec un salarié pouvant bénéficier d’une pension de retraite ne sera pas moins coûteuse pour l’employeur qu’une mise à la retraite. 

L’indemnité de mise à la retraite sera soumise à une contribution patronale de 30%, tout comme l’indemnité de rupture conventionnelle pour la part exonérée de cotisations sociales. 

Au-delà de cette part, l’indemnité de rupture conventionnelle sera soumise à des cotisations sociales.

À lire également :

Partager l'article

Adeline Lajoinie

Journaliste et Rédactrice Web SEO, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est surtout le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.