baromètre soft skills

Quelles sont les attentes de la Génération Z en termes de QVT ?

Quelles sont les attentes de la Génération Z en termes de QVT ?
Adeline Lajoinie

Les attentes en matière d’amélioration de la QVT, ou maintenant de la QVCT, sont-elles différentes en fonction des générations ? Et quelles sont les attentes de la tant redoutée Génération Z ? Ne se servent-ils pas simplement des erreurs du passé pour améliorer le quotidien de tous ?

Les “digital native”, bercés par le numérique, ont une vision assez précise de ce qu’ils aimeraient améliorer en termes de Qualité de Vie au Travail (QVT). Témoins de certains échecs du modèle des générations précédentes au travail, les salariés de la Génération Z souhaitent mettre l’humain et le lien social au cœur de la digitalisation, trouver un vrai sens à leurs missions et mettre en place un management plus horizontal.

Abonnez-vous à la newsletter de Culture RH et recevez, chaque semaine, les dernières actualités RH.

La QVT, critère de choix de la Génération Z pour postuler

Selon un récent article de Moodwork basé sur des études de Mazars, BCG et CGE, “les Z” sont 92 % à estimer qu’il est du rôle de l’entreprise de s’assurer du bien-être des salariés et 85 % à placer l’ambiance et le bien-être au travail en deuxième position de leurs critères pour choisir un métier, après l’intérêt du poste (92 %), et bien avant la rémunération (49 %).

Ils sont, par exemple, particulièrement sensibles à des classements comme celui de Great Place to Work, un classement des entreprises où il fait « bon travailler » qui vient ainsi récompenser les sociétés où les salariés se sentent le mieux et les plus épanouis. 

Un palmarès rendu possible grâce à l’évaluation précise de la qualité de vie au travail de chaque entreprise postulante et qui dépend directement des réponses apportées par les salariés à des enquêtes portant sur leurs conditions de travail.

Le lien social au cœur de la digitalisation du travail

Même si le digital est son quotidien, la Génération Z n’envisage pas le monde du travail sans lien social ou esprit d’équipe ; et cela entre en compte, pour elle, dans une bonne QVT.

En effet, selon une étude Forbes, 28,8 % de ces jeunes déclarent que l’équipe est la composante la plus importante du travail. Et selon une étude Mazars et OpinionWay, 56 % d’entre eux considèrent l’ambiance de travail et les échanges avec les collègues comme éléments déterminants pour aller travailler.

Advertisements

Plus concrètement, si les membres de la Génération Z sont très à l’aise avec le travail hybride et les outils informatiques, 79 % d’entre eux attendent de l’entreprise qu’elle propose un espace de travail physique.

L’humain est donc intimement lié à la digitalisation du travail. 

Une organisation du travail plus flexible et horizontale

Autre facteur pour un bien-être au travail optimal, pour les salariés de la Génération Z : la flexibilité des horaires. 73 % de la génération Z souhaitent que l’entreprise leur permette d’organiser eux-mêmes leurs horaires de travail et un Z sur deux souhaite également pouvoir travailler selon ses propres méthodes.

Slasheurs dans l’âme, les jeunes de la génération Z souhaitent des missions différentes et la possibilité de changer souvent de poste. Souhaitant une organisation horizontale plus que verticale, 1 Z sur 4 aimerait être considéré d’égal à égal par sa hiérarchie.

Ils substituent alors l’autorité de fait à une autorité de compétences, mais surtout une autorité relationnelle et de proximité, en accord avec l’importance qu’ils attribuent à l’équipe. Pour eux, un manager est légitime en fonction de sa capacité à engager son équipe.

Pour aller plus loin sur la paie

Découvrez toutes les évolutions à intégrer dans la construction de la paie en 2022, les derniers changements datant du 8 novembre 2022. Ce livre blanc a été réalisé par notre partenaire les Editions Tissot.

Je télécharge gratuitement

Notez le

Rated 4.4 / 5 based on 224 reviews
Partager l'article

Adeline Lajoinie

Ancienne journaliste, j'ai promené ma plume dans les colonnes de nombreux journaux. Depuis plus de 10 ans, c'est le digital qui profite de mes mots, pour des rédactions web parfaitement bien référencées, dans tous les domaines.