Paie

L’astreinte : Comment ça marche ? Définition, fonctionnement, contenu, …

Astreinte-fonctionnement-définition-compensation-comment-ça-marche

Un salarié peut être amené à intervenir pour effectuer un travail ou une mission pour l’entreprise, sans être physiquement sur son lieu de travail, c’est ce que l’on appelle l’astreinte.

Mais comment fonctionne-t-elle ? Comment la mettre en place ? Que se passe-t-il en cas d’intervention ? Quelles sont les compensations pour le salarié ?

Vous allez tout savoir sur l’astreinte en entreprise.

Qu’est-ce que l’astreinte ?

Avant de comprendre comment compenser les heures d’astreinte, il est essentiel de définir à partir de quel moment un salarié est considéré d’astreinte.

Définition.

Un salarié est considéré d’astreinte lorsqu’il est amené à intervenir pour le compte de son entreprise, sans être sur son lieu de travail et à la disposition permanente et immédiate de son employeur (article L3121-9 du Code du travail).

Le travail à effectuer peut être une intervention physique mais également à distance. Ainsi, un technicien peut être amené à intervenir physiquement en cas de panne sur un site fonctionnant en continu et un informaticien peut être amené à intervenir à distance en cas panne ou anomalie du système informatique.

Astreinte ou permanence ?

Il ne faut pas confondre astreinte et permanence (ou garde). Contrairement à l’astreinte, la permanence se caractérise par le fait que le salarié se trouve sur son lieu de travail habituel et ne peut pas vaquer librement à ses occupations personnelles. Ainsi, la permanence ou garde est considérée comme du travail effectif.

Quelques exemples d’astreintes.

Un technicien chauffagiste est d’astreinte pour intervenir en cas de panne ou d’anomalie du chauffage sur un laboratoire nécessitant une température continue.

Un développeur est d’astreinte pour intervenir sur un site de e-commerce en cas de problème technique.

Un agent de sécurité est d’astreinte pour intervenir en cas d’alarme sur un site.

À lire également :

L’astreinte, comment ça marche ?

Qui est concerné ?

Tous les salariés sont concernés par l’astreinte, quels que soient leurs qualifications ou leurs temps de travail. Toutefois, L’astreinte ne s’applique pas pour les cadres dirigeants (article L3111-2 du code du travail).

Comment le mettre en place ?

Par accord collectif.

L’employeur peut mettre en place un régime d’astreinte par convention ou accord collectif. Cet accord fixe alors le mode d’organisation des astreintes, les modalités d’information, les délais de prévenance des salariés concernés par l’astreinte et la compensation de l’astreinte.

L’astreinte peut également être prévue par la convention collective. Toutefois, l’accord collectif prime sur l’accord de branche même s’il est moins favorable au salarié.

Par décision unilatérale de l’employeur.

En cas d’absence d’accord collectif, l’employeur peut mettre en place un régime d’astreinte par décision unilatérale. Il doit alors fixer le mode d’organisation des astreintes et les compensations de l’astreinte.

Avant de mettre en place l’astreinte, l’employeur doit alors consulter le comité économique et social et après information de l’inspection du travail.

Les salariés doivent être informés par tout moyen de la programmation individuelle des astreintes au moins 15 jours à l’avance. Par ailleurs, en cas de circonstances exceptionnelles, ils doivent être informés au moins 1 jour franc avant l’astreinte.

Que se passe-t-il en cas d’intervention ?

comment-fonctionne-astreinte-entreprise-durée

Temps de travail effectif.

L’astreinte n’est pas considérée, en soi, comme du travail effectif. Toutefois, les heures d’intervention sont considérées comme du temps de travail effectif et doivent donc être rémunérées, en heures supplémentaires le cas échéant.

Temps de trajet.

Le temps de trajet aller et retour pour se rendre sur le lieu d’intervention est également considéré comme du temps de travail effectif et doit être par conséquent rémunéré comme tel.

La gestion du temps de repos.

Les heures d’astreinte n’étant pas considérées comme du temps de travail effectif, elles sont prises en compte dans le calcul des heures de repos journalier et hebdomadaire.

Pour rappel, sauf dérogations pour certains métiers, le salarié doit respecter un repos minimal journalier de 11 heures consécutives et un repos minimal hebdomadaire de 35 heures consécutives.

En cas d’intervention, l’employeur doit alors accorder à son salarié la durée minimale de repos à compter de la fin de son intervention, sauf s’il a bénéficié de cette durée avant le début d’intervention.

Exemple :
Un salarié est d’astreinte de nuit de 18H à 8H, il a travaillé le jour de son astreinte de 8H à 18H. Il doit intervenir de 2 à 3H du matin, il a bénéficié de 8 H de repos. Son employeur doit alors lui accorder 11H de repos supplémentaire. Il ne pourra donc pas retravailler avant 14H.

Un salarié est d’astreinte de nuit de 18H à 8H, il intervient à 6H du matin. Les 11H de repos consécutifs sont alors respectés avant l’intervention, il peut alors prendre son service à son horaire de travail habituel.

Quelles sont les compensations pour le salarié ?

Compensation financière ou en repos.

Les astreintes doivent obligatoirement faire l’objet d’une compensation sous forme d’indemnité ou sous forme de repos. Ces compensations sont alors fixées dans l’accord fixant les modalités de l’astreinte.

Il n’y a pas lieu de respecter le minimum légal ou conventionnel car non considéré comme du temps de travail effectif. Il peut s’agir d’un pourcentage du salaire horaire ou d’une indemnité forfaitaire.

Régime social et fiscal des indemnités d’astreinte.

Les indemnités d’astreinte sous soumises à cotisations sociales et à l’impôt sur le revenu.

Exemple d’un accord instituant un régime d’astreinte.

Le régime d’astreinte est mis en place pour les techniciens et responsables d’exploitation d’une entreprise de chauffage.

La période d’astreinte s’entend sur une période pendant laquelle le salarié, sans être sur son lieu de travail et sans être à la disposition immédiate de son employeur, doit être en mesure d’intervenir pour effectuer sa mission chez le client pour le compte de son entreprise.

Chaque salarié est informé du programme individuel d’astreinte au moins 15 jours calendaires avant la première astreinte.

Le nombre d’astreinte est limité sur une période de 4 semaines consécutives de la manière suivante :

  • Astreinte de nuit : Pas plus de 8 astreintes, sans que le nombre d’astreintes de nuit effectuées au cours de la même semaine puisse excéder 3.
  • Astreinte de jour : Pas plus d’une astreinte le dimanche et d’une astreinte jour férié.

L’astreinte est indemnisée à :

  • 30% du salaire horaire du salarié pour une astreinte de nuit.
  • 50% du salaire horaire du salarié en cas d’astreinte le dimanche ou un jour férié.

Exemple 1 :
Un salarié effectue une astreinte de nuit de 18H à 8H, son salaire brut est de 2500 euros. Il intervient 2H pendant son astreinte. Il habite à 30 minutes de son lieu d’intervention.

Son indemnité d’astreinte est de : (2500/151.67 X 30%) X 14 = 69,23 euros
Sa rémunération pendant son intervention est de : (2500/151.67) X 3 = 49,45 euros

Exemple 2 :
Un salarié effectue une astreinte un jour férié de 8H à 18H, son salaire brut est de 2500 euros. Il intervient 2H pendant son astreinte. Il habite à 1H de son lieu d’intervention.

Son indemnité d’astreinte est de : (2500/151.67 X 50%) X 10 = 82,42 euros
Sa rémunération pendant son intervention est de : (2500/151.67) X 4 = 65,93 euros

Exemple de bulletin de salaire.

exemple-bulletin-paye-paiement-astreinte

À lire également :

Quelques questions sur l’astreinte.

Le salarié peut-il refuser une astreinte ?

Lorsque l’astreinte est prévue par accord, le salarié ne peut pas refuser l’astreinte. Par contre, si l’astreinte est mise en place par une décision unilatérale de l’employeur, l’accord des salariés concernés est nécessaire. Le salarié a alors la possibilité de refuser l’astreinte. Par ailleurs, en cas de clause d’astreinte au contrat de travail, le salarié ne peut pas refuser d’effectuer une astreinte. Toutefois, l’employeur doit bien respecter les délais de prévenance prévus par l’accord ou la loi en absence d’accord. En cas de non-respect, le salarié a la faculté de refuser l’astreinte.

L’astreinte a-t-elle une durée maximale ?

La loi n’institue pas de durée maximale ni de fréquences d’astreinte, mais certaines conventions ou accords peuvent le prévoir (exemple : pas plus de 2 week-ends par mois, pas plus de 5 nuits par mois, ….). En tout état de cause, l’astreinte est prise en compte dans le calcul des durées de repos journalier et hebdomadaire et l’intervention est considérée comme du temps de travail effectif.

Y a-t-il une limite d’âge pour effectuer une astreinte ?

La loi ne fixe pas de limite d’âge pour effectuer une astreinte. Toutefois certaines conventions collectives ou accords peuvent stipuler une limite d’âge (dispense d’astreinte à partir de 55 ans par exemple).

Rate this

Rated 4.53/5 based on 222 reviews

A propos de l'auteur

Laetitia Baccelli

Fort de plus de 10 ans d’expériences dans le domaine de la paie, j'ai toujours eu à cœur de développer des outils et méthodes améliorant la productivité et facilitant la gestion au quotidien. J'accompagne désormais les entreprises en qualité de consultante pour des missions d'audit et de formalisation de processus, de développement d’outils de gestion ainsi qu' en tant que support pour la production de la paie.